L’Andalousie fait sa promotion à Montréal


L’Andalousie fait sa promotion à Montréal

L'Office du Tourisme de l'Andalousie et l'Office Espagnol du Tourisme de Toronto ont convié les agents de voyages de la région de Montréal à une réception qui s’est tenue hier soir au sein de l’hôtel Omni Mont-Royal.

Scindée en deux temps, la soirée était d’abord consacrée à des ateliers de réseautage avec plusieurs représentants de la région de l’Andalousie avant de passer à un souper-spectacle alliant dégustation de mets andalous et démonstration de Flamenco.

Le Canada, un marché prioritaire

Laura Pena Alberdi, consul responsable des affaires touristiques pour l'Ambassade de l'Espagne au Canada, a profité de la soirée pour rappeler aux agents de voyages l’importance du marché canadien dans les efforts de promotion de l'Office Espagnol du Tourisme en Amérique du nord.

« Le Canada est très important dans notre stratégie au même titre que les États-Unis. C’est pourquoi l’Espagne vient souvent à la rencontre des professionnels d'ici dans le cadre de missions commerciales. Pour la première fois cette année, nous avons visité les villes de Toronto, Montréal et Vancouver, preuve que nous intensifions notre promotion au Canada », nous-a-t-elle déclaré.

Il faut dire que le tourisme en Espagne est en pleine explosion. Troisième destination au monde pour le tourisme, elle enchaine les records.

En 2014, l’Espagne a accueilli 65 millions de visiteurs internationaux et ce chiffre devrait être battu cette année alors que le plus grand pays de la péninsule ibérique a d’ores et déjà reçu 47 millions de curieux entre janvier et août 2015.

L’année dernière, les Canadiens n’ont jamais été aussi nombreux à se rendre en Espagne avec un chiffre dépassant les 220 000 individus. Parmi eux, 38 000 Canadiens ont choisi de se rendre en Andalousie, 4ème région touristique du pays avec 8.5 millions de visiteurs par an.

Pour Laura Pena Alberdi, cette attirance pour l’Andalousie n’a rien d’un mystère.

Une offre touristique diversifiée

Un cappuccino de champignonsEn effet, l’Andalousie peut compter sur une offre touristique complète qui permettra de répondre à toutes les attentes, à commencer par des villes vibrantes et riches historiquement.

On prendra l’exemple de Cordoue, Grenade, Cadix ou Séville avec leurs monuments incroyables : L'Alhambra de Grenade, ce palais d’architecture islamique et son acropole médiévale, la cathédrale de Séville, construite entre 1402, qui est le plus grand monument gothique d’Europe, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, le théâtre romain et les châteaux médiévaux de Cadix…

L’Andalousie est évidemment connue aussi pour son climat doux à longueur d’année, parfait pour fuir l’hiver canadien et ses températures largement négatives. La Costa del Sol est d’ailleurs de plus en plus appréciée pour les longs séjours par la clientèle canadienne.

Le vol direct d’Air Transat de Montréal à Malaga sur une base hebdomadaire vient renforcer l’attrait de ce coin pour les Québécois.

Laura Pena Alberdi souligne que l’Andalousie est très bien desservie pour les voyageurs qui voudraient effectuer des escales en Europe avec ses deux aéroports internationaux. La connectivité interne est également excellente avec les 4 aéroports nationaux et le train rapide disponible sur tout le territoire.

« On peut imaginer faire une visite de Madrid et se rendre en 2 heures à Cordoue, en 2h30 à Séville ou Malaga grâce à l’AVE, le train à grande vitesse de la Renfe », nous a-t-elle expliqué.

Dans une vidéo promotionnelle diffusée hier soir, on a appris aussi que l’Andalousie :

  • comporte 1600 km de côtes magnifiques;
  • abrite le plus grand désert européen;
  • dispose de montagnes enneigées durant six mois;
  • jouit de 28.000 heures de soleil par an;
  • est une terre de cinéma avec les tournages de films comme Lawrence d'Arabie, Meurs un autre jour et Docteur Jivago.

« Au-delà de tout cela, l’Andalousie est surtout riche de ses gens. Ils ont la culture du partage, de l’allégresse et de la passion. Rencontrer les andalous, c’est déjà toute une expérience », a conclu Laura Pena.

 

Indicateur