Boeing confirme une nouvelle faille dans son 737 MAX


Boeing confirme une nouvelle faille dans son 737 MAX

Rien ne va plus chez Boeing : suite à une analyse exhaustive des systèmes informatiques et de simulation du 737 MAX menée par la Federal Aviation Administration (FAA), tout porte à croire que le géant aéronautique fait face à des failles majeures additionnelles.

Par conséquent, la FAA demandé à Boeing de modifier le programme qu'il développait pourtant depuis plus de huit mois et a indiqué qu'il ne lèverait pas l'interdiction de vol avant que ces modifications ne soient complétées. Rappelons que chez nous, Air Canada, WestJet et Sunwing ont cloué leurs appareils 737 MAX au sol jusqu'à nouvel ordre.

« Les tragédies causées par le Boeing 737 MAX pèsent lourdement sur une industrie qui s'enorgueillit pourtant de faire de la sécurité sa priorité. L'aviation est un système globalement intégré, qui s'appuie sur des standards internationaux, incluant la réciprocité des régulateurs touchant la sécurité à bord », expliquait Alexandre de Juniac, président-directeur général de l'IATA.

LIRE PLUS : Les Boeing 737 MAX resteront cloués au sol pour une durée indéterminée

Un problème de stabilisation

Or, selon des informations avancées par le portail CNBC, il semblerait que des pilotes de la FAA auraient découvert une faille reliée au Maneuvering Characteristics Augmentation System (MCAS), qui ne permettait pas aux pilotes de retrouver le contrôle total de l'appareil en un laps de temps raisonnable et qui aurait provoqué une descente vertigineuse pratiquement impossible à contrôler.

Boeing estime de son côté que le problème toucherait probablement un microprocesseur dont les données auraient pu être corrompues en raison d'une puce défectueuse.

Boeing se défend

La FAA est en charge d'évaluer le retour potentiel du 737 MAX dans les airs et prend les grands moyens afin d'assurer la sécurité des passagers. Elle indique que le manufacturier ne doit pas s'astreindre à un horaire strict motivé par un potentiel retour dans les airs, mais devrait plutôt se concentrer sur la qualité de son produit d'abord et avant tout.

Boeing, quant à lui, dit être d'accord avec cette batterie de tests et se soumettre à toutes les demandes, y compris celles d'apporter les modifications requises aux systèmes informatiques ayant causé deux crashs mortels dans les derniers mois.

« Régler ce problème permettra de réduire la charge de travail des pilotes en automatisant une source potentielle de commande de stabilisation. Boeing ne certifiera pas le 737 MAX tant et aussi longtemps que la FAA n'aura pas estimé que les critères de sécurité seront tous comblés. L'appareil pourra alors reprendre le service ».

Indicateur