Les Boeing 737 MAX resteront cloués au sol pour une durée indéterminée


Les Boeing 737 MAX resteront cloués au sol pour une durée indéterminée
Antoine Stab

C’est d’abord en tant que journaliste plein air qu'Antoine Stab a découvert le monde du voyage et son industrie. Français d'origine et québécois d'adoption, il se dit curieux de tout, autant ce qui se passe dans la cour arrière qu’à l’autre bout du monde.

L'avenir des Boeing 737 MAX, cloués au sol depuis l'accident du vol ET302 d’Ethiopian Airlines, le 10 mars dernier, était au centre des discussions ce jeudi 23 mai, autant à Montréal, dans le cadre d'une réunion privée de dirigeants des compagnies aériennes, qu'au Texas, où les autorités mondiales de l'aviation civile devaient, à l'invitation de l'agence fédérale de l'aviation américaine (FAA), déterminer les mesures nécessaires pour remettre l’avion en service.

LIRE PLUS : Malgré les B 737 MAX 8, Air Canada et WestJet enregistrent un bénéfice record

Au terme de cette journée, Boeing peut grincer des dents, car les différentes autorités n’ont pas réussi à se mettre d'accord pour définir une date de retour dans les airs du 737 MAX. Ces avions resteront donc immobilisés pour une durée indéterminée.

Les autorités mondiales de l'aviation civile ont toutefois convenu qu'elles s'attendaient à ce que chaque appareil 737 MAX fasse l'objet de 100 à 150 heures d'entretien avant d'être autorisé à revoler.

À chaque pays de décider

Cette absence d’accord commun signifie que cela sera à chaque pays de prendre individuellement la décision d'autoriser ou non le vol des appareils de Boeing sur son territoire.

« Transports Canada effectuera son propre examen des changements à la conception avant d’accepter de nouvelles immatriculations au Canada dans le cadre de son processus de validation » a déclaré sondirecteur général de l'aviation civile Nicholas Robinson à Radio-Canada.

Côté américain, l'agence de presse Reuters affirme que l'administration américaine de l'aviation civile s'attendait à ce que les 737 MAX de Boeing soient autorisés à voler dans le pays dès la fin juin. La FAA a démenti.

« Le seul calendrier est de s’assurer que l’avion est sûr avant de voler », explique Dan Elwell, chef intérimaire de la FAA, des propos rapportés par le quotidien français Le Monde.

Boeing tente de rassurer... en vain ?

Quelques semaines auparavant, Boeing avait pourtant assuré avoir identifié la cause du problème et travaillé à sa résolution.

LIRE PLUS : Boeing promet que le 737 MAX 8 sera « l'avion le plus sûr pour voler »

« Nous savons maintenant que les récents accidents sur les vols 610 avec Lion Air et sur les vols 302 avec Ethiopian Airlines ont été causés par une série d'événements, un élément commun étant une activation erronée de la fonction MCAS de l'appareil. Nous avons la responsabilité d'éliminer ce risque et, dans le cadre de cet effort, nous progressons dans la mise à jour logicielle du 737 MAX qui empêchera de tels accidents de se reproduire », avait déclaré Boeing dans un communiqué.

La FAA assure toutefois que la compagnie américaine n'a, à ce jour, toujours pas soumis officiellement de mise à jour du système anti-décrochage MCAS.

Indicateur