Bilan d’Air Canada pour 2021: une année «extrêmement difficile», mais une reprise «très réelle» malgré Omicron

  • Aviation
  •   18-02-2022  11:20
  •   Pax Global Media

Bilan d’Air Canada pour 2021: une année «extrêmement difficile», mais une reprise «très réelle» malgré Omicron
Le président et chef de la direction d'Air Canada, Michael Rousseau.
Pax Global Media

« L'évolution imprévisible de la pandémie de COVID-19 a rendu l'année 2021 extrêmement difficile pour Air Canada et le secteur mondial du transport aérien », indique le président et chef de la direction d'Air Canada, Michael Rousseau, en annonçant les résultats financiers de l’exercice et du quatrième trimestre 2021.

Pour l’exercice 2021, Air Canada déclare en effet une perte d'exploitation de 3,049 G$ (contre 3,776 G$ pour l'exercice 2020). Les produits d'exploitation ont atteint 6,4 G$ (contre 5,833 G$ en 2020).

En 2021, Air Canada a réduit sa capacité de 11 % par rapport à 2020 (soit une baisse d'environ 70 % comparativement à 2019).

LIRE PLUS – Air Canada parmi les «Meilleurs employeurs de Montréal» pour la 9e année de suite 

Améliorations malgré Omicron au 4e trimestre

Les choses se sont toutefois nettement améliorées au quatrième trimestre de 2021 avec des produits d'exploitation atteignant 2,731 G$, soit 30 % de plus qu'au troisième trimestre de 2021 et plus du triple des produits d'exploitation enregistrés au quatrième trimestre de 2020.

« Notre BAIIDA* trimestriel a dépassé nos attentes et a affiché un résultat positif pour la première fois en sept trimestres », se félicite Michael Rousseau.

Malgré tout, le quatrième trimestre s’est soldé par une perte d'exploitation de 503 M$ – c’est une perte nettement moindre, cependant, que celle de 1,003 G$ enregistrée au quatrième trimestre de 2020.

« L'amélioration d'un trimestre à l'autre et d'un exercice à l'autre des résultats d'Air Canada au quatrième trimestre montre que la reprise amorcée est très réelle malgré le variant Omicron », observe Michael Rousseau.

Au quatrième trimestre, Air Canada a ainsi accru sa capacité de 26 % par rapport au trimestre précédent.

« Avant l'apparition d'Omicron, les ventes de billets ont atteint 65 % des niveaux d'avant la pandémie en octobre et en novembre. Ce sont là des indicateurs encourageants », commente le président.

Omicron : le report et non pas l’annulation de voyages

Selon Michael Rousseau, les résultats du quatrième trimestre portent à croire que les clients continueront de faire confiance à Air Canada – « et que l'effet d'Omicron sur nos activités signifie plutôt report et non pas annulation de voyages ».

Michael Rousseau note d’ailleurs que le programme Aéroplan transformé fait état d'« un fort volume d'achats » et que les réservations de Vacances Air Canada ont « repris un essor considérable ».

De fait, Air Canada prévoit d’accroître sa capacité de 243 % au premier trimestre de 2022 par rapport au trimestre correspondant de 2021. (La capacité resterait alors inférieure d'environ 44 % à ce qu'elle était au premier trimestre de 2019.)

« D'autres signes évidents de relance se profilent, ajoute-t-il. Nous avons activement entrepris la reconstruction de notre réseau, qui comprenait 70 escales au début de 2021 contre 118 à la fin de la même année. »

En outre, le nombre moyen de vols quotidiens est passé de 245 en janvier 2021 à 665 en décembre 2021.

« Surtout, nous avons rappelé plus de 10 000 collègues, dont 3900 au quatrième trimestre, et nous avons également commencé à embaucher de nouveaux employés », souligne Michael Rousseau.

Bref, un optimisme prudent est de mise…

« En ce début de 2022, tout porte à croire que la reprise du transport aérien se poursuivra, quoiqu’irrégulière. Nous pensons néanmoins que la revitalisation de nos activités va s'accélérer », fait valoir le président d’Air Canada.

À cet égard, le début de l'allègement graduel des restrictions en matière de voyage à compter du 28 février que vient d’annoncer le gouvernement du Canada tombe à point.

« À cette fin, nous travaillons en collaboration avec les gouvernements qui cherchent à adapter leurs politiques, en s'appuyant sur des données scientifiques et en tenant compte des importantes mesures sanitaires mises en place par Air Canada et le secteur du transport aérien, afin que le Canada puisse profiter des avantages économiques de la reprise mondiale faisant suite à la pandémie de COVID-19, dont beaucoup découleront de l'augmentation des échanges commerciaux et des voyages », conclut Michael Rousseau.

*BAIIDA : le bénéfice avant intérêts, impôts et dotation aux amortissements.



LIRE PLUS – Air Canada célèbre le «Mois de l'histoire des Noirs» 

LIRE PLUS – Jeux d'hiver 2022: Air Canada soutient la quête d'excellence 

LIRE PLUS – Air Canada dévoile sa livrée inspirée d’«Alerte rouge» 



 



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !




Indicateur