Les cas de transmission de la COVID en avion sont «extrêmement rares», confirme à son tour Theresa Tam


Les cas de transmission de la COVID en avion sont «extrêmement rares», confirme à son tour Theresa Tam

« On a observé quelques cas, extrêmement rares, de transmission à bord des avions. À mesure que nous en apprenons sur la technologie, par exemple sur la ventilation, nous constatons que les avions modernes ont en fait de très bons échangeurs d'air », a déclaré hier (10 novembre) la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada.

Au cours de la même allocution, la Dr Tam a évoqué des milieux où des éclosions continuent véritablement de contribuer à la propagation de la COVID-19 au Canada... 

« Notamment dans les établissements de soins de longue durée et les résidences-services, les écoles, les établissements d'habitation collective, les milieux de travail industriels et les rassemblements sociaux. »

L'Université Harvard l’atteste aussi

La Dre Theresa Tam n’est évidemment pas la première à reconnaître que les cas de transmission de la COVID en avion sont très rares.

Tout récemment, PAX faisait état de cette étude de l'Université Harvard attestant que les risques de transmission de la COVID-19 durant un vol sont moins élevés que ceux qu’on court en faisant l’épicerie ou en mangeant à l’intérieur d’un restaurant.

Selon l’École de santé publique de Harvard, les systèmes de ventilation et de filtration des avions compensent efficacement la proximité des voyageurs durant les vols, réduisant grandement le risque d’exposition à la COVID-19.

Qui plus est, d’autres mesures, comme le port du masque et la désinfection des surfaces, agissent en synergie avec la ventilation et la filtration de l’air à bord des appareils.

LIRE PLUS – Moins de risque de contracter la COVID-19 en avion qu’à l’épicerie ou au restaurant !  

L’IATA corrobore

L’IATA assure elle aussi que le risque de transmission de la COVID est minime à bord des avions.

Certes, l’Association reconnaît que certains incidents rapportés dans les médias ont pu inquiéter, notamment un vol entre Londres et Hanoï et un autre entre Boston et Hong Kong. Mais ces cas d’exceptions « ont eu lieu en mars et beaucoup de choses ont eu lieu depuis », assure l’IATA

« Il y a eu des millions de vols depuis le début de l'épidémie de COVID-19. Et il y a très peu d'incidents signalés où une transmission à bord est suspectée, insiste l’IATA. Les données nous indiquent que le risque de transmission à bord du virus est minime par rapport à d'autres environnements intérieurs publics, tels que les trains, les bus, les restaurants et les lieux de travail. Il existe des exemples publiés qui indiquent un risque beaucoup plus élevé dans ces environnements. Les avions bénéficient de taux de changement d'air très élevés et de filtres HEPA qui filtrent plus de 99,99% de toutes les particules, y compris les virus ».

LIRE PLUS –  L'IATA assure que le risque de transmission de la COVID est minime à bord des avions  

Risque d'exposition n’égale pas transmission

« À ce jour, le gouvernement du Canada n’est au courant d’aucun cas attribuable à une transmission entre passagers lors de vols à destination ou en provenance du Canada », soulignait pour sa part Transports Canada, en présentant le « Plan de vol du Canada pour la navigation dans le contexte de la COVID-19 », en août dernier.

Et si les cas documentés de transmission en avion sont rarissimes, ce n’est pas parce que les occasions de transmission sont rares. Elles sont nombreuses, au contraire, comme le démontre la liste de chaque événement ou trajet où des cas de COVID-19 ont été confirmés établie (et mise à jour quotidiennement) par le gouvernement du Canada.

Toutefois, si cette liste démontre bien une chose, c’est surtout que les risques d’exposition à la COVID-19 en avion ne sont aucunement proportionnels aux risques de transmission !

LIRE PLUS –  Aucun cas de COVID attribuable à une transmission entre passagers au Canada  

Indicateur