Entretien avec Julien Houdebine: Pourquoi voler sur les ailes de Corsair entre YUL et ORY?


Entretien avec Julien Houdebine: Pourquoi voler sur les ailes de Corsair entre YUL et ORY?
Julien Houdebine, directeur commercial et réseau de Corsair.

Alors que Corsair reprenait ses vols entre Montréal-Trudeau et Paris-Orly le 4 juin (après deux années de pause), Julien Houdebine, directeur commercial et réseau, était de passage à Montréal pour faire valoir les avantages de voler sur les ailes de sa compagnie. 

PAX s’est entretenu avec lui.


LIRE PLUS – Corsair relance son service entre Montréal-Trudeau et Paris-Orly 


« La qualité au meilleur prix »

Alors que d’autres compagnies desservent la route Paris-Montréal, nous avons d'emblée demandé à M. Houdebine qu’est-ce qui distingue, selon lui, Corsair de ses concurrents.

« Pour le dire vite : la qualité au meilleur prix », nous a-t-il répondu tout de go.

Invité à élaborer, Julien Houdebine rappelle que Corsair a beaucoup évolué au fil de ses 40 années d’existence. Après avoir longtemps donné dans le charter, Corsair s’est positionnée en tant que compagnie régulière il y a une douzaine d’années.

« Petit à petit, nous avons monté en gamme; nous avons créé un nouveau produit complet pour devenir une compagnie "full service". Nous offrons un produit tricabine [business, premium et économie]. Il n’y a pas de compromis ni de mauvaise surprise avec Corsair », lance-t-il.

M. Houdebine souligne que Corsair a mis au rancart ses vieux B747 et que sa flotte est désormais tout Airbus. Cinq des neuf appareils sont des Airbus A330-Néo, un modèle reconnu pour ses performances économiques et environnementales. (Les appareils desservant YUL sont toutefois des A330-300 classiques, de 300 ou 350 sièges.)

Le directeur se félicite de ce que la qualité du produit et du service de Corsair soit reconnue. « Nous avons d’excellents retours de la part de nos clients. Ils apprécient particulièrement l’accueil offert par notre personnel navigant. C’est un marqueur très fort », dit-il.

Poursuivant sur sa lancée, Julien Houdebine rappelle que la classe Premium de Corsair a été reconnue comme la meilleure du monde en 2019. Et selon lui, le fait que ses sièges soient des sièges-lits d’une ancienne génération de sièges Affaires n’y est pas étranger…

« Pour une Premium, c’est une excellente proposition, qui s’ajoute à des tarifs qui sont souvent les plus attractifs du marché », assure-t-il.


[Corsair]


L’avantage Paris-Orly

Par ailleurs, l’une des choses qui distinguent le plus Corsair de ses concurrents est bien sûr le fait qu’elle vole (quotidiennement jusqu’à octobre) entre YUL et ORY – tandis que les Air France, Air Canada et Air Transat volent plutôt entre YUL et CDG.

C’est une différence remarquable, en effet. Mais est-ce un avantage ? Selon Julien Houdebine, la réponse ne fait pas de doute !

« Paris-Orly étant situé plus près de Paris, c’est un aéroport plus accessible qui, en outre, ne souffre pas du gigantisme de Charles-de-Gaulle. Les temps de parcours y sont donc très inférieurs, et ce, au départ comme à l’arrivée. La vitesse à laquelle on sort de l’aéroport et celle à laquelle on rejoint ensuite le centre de Paris sont d’importants atouts de l’expérience-client », énumère-t-il.

Cela dit, le fait que plusieurs agents ont l’habitude de demander du CDG dans les systèmes représente un enjeu pour Corsair, reconnaît M. Houdebine. « Il faut demander du Paris pour voir l’offre de Corsair », insiste-t-il.

Julien Houdebine rappelle par ailleurs que le réseau de Corsair permet aux Canadiens d’aller au-delà de Paris-Orly, notamment vers Abidjan ou La Réunion. Il mentionne aussi que la compagnie propose une offre « Train + Air » en collaboration avec TGV InOui. Cet accord facilite l’accès des Canadiens à 18 villes de la province française.


[Corsair]


« Voyagez en bonne compagnie »

En février dernier, Corsair a dévoilé une nouvelle signature : « Voyagez en bonne compagnie ». Celle-ci reflète bien l’esprit de Corsair, selon Julien Houdebine. On remarque la nouvelle signature dans la campagne d’affichage en cours à Montréal.

Alors que le marché de Corsair se répartit entre les voyages d’agrément, les voyages d’affaires et les réunions familiales, la compagnie fait actuellement des efforts particuliers pour joindre le segment des étudiants – auquel une promotion est d’ailleurs dédiée (jusqu’au 17 juillet). 


Collaborer avec les pros

Selon Julien Houdebine, la demande rebondit nettement sur le marché canadien. « Tous nos vols de juin sont pleins et ceux de juillet et août sont en ligne avec ce qu’on avait avant la crise », dit-il.

Alors qu’en 2019, près de 100 000 passagers avaient volé sur ses ailes de entre Montréal et Paris, Corsair aspire à s’approcher de ce niveau en 2022, et ce, même si la saison sera plus courte. Pour ce faire, la compagnie mise sur son partenariat avec les pros.

« Nous nous appuyons beaucoup sur les agences de voyages. Nous cherchons à travailler main dans la main et à construire avec eux, en nous adaptant à leurs besoins de façon agile. C’est notre manière de faire ! »

Corsair est représentée au Canada par APG, qui agit comme son représentant général (GSA). Néanmoins, la Société se fait un point d’honneur de visiter aussi ses partenaires sur une base régulière. « Le lien humain, la confiance, ça passe par la présence physique », note Julien Houdebine.

Le directeur commercial et réseau reconnaît que la pause pandémique de deux ans impose un effort particulier à Corsair pour revenir dans les habitudes des agents de voyages (d’autant plus que les concurrents ont pour leur part maintenu leurs liaisons).

Julien Houdebine se dit toutefois rassuré par l’accueil que lui ont réservé les partenaires de Corsair lors de son passage Montréal. 

« Nous sentons que les gens sont ouverts à l’offre alternative que nous apportons », conclut-il.

 

[Corsair]







Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur