Ce que propose l’OACI pour réduire le risque de transmission de la COVID-19 en avion


Ce que propose l’OACI pour réduire le risque de transmission de la COVID-19 en avion

Le Conseil de l’Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) vient d’approuver Takeoff, un cadre documenté et complet de mesures temporaires pour réduire le risque de transmission de la COVID-19 en avion. L’Association internationale du transport aérien (IATA) affirme qu’il faut d’urgence appliquer ces lignes directrices.

« Les orientations du document Takeoff ont été élaborées avec la meilleure expertise des gouvernements et de l’industrie. Les compagnies aériennes les appuient sans réserve. Nous comptons maintenant sur les gouvernements pour appliquer rapidement ces recommandations, parce que le monde désire voyager encore et que les compagnies aériennes ont un rôle à jouer dans la reprise économique », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

LIRE PLUS : Les recommandations sanitaires de l’IATA en vue du redémarrage de l’industrie aérienne

Mais quelles sont donc ces mesures exactement ? Ce sont les suivantes :

  • Distanciation physique dans la mesure du possible et mise en œuvre de « mesures adéquates fondées sur le risque quand la distanciation n’est pas possible, par exemple dans les cabines d’aéronef ».
  • Port du couvre-visage et du masque par les passagers et le personnel de l’aviation.
  • Assainissement et désinfection de toutes les zones comportant un potentiel de contacts humains et de contamination.
  • Surveillance de l’état de santé, ce qui pourrait inclure une autodéclaration avant et après le vol, ainsi que la surveillance de la température corporelle et l’examen visuel « par des professionnels de la santé ».
  • Suivi des contacts des passagers et des travailleurs: l’information à jour sur les contacts serait exigée dans le cadre de l’autodéclaration, et les interactions entre les passagers et les gouvernements se feraient au moyen des portails gouvernementaux.
  • Formulaire de déclaration de santé des voyageurs, incluant les autodéclarations conformément aux recommandations des autorités de santé publique compétentes. On devrait encourager l’utilisation d’outils électroniques pour éviter les documents papier.
  • Dépistage : si on peut obtenir des tests en temps réel, rapides et fiables.

LIRE PLUS : Concierge en vol ? Bagages désinfectés ? 70 façons dont les voyages en avion pourraient changer

« Ces mesures à plusieurs niveaux devraient donner aux voyageurs et aux équipages la confiance nécessaire pour recommencer à prendre l’avion. Et nous sommes résolus à collaborer avec nos partenaires afin d’améliorer sans cesse ces mesures, en suivant l’évolution de la science médicale, de la technologie et de la pandémie elle-même », conclut M. de Juniac.

Indicateur