Samedi,  27 février 2021  11:20

En Grande-Bretagne, la quarantaine passera de 14 à 5 jours pour certains voyageurs


En Grande-Bretagne, la quarantaine passera de 14 à 5 jours pour certains voyageurs
Source : WTTC

Certains passagers arrivant au Royaume-Uni pourront réduire considérablement leur temps de quarantaine à compter du 15 décembre. En effet, celle-ci passera de 14 à 5 jours, pour ceux qui pourront présenter un résultat de test COVID-19 négatif le cinquième jour suivant l’arrivée.

LIRE PLUS – Ottawa prolonge les restrictions de voyage et l’exigence de quarantaine jusqu’au 30 novembre 

Le World Travel & Tourism Council applaudit cette mesure, estimant qu’elle constituera « un progrès significatif dans la relance des voyages, en particulier pour les voyageurs d’agrément ».

Du même souffle, le WTTC critique toutefois le fait que cette mesure ne sera pas accessible à tous, puisque les tests de COVID coûtent de 65 à 120 £.

Le WTTC préconise que les mesures de quarantaine soient réduites ou complètement remplacées par un test de dépistage systématique et internationalement reconnu au départ, et ce, jusqu’à ce qu’un vaccin soit largement disponible.

« Réduire la quarantaine de 14 jours, qui est extrêmement perturbante, à seulement cinq jours avec un test, bien que plutôt coûteux, sera accueilli comme un progrès réel dans le secteur du voyage et du tourisme », a néanmoins déclaré Gloria Guevara, PDG du WTTC.

Le CNLA applaudit aussi

Au Canada, la mesure annoncée par le Royaume-Uni est également bien accueillie.

« Nous sommes encouragés par la décision du gouvernement britannique de suivre une approche fondée sur la science et de réduire les mesures de quarantaine à la suite des tests. Il s’agit d’une étape importante pour favoriser la reprise des activités aériennes et des voyages en toute sécurité », déclare le Conseil national des lignes aériennes du Canada, par voie de communiqué.

Le CNLA, rappelons-le, représente Air Canada, Air Transat, Jazz Aviation LP et WestJet.

« Nous continuerons à travailler avec le gouvernement canadien pour faire pression en faveur d’un régime de tests clair et efficace afin que nous puissions à notre tour traiter les restrictions canadiennes en matière de quarantaine et de voyages », ajoute Mike McNaney, PDG du CNLA.

L’association rappelle qu’au cours des derniers mois, Air Canada et WestJet, en collaboration avec leurs partenaires aéroportuaires, ont lancé des programmes d’essai à Toronto, Calgary et Vancouver, afin d’atténuer les restrictions de voyage – « à l’instar de ce que le gouvernement britannique a fait jusqu’à présent ».

Le CNLA affirme que les restrictions actuelles risquent de réduire le PIB canadien de 27 à 37 G$ et avoir un impact sur 400 000 à 500 000 emplois. 

« Les tests seront un élément clé alors que les gouvernements du monde entier commencent à adapter leurs politiques de quarantaine et de voyage à la suite des tests.  Nous devons veiller à ce que la politique canadienne soit alignée sur les meilleures pratiques internationales », conclut M. McNaney.

Indicateur