Aviation : premiers signes de reprise


Aviation : premiers signes de reprise

Même si on demeure encore très loin d’un rétablissement complet, voici une bonne nouvelle : après avoir touché le fond de la crise en avril (-94,3 % !), le trafic de passagers aériens a augmenté de 30 % durant le mois de mai.

Certes, ce rebond (à partir d’une très faible base) repose principalement sur des vols intérieurs… Il démontre néanmoins que l’industrie, qui était au point mort, a maintenant entamé le long processus de rétablissement de la connectivité.

« Le nombre de vols augmente. Les pays commencent à lever les restrictions à la mobilité. Et la confiance des milieux d’affaires semble s’améliorer dans les marchés clés comme la Chine, l’Allemagne et les États-Unis. Il y a des signes positifs », commente Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

L’IATA a aussi relevé que les recherches de vols dans Google étaient aussi en hausse de 25 % à la fin de mai, comparativement au creux d’avril.

LIRE PLUS - IATA : « L’industrie est en chute libre et nous n’avons pas atteint le fond »

Néanmoins…

« Les premiers bourgeons mettront du temps à s’épanouir, peut-être même des années », avance poétiquement M. de Juniac.

Le mois d’avril a été le plus cruel

L’IATA a calculé qu’à la première semaine d’avril, les gouvernements dans 75 % des marchés surveillés par l’IATA avaient complètement interdit l’entrée sur leurs territoires, et 19 % imposaient des restrictions limitées de voyage ou des exigences de quarantaine pour les arrivées internationales.

« Pour l’aviation, le mois d’avril a été le plus cruel. Les gouvernements ont dû prendre des moyens draconiens pour ralentir la pandémie. Mais ces moyens ont entraîné les coûts économiques d’une récession mondiale traumatisante », indique Alexandre de Juniac.

Selon l’IATA, les compagnies aériennes sont la clé de la reprise économique. Il est donc essentiel que l’industrie aérienne soit prête et pourvue de mesures de biosécurité auxquelles les passagers et les travailleurs du secteur puissent se fier.

LIRE PLUS : Les recommandations sanitaires de l’IATA en vue du redémarrage de l’industrie aérienne

« C’est pourquoi il est absolument prioritaire de mettre en œuvre rapidement les lignes directrices mondiales de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour la reprise sécuritaire de l’aviation », conclut M. de Juniac.

Indicateur