Le PDG d’ADM appelle à « une ouverture graduelle et ciblée des frontières »


Le PDG d’ADM appelle à « une ouverture graduelle et ciblée des frontières »

Sans surprise, la COVID-19 a « des effets dévastateurs » sur la santé financière d’ADM Aéroports de Montréal.

En forte décroissance, le nombre de passagers à YUL s’est établi à 156 000 passagers au deuxième trimestre 2020, ce qui représente une baisse de 96,9 % comparé à la même période en 2019.

LIRE PLUS : Nouvelles mesures sanitaires à YUL : voici comment ça va se passer

Le trafic international a connu une baisse de 97,2 %; le transfrontalier (États-Unis) a observé une décroissance de 99 %; tandis que le domestique a décru de 95,3 % par rapport au deuxième trimestre de 2019.

Un impact certain

Les résultats financiers d’ADM reflètent tout naturellement cette forte décroissance : on parle d’un BAIIA* négatif de 26 M$ pour le deuxième trimestre de 2020 – en baisse 130,4 % par rapport à la même période l’année précédente.

Rappelons qu'ADM considère le BAIIA comme le meilleur indicateur de sa performance financière. Pour le semestre terminé le 30 juin, son BAIIA s’est chiffré à 47,5 M$, soit une diminution de 72,9 % par rapport au même semestre de 2019.

« Les résultats obtenus pour ce deuxième trimestre témoignent des effets dévastateurs de la pandémie sur la santé financière de notre organisation et auront un impact certain sur la capacité d’ADM à livrer certains projets sur notre site aéroportuaire, qui sont essentiels pour le bien de la communauté », a indiqué Philippe Rainville, PDG d’ADM.

Une situation qui ne peut durer

M. Rainville rappelle que le secteur de l’aviation a été particulièrement touché par les restrictions mises en place en raison de la crise sanitaire internationale associée à la COVID-19. Le secteur peinera à se relever si la situation perdure, souligne-t-il.

« Alors qu’au cours des dernières semaines, le pays et la province ont entamé leurs plans de déconfinement et que de nombreux secteurs économiques reprennent leurs activités, il serait opportun de discuter d’une ouverture graduelle et ciblée des frontières. »

Philippe Rainville précise que grâce à des programmes de mesures sanitaires éprouvées, ADM et ses partenaires, dont les transporteurs aériens, sont fins prêts à recevoir un plus grand nombre de voyageurs à YUL, dans un environnement bien contrôlé.

Perspectives

ADM prévient que le maintien de la fermeture des frontières avec les États-Unis et l’international, ainsi que l’absence d’un vaccin pour contrer les effets de la COVID-19 continueront d’affecter négativement le trafic de passagers, les activités des transporteurs et ses résultats financiers.

ADM dit donc surveiller la situation afin de répondre rapidement aux changements – notamment par des mesures de réduction de coûts.

*Le BAIIA est l’excédent des produits par rapport aux charges avant impôts, charges financières, amortissement, dépréciation et quote-part des résultats d’une coentreprise.

Indicateur