Jeudi,  24 septembre 2020  13:05

Le dilemme des aéroports du Canada : hausser les frais ou réduire leurs activités


Le dilemme des aéroports du Canada : hausser les frais ou réduire leurs activités

« Alors que les restrictions et quarantaines imposées au secteur des voyages vont de toute évidence se poursuivre cet automne, des données à jour dressent un portrait catastrophique de la situation financière des aéroports du Canada », s’inquiète le Conseil des aéroports du Canada (CAC).

LIRE PLUS : La quarantaine obligatoire et les restrictions entraînent des dommages potentiellement irréparables, selon le CAC

En effet, les dernières projections des aéroports sur le volume de passagers laissent entrevoir une baisse d’environ 72 % en 2020 par rapport à 2019.

Ceux qui espèrent une embellie en 2021 risquent d’être déçus, car si les projections sont justes, la baisse du volume de passagers par rapport à 2019 s’établirait encore à 65 %.

Aide sectorielle (re)demandée pour « freiner l’hémorragie »

Considérant l’urgence de la situation, le CAC demande de nouveau au gouvernement du Canada de mettre immédiatement en place plusieurs mesures d’aide sectorielles.

« Hormis un allègement du loyer des aéroports accordé jusqu’à la fin de 2020, le gouvernement du Canada a privilégié la mise en place de mesures applicables à l’ensemble de l’économie tel que la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC), plutôt que des initiatives plus spécifiques au secteur aéroportuaire », rappelle le CAC.

À ce propos, Daniel-Robert Gooch, président du CAC, commente :

« Malheureusement, des programmes comme la SSUC, tout en accordant un certain soutien, ne parviennent pas à freiner l’hémorragie. »

Des choix difficiles

Pour faire face à la crise, les aéroports se voient donc contraints de faire « des choix difficiles ». Parmi les options : hausser considérablement les frais

Mais « si leurs tarifs devenaient trop élevés, les Canadiens pourraient alors se tourner vers les aéroports américains », prévient M. Gooch.

Surtout que les États-Unis ont, pour leur part, adopté une approche radicalement différente de celle du Canada :

« Le gouvernement a accordé 10 G $US en subventions directes aux aéroports – et cette somme pourrait même augmenter. »

Autre option pour faire face à la crise : les aéroports canadiens pourraient décider de réduire drastiquement leurs activités – « certaines liaisons aériennes annulées pourraient ne jamais être rétablies », prévient Daniel-Robert Gooch.

La situation est telle, selon le CAC, que certains aéroports pourraient même devoir fermer leurs portes de façon définitive. Ce serait évidemment « le pire scénario »…

Trois demandes du CAC

« Les aéroports du Canada sont déterminés à émerger de cette crise plus dynamiques et concurrentiels que jamais, tout en assurant la sécurité des voyageurs et du personnel – mais ils ne peuvent y parvenir seuls », insiste le CAC en présentant trois demandes au gouvernement du Canada.

  • D’abord, en ce qui a trait aux 22 aéroports qui versent un loyer foncier au gouvernement fédéral, on demande que l’allègement des loyers soit prolongé de plusieurs années, soit jusqu’à un retour des volumes habituels de passagers.  
  • Une seconde mesure consiste à accorder à tous les aéroports – en particulier ceux qui ne peuvent profiter d’un allègement des loyers, étant donné qu’ils en versent peu ou aucun – des prêts sans intérêts pouvant être remboursés sur une longue période.
  • Enfin, le gouvernement devrait élargir ses programmes d’infrastructures pour y inclure des fonds servant à soutenir l’exploitation des aéroports sur une base continue, et à financer les investissements requis pour répondre aux exigences imposées en matière de sécurité et d’accessibilité.

« Pour plusieurs aéroports de moindre envergure, qui peinaient à assurer leur viabilité avant même l’arrivée de la COVID-19, ces trois demandes pourraient même s’avérer insuffisantes », remarque le CAC, tout en promettant sa collaboration à Transports Canada.

Et Daniel-Robert Gooch de conclure :

« Nous entendons rétablir la confiance des voyageurs envers le transport aérien et faire équipe avec le gouvernement afin de sauver notre industrie et lui éviter des dommages irréparables et permanents. »

Indicateur