Fatigue des pilotes : Air Canada et WestJet réagissent


Fatigue des pilotes : Air Canada et WestJet réagissent

Deux des principaux exploitants aériens du Canada ont réagi à la nouvelle, selon laquelle L'honorable Marc Garneau, ministre des Transports, avait annoncé des modifications au Règlement de l'aviation canadien afin d'améliorer la sécurité du transport aérien des passagers et des équipages de conduite.

Le nouveau règlement s'applique aux services de transport commercial au Canada, qui comprennent à la fois les principaux opérateurs aériens canadiens et les opérateurs plus petits et régionaux.

LIRE AUSSI - Aviation canadienne : les compagnies vont devoir s'adapter

WestJet approuve

WestJet a formulé le commentaire suivant sur le règlement sur la fatigue des équipages de conduite du ministre fédéral des Transports, Marc Garneau.

« La sécurité de nos invités et de notre équipe est d'une importance capitale. Nous nous félicitons de l'annonce du ministre. L'adoption de principes scientifiques sur la fatigue permettra de prévenir et d'atténuer les effets tout en respectant les normes et les meilleures pratiques internationales », a expliqué Scott Wilson, vice-président Opérations de WestJet.

L'Association des pilotes de lignes aériennes (ALPA), qui représente les pilotes de WestJet, a salué les nouveaux règlements mis en place par Transports Canada.

« Nous avons beaucoup travaillé pour obtenir des réglementations actualisées fondées sur la science qui constituent depuis des années l'un des problèmes de sécurité de l'aviation les plus importants pour les équipages du Canada. Bien que les règlements annoncés aujourd'hui ne répondent pas à toutes nos préoccupations et recommandations, ils représentent une amélioration significative par rapport aux règles actuelles et amélioreront la sécurité de l'aviation », a reconnu le capitaine Dan Adamus, président d'ALPA Canada.

Tel qu’indiqué dans le nouveau règlement, WestJet s’emploiera à mettre en œuvre les normes actualisées sur la fatigue des équipages au cours des 24 prochains mois.

Des nouvelles règles jugées « injustes » pour l'Association des pilotes d'Air Canada

Tandis que WestJet semble apparemment souscrire à la décision du ministre, l'Association des pilotes d'Air Canada (APAC) a exprimé sa déception.

« Dire que nous sommes profondément déçus est un euphémisme. Ces règles non conformes laissent un décalage de deux heures entre le temps de vol maximal des pilotes canadiens volant de nuit et celui recommandé par le centre de recherche Ames de la NASA, et deux heures et demie de plus que les pilotes américains autorisés à voler. Il est incroyable que, face aux preuves scientifiques et aux meilleures pratiques internationales, notre gouvernement s’attende à ce que les pilotes volent deux heures de plus que ce que la NASA considère comme sûr », estime le Capitaine Matt Hogan, président du Master Elected Council de l’APAC.

Les nouvelles règles auront une incidence importante sur les pilotes d’Air Canada qui volent pour Air Canada Rouge, qui seront assujettis à des règles moins sévères en matière de fatigue que sur la ligne principale d’Air Canada. L'APAC avait proposé que des mesures soient mises en place pour protéger tous les pilotes effectuant des vols long-courriers à l'étranger la nuit.

« C'est la première fois en 20 ans que le Canada change ses règles sur la fatigue. Pourtant, le gouvernement en retarde la mise en œuvre jusqu'en 2022 pour les plus petits opérateurs. Les statistiques du gouvernement prouvent de manière concluante que ce sont ces mêmes pilotes qui ont le plus besoin de protection. Il est inacceptable qu'ils soient obligés d'attendre plus longtemps pour les nouvelles règles », objecte Milt Isaacs, directeur général de l'ACPA.

Air Canada, quant à lui, a déclaré qu'il était trop tôt pour se prononcer sur la signification de ces réglementations.

« Air Canada a toujours respecté ou dépassé les normes de Transports Canada concernant les temps de service des vols et dispose déjà d'un programme complet de gestion des risques de fatigue. Nous sommes en train d'examiner le nouveau règlement. Il est trop tôt pour commenter davantage le plan du gouvernement », a déclaré Isabelle Arthur, directrice des relations avec les médias, à PAX.

Indicateur