Bagotville : Sunwing applaudit… mais ne se mêle pas de politique !


Bagotville : Sunwing applaudit… mais ne se mêle pas de politique !
Sam Char, vice-président exécutif de Sunwing au Québec (à gauche), en compagnie de Colin Hunter, président du conseil de Sunwing
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

D’ici 2020, l’aéroport de Bagotville devrait être doté d’un espace d’accueil plus grand pour améliorer le confort des visiteurs. En entrevue avec Le Quotidien, Sam Char et Lyne Chayer, respectivement VP exécutif et DG de Sunwing au Québec, applaudissent les améliorations annoncées. Mais contrairement à ce que peut laisser croire l’article intitulé Bagotville : Sunwing prête à participer, la société n’entend pas contribuer à l’implantation d’un service de douanes, ni même militer pour un tel service.

LIRE PLUS - Sunwing et les régions : « le plus québécois des transporteurs », soutient Sam Char

La décision d’implanter ou non un service de douanes est une décision politique dont Sunwing n’a pas à se mêler, explique Sam Char, en entrevue avec PAX :

« En tant que compagnie privée, nous nous conformons et nous ajustons aux décisions du ministère des Transports du gouvernement fédéral. »

Du reste, ni la ville de Saguenay, ni l’aéroport de Bagotville, ni aucune autre ville ou aucun autre aéroport régional du Québec n’a jamais demandé à Sunwing de se mêler d’une telle chose, affirme M. Char.

Une nouvelle dimension

Certes, Sunwing verrait d’un bon œil l’aménagement de douanes à Bagotville. Dans l’article du Quotidien, Sam Char convient d’ailleurs que de telles installations seraient bienvenues des voyageurs et qu’elles permettraient une expansion plus rapide, une offre plus développée pour Sunwing.

« Tout le monde en bénéficierait. Avec les douanes, votre aéroport prendrait une nouvelle dimension », dit-il.

Mais quand l’article cite Sam Char affirmant que « si nous, très modestement, nous pouvons faire notre contribution, absolument. On va répondre présent », il ne faut absolument pas comprendre que Sunwing contribuerait directement à l’implantation d’un service de douanes. La contribution de la société serait « uniquement comme transporteur aérien en continuant à offrir des vols », insiste M. Char.

Un locataire-utilisateur

Par ailleurs, à la lecture de l’article du Quotidien, on pourrait aussi comprendre que Sunwing serait prête à contribuer à la construction de hangars à l’aéroport de Bagotville. Là encore, la nuance s’impose.

Oui, Sunwing verrait d’un bon œil la disponibilité de tels hangars. Toutefois, la contribution de Sunwing ne serait aucunement liée à leur construction; elle se limiterait à leur utilisation une fois que ceux-ci seraient construits.

« SWA serait uniquement un locataire-utilisateur vu que nous opérons six vols par semaine durant la saison hivernale », explique Sam Char.

Rappelons que l’aéroport de Bagotville est l’aéroport régional où Sunwing est le plus présent au Canada. Ce fructueux partenariat en est à sa 14e année.

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

Indicateur