Le nouveau DG d’Air France KLM au Canada «très satisfait» des vols directs CDG-Québec


Le nouveau DG d’Air France KLM au Canada «très satisfait» des vols directs CDG-Québec
Le nouveau directeur général d’Air France-KLM au Canada, Jean-Eudes de La Bretèche.
Anne Pélouas

Anne Pélouas est une journaliste chevronnée, travaillant depuis des années dans le domaine du voyage et du tourisme d’aventure. Elle a visité de nombreuses destinations, notamment en Europe et sur le continent américain. C’est une touche-à-tout avide de découvertes en plein air comme en ville, dans le « Nord » comme dans le « Sud ».

PAX s’est entretenu avec le nouveau directeur général d’Air France-KLM au Canada, Jean-Eudes de La Bretèche, entré en fonction le 1er août dernier. Il a dressé un portrait des principaux sujets de l’heure et projets du groupe, notamment sur le marché canadien.


LIRE PLUS – Jean-Eudes de La Bretèche prend la direction d’Air France-KLM au Canada 


Récupération de marché et main-d’oeuvre

« L’offre sur le Canada est revenue en force cet été et atteint le niveau de 2019, avant la pandémie, avec un remplissage très élevé des vols Air France KLM », se félicite le nouveau DG, précisant que « le marché canadien est l’un de ceux qui a le plus récupéré ».

Le marché s’appuie sur six destinations en direct au Canada pour Air France et KLM au départ de l’Europe, complétées par un bon partenariat avec Westjet pour des connexions intra-Canada.

« Nous avons mieux résisté que d’autres compagnies aériennes à la pression due au manque de main-d’œuvre. En plus d’avoir réaffecté avions et équipages qui étaient auparavant sur des liaisons avec l’Asie, et d’avoir pu garder du personnel grâce aux mesures de soutien à l’emploi des gouvernements français et néerlandais, notre groupe a mieux anticipé la reprise en réembauchant dès le début de 2022 », explique Jean-Eudes de La Bretèche.


Très satisfait des vols entre Québec et CDG

En ce qui concerne plus précisément la route saisonnière d’Air France ouverte le 17 mai dernier entre Paris-Charles de Gaulle et Québec, Jean-Eudes de La Bretèche se dit « très satisfait du nombre de passagers ».

Seule ombre au tableau, selon lui : « la faiblesse du trafic affaires » sur cette route qui clôturera sa saison fin octobre.

Il rappelle toutefois que le service annuel de bus Air France entre Montréal et Québec est aussi « très utilisé », à l’instar de ceux d’Air France et KLM avec Ottawa.  


Les vols Montréal—Pointe-à-Pitre bientôt de retour

Contrairement au service entre Québec et CDG, le service Montréal-Pointe-à-Pitre en A 320, lancé l’hiver dernier, n’a pas été aussi populaire qu’espéré.

« [Il] a connu un faux démarrage en raison des restrictions de voyage liés à la COVID et de mouvements sociaux en Guadeloupe, explique M. de La Bretèche. La performance n’a pas été à la hauteur de nos prévisions, mais nous croyons beaucoup à cette destination qui est notre seule destination-soleil au départ de Montréal ». 

Le service Montréal-Pointe-à-Pitre reprendra le 22 octobre et sera en vigueur jusqu’au 16 avril 2023, en A 320 avec 144 sièges, à raison de deux rotations par semaine.

Dans le cadre de sa campagne promotionnelle annuelle qui se termine le 20 septembre, le vol est offert au prix d’appel de 479 $.


Pleins feux sur les classes Premium

Répondant à une tendance affirmée des consommateurs pour une classe intermédiaire entre les classes Économie et Affaires, Air France KLM va renforcer rapidement cette offre, notamment en visant le marché canadien, indique Jean-Eudes de La Bretèche.

Air France a joué les pionniers en la matière, selon lui, avec sa cabine Premium Economy, tandis que KLM vise, à terme, à équiper toute sa flotte avec une cabine Premium Comfort. On pourra tester cette dernière sur des vols Toronto-Amsterdam en 787-1000 dès la fin octobre, avec 28 sièges, contre 252 en Economy et 38 en World Business.

Air France envisage de son côté d’agrandir ses propres cabines Premium Economy.


Air France accueille les agents de voyages au TIFF

Partenaire officiel pour la sixième année du Festival international du film de Toronto (TIFF), qui débute le 8 septembre, Air France y inaugure notamment sa « Bulle de cinéma », un salon-lounge sur la « rue du Festival ».

Ouverte du 8 au 11 septembre, elle sera « notre oasis au cœur de Toronto », indique Jean-Eudes de La Bretèche.

Air France y présentera notamment son film de marque dévoilé en mai dernier et évoquant l’élégance et l’art de vivre à la française. Deux soirées sont organisées, dont une le vendredi 9 septembre pour les agents de voyages.  


« Trajectoire de décarbonation »

Au chapitre d’une « aviation plus durable », Jean-Eudes de La Bretèche estime qu’Air France KLM est un « groupe leader dans les trajectoires de décarbonation », avec l’objectif de réduire d’ici 2030 de 30% ses émissions de GES par passager/km par rapport à 2019 et d’atteindre le zéro émission en 2050, grâce à son programme Air France ACT.

Dans cette optique, deux leviers sont mis de l’avant.

« Le remplacement de notre flotte par des avions de nouvelle génération s’accélère et chacun nous procure un gain à hauteur de 25% d’émissions en moins par passager/km », explique Jean-Eudes de La Bretèche.

Le DG précise que 18 des 38 avions A 350 de nouvelle génération, commandés par Air France, ont déjà rejoint sa flotte, de même que 12 des 60 A220 commandés.

En matière de carburant d’aviation durable (SAF), Air France poursuit son plan visant à augmenter de 1 % à 2 % la part de ce carburant non fossile à bord de ses vols au départ de France en 2023, 10 % en 2030 et plus de 60 % en 2050.

« C’est dix fois plus cher à produire que le kérosène », conclut Jean-Eudes de La Bretèche, en évoquant la répercussion que cela pourra avoir sur les prix des billets.


Le nouveau directeur général d’Air France-KLM au Canada, Jean-Eudes de La Bretèche.







Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur