Mercredi,  18 septembre 2019  20:56

Et si on voyageait sans passeport papier ?


Et si on voyageait sans passeport papier ?
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

D'ici 2030, les voyages internationaux en avion devraient augmenter pour se chiffrer à 1,8 milliard de passagers, soit une hausse de 50 % par rapport à 2016. On s’en réjouit, bien sûr ! Toutefois, les aéroports ne pourront pas suivre le rythme de cette augmentation avec les systèmes actuellement en place. 

La solution du Forum économique mondial ? Voyager sans passeport papier ! Dans le cadre d’un projet pilote, un premier voyage aller-retour sans papier devrait même avoir lieu, dès le début de 2020, entre le Canada et les Pays-Bas.

Intitulé Known Traveller Digital Identity (KTDI), ce projet pilote a été lancé le 26 juin par le Forum économique mondial, en collaboration avec les gouvernements du Canada et des Pays-Bas ainsi que des partenaires de l'industrie, comme Air Canada, KLM, Montréal‑Trudeau, Toronto Pearson et Amsterdam‑Schiphol.

Comment ça marche ?

Dans le cadre de l’initiative du KTDI, les données d'identité qui sont habituellement dans une puce sur le passeport d'un passager sont plutôt stockées et chiffrées dans leur appareil mobile.

Les passagers peuvent gérer leurs données d'identité et accepter à l'avance de les communiquer aux autorités frontalières, aux transporteurs aériens et aux autres partenaires du projet pilote. Au moyen de la biométrie, les données sont vérifiées à chaque portion du voyage, jusqu'à l'arrivée à destination, sans avoir à utiliser un passeport papier.

Au fil du temps, les passagers acquièrent un statut de « voyageur connu », grâce à l'accumulation « d'attestations » ou de demandes qui sont prouvées et validées par des partenaires de confiance comme des agences frontalières et des transporteurs aériens reconnus.

Le résultat est une identité numérique réutilisable qui favorise des interactions plus simples et mieux adaptées avec les gouvernements, les transporteurs aériens et les autres partenaires.

L'avenir de l'aviation

« En utilisant des identités numériques interexploitables, les passagers peuvent profiter d'un système global assurant un voyage sûr et fluide. Ce système contribuera à façonner l'avenir de l'aviation et de la sécurité », affirme Christoph Wolff, responsable de la mobilité au Forum économique mondial.

La plateforme du KTDI sera intégrée aux systèmes partenaires et mise à l'essai à l'interne, tout au long de 2019. Le premier voyage aller-retour sans papier entre le Canada et les Pays-Bas est prévu au début de 2020.

« Le projet pilote Known Traveller Digital Identity contribuera à faciliter des voyages aériens internationaux fluides et profitera à l'économie mondiale, en améliorant l'expérience des voyageurs tout en veillant à ce que la sûreté transfrontalière soit maintenue », s’est félicité Marc Garneau, ministre des Transports du Canada.

Indicateur