Les aéroports sont à bout !


Les aéroports sont à bout !
Daniel-Robert Gooch, président du Conseil des aéroports du Canada.

« Après 10 mois épuisants confrontés à des baisses de fréquentation écrasantes tout en maintenant les passagers et les travailleurs en bonne santé et en sécurité, les aéroports sont à bout », déclare Daniel-Robert Gooch, président du Conseil des aéroports du Canada (CAC).

Les aéroports empruntent juste pour continuer de fonctionner, tandis que les compagnies aériennes stationnent leurs avions et annulent les liaisons, explique-t-il.

LIRE PLUS – La quarantaine obligatoire et les restrictions entraînent des dommages potentiellement irréparables, selon le CAC 

Daniel-Robert Gooch qualifie de positives certaines mesures annoncées par le gouvernement – « notamment les mesures annoncées dans l’Énoncé économique d'automne (ÉÉA) »...

Toutefois, ces mesures ne suffisent pas à réparer les dommages à long terme causés par « la suppression des voyages par le gouvernement, l'absence d'un plan national de dépistage coordonné et l'incertitude quant au déploiement des vaccins », enchaîne-t-il.

Rien de tout cela ne reviendra de sitôt…

Le président du CAC rappelle qu’avant la pandémie de COVID-19, les aéroports, les compagnies aériennes et le système de navigation aérienne du Canada ont connu 10 années de croissance.

Qui plus est, « ils ont continuellement appuyé cette croissance en réinvestissant dans les infrastructures aéroportuaires et en développant les liaisons et la connectivité régionales et mondiales », souligne-t-il.

Ils ont ainsi permis de créer des dizaines de milliers d'emplois et de soutenir la forte croissance de l'industrie touristique canadienne, qui représente 104 G$.

Or, « si nous continuons dans la voie actuelle, rien de tout cela ne reviendra de sitôt. […] Nous devons commencer dès maintenant à nous préparer pour le moment où les gens seront prêts à voyager à nouveau en plus grand nombre », dit-il.

Tests de dépistage PCR avant le départ

Dans cette optique, le Conseil des aéroports du Canada a identifié un certain nombre de mesures clés pour aller de l’avant rapidement.

La première mesure suggérée par le CAC est de répondre aux besoins actuels du Canada en matière de tests de dépistage PCR avant le départ, au moyen d’un solide ensemble de protocoles de dépistage cohérents au niveau national et conformes au niveau international, ce qui réduirait davantage le risque d'introduction du virus dans le pays et contribuerait à réduire ou à éliminer la quarantaine.

Le CAC recommande aussi que les mesures suivantes soient prises :

  • renoncer au loyer aéroportuaire pour les huit aéroports les plus achalandés jusqu'à la reprise complète des activités, et éliminer ce loyer pour les 14 petits aéroports restants qui paient un loyer basé sur les recettes ;
  • offrir des prêts sans intérêt ou un soutien opérationnel direct aux aéroports qui ne sont pas admissibles aux autres programmes sectoriels ; et
  • mettre en œuvre et suivre les engagements actuels, y compris l'expansion de l’Initiative du transport aérien régional dans le cadre du Programme d'amélioration des immobilisations aéroportuaires (PAIA), la réduction des loyers et les dépenses d'infrastructure, pour s'assurer qu'ils sont efficaces et les ajuster si un soutien supplémentaire est nécessaire.

« Au retour de leurs vacances, les députés auront beaucoup à considérer, mais le service aérien est une priorité. Ils doivent passer sans délai des bonnes intentions à l’action », conclut Daniel-Robert Gooch.

Indicateur