La France mettra en place une écotaxe sur les billets d'avion à partir de 2020


La France mettra en place une écotaxe sur les billets d'avion à partir de 2020
Antoine Stab

C’est d’abord en tant que journaliste plein air qu'Antoine Stab a découvert le monde du voyage et son industrie. Français d'origine et québécois d'adoption, il se dit curieux de tout, autant ce qui se passe dans la cour arrière qu’à l’autre bout du monde.

Vers une augmentation du prix des billets d'avion en France ? C'est ce que laisse entendre le gouvernement français qui a annoncé hier (mardi 9 juillet), qu'il allait mettre en place une nouvelle taxe sur les billets d'avion à partir de l'année prochaine.

Cette taxe, qui devrait s’appliquer uniquement aux vols au départ du pays, sera de :

  • 1,5 euro (environ 2,2 $) pour les vols intérieurs et au sein de l'Union Européenne (UE) en classe économique, 
  • 9 euros (un peu plus de 13 $) pour ces vols en classe affaires
  • 3 euros (environ 4,5 $) pour les vols en classe éco, hors UE 
  • 18 euros (environ 27 $) pour ces vols en classe affaires

Au total, le gouvernement estime pouvoir ainsi ramasser environ 180 millions d'euros par an, qui permettront de financer des alternatives et des infrastructures de transports plus écologiques, comme le ferroviaire.

 « Il n’est pas question que notre pavillon national s’en trouve désavantagé. Depuis des mois s’exprime un sentiment d’injustice chez nos concitoyens sur la fiscalité du transport aérien. La France s’est engagée sur la voie de la taxation du transport aérien, mais il y a urgence. Aussi, nous avons décidé, comme d’autres pays, de mettre en œuvre une écocontribution progressive », a expliqué la ministre des Transports, Elisabeth Borne, dans des propos rapportés par l'Agence France-Presse.

LIRE PLUS : Les aéroports suédois prélèvent maintenant une taxe écologique

D'autres pays européens ont en effet déjà mis en place de telles mesures fiscales, notamment l'Allemagne, l'Italie ou encore la Suède. 

Cette dernière a par exemple mis en place, en avril 2018, une taxe similaire, sur les billets, imposant des frais supplémentaires pouvant aller jusqu'à 40 € (un peu plus de 60 $) afin de réduire l'impact du transport aérien sur le climat. Le pays scandinave a d'ailleurs vu se développer un mouvement appelé « flygskam », pour désigner la honte de prendre l’avion

LIRE PLUS - VOX POP : la honte de prendre l’avion

L'IATA désapprouve

Dans un communiqué, l'association internationale du transport aérien (IATA) estime que cette mesure est « erronée »:

« Depuis 1990, les compagnies aériennes ont réduit leurs émissions de carbone par passager de 50% et à partir de 2020, elles paieront pour compenser toute la croissance des émissions. Une taxe n’aidera pas l’industrie à investir dans des carburants et des technologies plus propres. Les 100 milliards d'euros générés par l'aviation pour l'économie française seront également endommagés, et 500 000 nouveaux emplois sont menacés par le manque de compétitivité de l'aviation française. 81% des Français ne croient pas que leur gouvernement dépense des taxes environnementales pour des actions environnementales ». 

Ainsi, l'organisation regroupant plus de 250 compagnies aériennes, estime qu'il serait préférable de « dépenser cette taxe pour accélérer la durabilité de l'aviation, en accordant la priorité à un contrôle plus efficace du trafic aérien et à la promotion de carburants durables ».

Indicateur