Le déploiement de la 5G préoccupe de plus en plus le milieu de l'aviation

  • Aviation
  •   19-01-2022  12:32
  •   Pax Global Media

Le déploiement de la 5G préoccupe de plus en plus le milieu de l'aviation
[Emirates]
Pax Global Media

Emirates vient d’annoncer la suspension de ses vols vers plusieurs destinations aux États-Unis en raison de ses « préoccupations opérationnelles associées au déploiement prévu des services de réseau mobile 5G » dans ce pays.

Les destinations concernées sont Boston, Chicago, Dallas Fort Worth, Houston, Miami, Newark, Orlando, San Francisco et Seattle. La compagnie aérienne de Dubaï entend toutefois maintenir ses vols vers l'aéroport JFK de New York, l'aéroport international de Los Angeles et l'aéroport international Dulles de Washington DC.

Emirates a indiqué vouloir reprendre l’ensemble de ses services aux É.-U. dès que ses préoccupations opérationnelles seront atténuées. Notons que d’autres compagnies ont exprimé des préoccupations semblables.

À la recherche d’une solution sûre

Parallèlement, le gouvernement des États-Unis a souhaité parvenir à une solution sur le déploiement de la 5G qui soit sûre pour le transport aérien.

À la demande de la FAA (l’autorité américaine de l’aviation), les sociétés AT&T et Verizon ont d'ailleurs annoncé qu’elles retardaient de nouveau le déploiement de signaux 5G autour des principaux aéroports américains afin que les acteurs de l’aviation puissent assurer la sécurité du système aérien en protégeant les avions de ligne commerciaux.

Un gâchis, selon les pilotes

Cette décision est accueillie favorablement par le milieu de l'aviation – notamment par les pilotes qui s’inquiètent depuis des années au sujet des interférences de la 5G avec les instruments de sécurité des avions.

« Les passagers aériens et les expéditeurs méritent un engagement de la part des entreprises de télécommunications de ne pas lancer le nouveau service 5G dans aucun des emplacements aéroportuaires identifiés par la FAA comme étant susceptibles d'interférences 5G jusqu'à ce qu'une solution permanente soit trouvée », a ainsi déclaré l’ALPA (Air Line Pilots Association, Int’l).

Le syndicat déplore que la Federal Communications Commission et les entreprises de télécommunications aient ignoré les préoccupations des acteurs de l’aviation – « créant le gâchis dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui ».

« Ce n’est pas de cette façon que l’on peut protéger ce dossier de sécurité et l’industrie aéronautique vitale des États-Unis, qui sont si essentiels à l’économie de notre pays et à la chaîne d’approvisionnement mondiale », dénonce l’ALPA.

La situation de la 5G au Canada

Au Canada, le gouvernement fédéral, en novembre dernier, a restreint les services 5G autour de 26 aéroports, craignant qu'ils n'interfèrent avec les radioaltimètres.

Parallèlement, le gouvernement continue d’étudier les impacts potentiels de la 5G sur la technologie aéronautique, particulièrement les radioaltimètres.

Transports Canada a aussi émis plusieurs recommandations à l'intention des pilotes qui utilisent des radioaltimètres, notamment d'éviter l'utilisation de procédures automatisées d'atterrissage ou de décollage dans des zones non couvertes par des exclusions. Transports Canada recommande également aux pilotes d'éviter l'utilisation de lunettes de vision nocturne sans éclairage externe afin d’éviter de se fier aux radioaltimètres.

Au Canada, ce sont les sociétés Rogers, Bell et Telus qui détiennent la majorité des services 5G.




Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur