Dix-huit Canadiens tués sur le vol ET302 d'Ethiopian Airlines


Dix-huit Canadiens tués sur le vol ET302 d'Ethiopian Airlines
Cérdit photo : By LLBG Spotter
Christine Hogg

Christine Hogg est éditrice adjointe au contenu numérique. Avant son arrivée chez PAX, elle a obtenu un baccalauréat spécialisé en journalisme à l'Université de Toronto. Après avoir obtenu son diplôme, elle a écrit pour plusieurs publications de voyage tout en parcourant le monde: la plus longue dura trois semaines en Europe et la plus courte seulement 16 heures en Islande.

Hier, le 10 mars 2019, le vol ET302 d’Ethiopian Airlines en provenance d’Addis-Abeba et à destination de Nairobi (Kenya) s’est écrasé, faisant 149 victimes et huit membres d’équipage à bord.

Selon les rapports de la BBC, le Boeing 787, qui avaient seulement quelques mois en activité, s'est écrasé six minutes après le décollage, à 08h44 heure locale.

Dix-huit Canadiens ont été tués, ce qui représente le deuxième plus grand nombre de morts après 32 Kenyans. Plus de 30 nationalités étaient présentes à bord de l'avion, aux côtés de l'Éthiopie (9); Chine (8); Italie (8); États-Unis (8); France (7); Royaume-Uni (7); Egypte (6); Allemagne (5); Inde (4); Slovaquie (4); Autriche (3); Russie (3); Suède (3); Israël (2); Maroc (2); Pologne (2); Espagne (2); Belgique (1); Djibouti (1); Indonésie (1); Irlande (1); Mozambique (1); Norvège (1); Rwanda (1); Arabie saoudite (1); Soudan (1); Somalie (1); Serbie (1); Togo (1); Ouganda (1); Yémen (1); Népal (1); Nigeria (1).

Qu'est-il arrivé ?

C'est la deuxième fois qu'un Boeing 787 s'écrase quelques minutes après le décollage au cours des cinq derniers mois. À la fin du mois d’octobre 2018, le vol JT 610 de Lion Air, opéré par Lion Air, qui se dirigeait vers l’aéroport Depati Amir de Pangkal Pinang, a perdu contact à peine 13 minutes après le décollage et s’est écrasé en mer.

L'avion utilisé pour ce vol était neuf, avait été construit en 2018 et était spécifiquement destiné à une utilisation pour les courtes distances.

Comme la tragédie du vol ET302 d’Ethiopian Airlines, il n’y a pas eu de survivants.

Les rapports de la BBC indiquent que le pilote de l'ET302 a demandé à revenir à Addis-Abeba peu de temps après le décollage.

Selon Flightradar24, une application de suivi du trafic aérien, le Boeing 787 exploité par Ethiopian Airlines avait effectué son premier vol en octobre 2018, alors que le même mois, le vol de Lion Air, opéré par le même appareil, s'était écrasé en mer.

Après avoir téléchargé les données de vol depuis ET302, Flightradar24 a déclaré dans un tweet :

« Des données supplémentaires provenant du réseau Flightradar24 ADS-B montrent que la vitesse verticale était instable après le décollage ».

Qui étaient les passagers à bord ?

Selon le Globe and Mail, les autorités ont identifié six des 18 victimes canadiennes de l'accident d'avion survenu au Canada.

Parmi eux figuraient la personne en charge du département des études africaines de l’Université Carleton, une mère et sa fille âgée de cinq ans d’Edmonton, un comptable de Calgary, un comptable financier de la ville de Calgary et un jeune environnementaliste de Winnipeg qui devait participer à l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement à Nairobi, au Kenya.

Le Premier ministre Justin Trudeau a fait la déclaration suivante sur l'accident d'avion mortel en Éthiopie :

« Je suis profondément attristé par le terrible accident d'avion survenu aujourd'hui près d'Addis-Abeba, en Éthiopie, qui a coûté la vie à 157 personnes, dont 18 citoyens canadiens. Au nom de tous les Canadiens, Sophie et moi offrons nos sincères condoléances à ceux qui ont perdu leur famille, leurs amis et leurs proches à la suite de cette tragédie. Bien que les causes de l'accident continuent de faire l'objet d'une enquête, la sécurité de tous les Canadiens demeure notre principale préoccupation. Nous fournissons une assistance consulaire et travaillons en étroite collaboration avec les autorités pour recueillir des informations supplémentaires. Nous nous joignons à la communauté internationale pour pleurer la perte de tant de vies, y compris des pays qui ont également perdu des citoyens dans cet accident dévastateur. Je m'adresse au président du Kenya, Uhuru Kenyatta, et au Premier ministre de l'Éthiopie, Abiy Ahmed, pour leur exprimer mes condoléances pour cet événement tragique. »

Boeing réagit

Un communiqué de presse a été publié hier par Boeing sur son site internet :

« Boeing est profondément attristé d'apprendre le décès des passagers et de l'équipage à bord du vol 302 d'Ethiopian Airlines, un 737 MAX 8. Nous exprimons nos sincères condoléances aux familles et aux proches des passagers et de l'équipage à bord et sommes prêts à apporter leur soutien. Ethiopian Airlines. Une équipe technique de Boeing se rendra sur le site de l’accident pour apporter une assistance technique sous la direction du Bureau d’enquête sur les accidents en Éthiopie et du US National Transportation Safety Board. » 

À la suite de l'accident d'avion survenu hier, les compagnies aériennes du monde entier, qui utilisent actuellement la flotte de Boeing 787, ont pris des mesures pour ranger au garage tous leurs avions jusqu'à ce que de nouveaux essais puissent être effectués.

Selon CNN, « l'Administration de l'aviation civile de Chine a ordonné lundi que tous les Boeing 737 MAX 8 nationaux soient hors de l'air à 18 h, heure locale, en raison de son principe de" tolérance zéro pour les dangers pour la sécurité ».

La Chine possède l'une des plus grandes flottes de Boeing 737 MAX 8 au monde, exploitant 97 avions, selon les médias chinois.

Cayman Airways a également annoncé lundi qu'elle n'utiliserait pas ses deux « nouveaux avions Boeing 737 MAX 8... jusqu'à ce que plus d'informations soient données », a rapporté CNN.

Indicateur