Un appel commun aux gouvernements pour la mise en place de tests dans les aéroports

  • Aviation
  •   14-10-2020  11:05
  •   Pax Global Media

Un appel commun aux gouvernements pour la mise en place de tests dans les aéroports
Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l’IATA, et Luis Felipe de Oliveira, directeur général de l'ACI World,
Pax Global Media

Face à l’effet dévastateur de la COVID-19, de nombreuses organisations des secteurs du voyage et du tourisme, notamment chez les transporteurs aériens et les aéroports, lancent un appel au gouvernement pour la mise en place urgente des tests antigéniques dans les aéroports facilitant ainsi les déplacements des voyageurs.

Parmi elles, on y retrouve l'Association internationale du transport aérien (IATA), l'Association internationale des compagnies de croisière (CLIA), le Conseil international des aéroports (ACI - Airports Council International), et plusieurs organisations européennes comme le Syndicat des Entreprises du Tour Opérating (SETO) ou encore l'organisme Les Entreprises du Voyage.

LIRE PLUS : « Sans tests rapides, notre secteur risque de ne jamais s’en remettre ! »

Selon eux, cette mesure, doublée d'une aide financière directe pour les compagnies aériennes, « protégeraient les pays de l'importation de cas de COVID-19, éviteraient une crise de l'emploi dans le secteur des voyages et du tourisme et garantiraient que la structure aéronautique critique reste viable et capable de soutenir les avantages économiques et sociaux sur lesquels le monde compte » assure l'IATA dans un communiqué :

« La réouverture en toute sécurité des frontières sans quarantaine en utilisant une approche coordonnée des tests stimulerait l'ensemble de l'économie et constituerait une bouée de sauvetage pour les compagnies aériennes et les aéroports ».

Crédit : Deposit Photo.

De nombreux emplois en jeu

L'Air Transport Action Group (ATAG) estime que 46 millions d'emplois sont menacés en raison de la crise du COVID-19. La grande majorité d'entre eux (41,2 millions d'emplois) se trouvent dans le secteur des voyages et du tourisme qui dépend de l'aviation. Le reste (4,8 millions d'emplois) est réparti entre les emplois directs dans l'aviation, y compris les aéroports et les compagnies aériennes.

La viabilité du secteur aérien pour soutenir l'emploi est remise en question par la chute sévère et prolongée de l'activité:

  • L'ACI estime que l'industrie aéroportuaire subira une réduction de -60% de ses revenus, atteignant un niveau sans précédent de 104,5 milliards de dollars.
  • Les revenus des compagnies aériennes seront en baisse d'au moins 50% (419 milliards de dollars contre 838 milliards de dollars en 2019), selon l'IATA.

Les gouvernements sont ainsi instamment priés de s'attaquer aux effets dévastateurs de la fermeture des frontières et des autres restrictions de voyage imposées par les gouvernements en soutenant la viabilité de l'aviation grâce à un soutien financier direct qui :

  • protège les emplois et les opérations,
  • n'augmente pas les niveaux d'endettement, et
  • minimise les défauts de paiement et les pertes de crédit.

LIRE PLUS : L'industrie aérienne perd près de 400 000 dollars canadiens chaque minute, selon l'IATA

« La pandémie COVID-19 reste une crise existentielle et les aéroports, les compagnies aériennes et leurs partenaires commerciaux ont besoin d'une aide financière directe et rapide pour protéger les opérations et les emplois essentiels », a déclaré le directeur général de l'ACI World, Luis Felipe de Oliveira. « Mais une telle assistance n'est qu'une pièce du puzzle alors que l'industrie redémarre et se prépare à maintenir des opérations continues axées sur la santé et le bien-être des voyageurs, du personnel et du public. L'ACI et l'IATA sont alignés pour appeler à une action gouvernementale urgente pour introduire des tests généralisés et coordonnés sur les passagers afin de permettre la suppression des exigences de quarantaine. Sans cette action, il n'est pas exagéré que l'industrie soit confrontée à l'effondrement. »

Et Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l’IATA, d'ajouter : 

« Nous devons agir rapidement. De grandes parties du réseau aérien mondial sont gravement endommagées depuis plus d'un demi-an. Les pertes d'emplois - à l'intérieur et à l'extérieur de l'industrie - s'accumulent chaque jour où les frontières sont fermées. Et avec chaque emploi perdu, la reprise et l'impact sur l'économie dans son ensemble deviennent encore plus difficiles. L'élan prend de l'ampleur pour soutenir les tests visant à rouvrir les frontières. C’est la première priorité opérationnelle. Et pour nous assurer que nous avons un secteur de l'aviation viable à la fin de cette crise, une deuxième série de secours financiers est inévitable.

LIRE PLUS : Les perspectives pour l’industrie de l’aviation s’assombrissent encore, selon l’IATA

Indicateur