Aide fédérale conditionnelle au remboursement des voyageurs : les réactions fusent !


Aide fédérale conditionnelle au remboursement des voyageurs : les réactions fusent !
Marc Garneau, ministre des Transports du Canada.

Air Canada, Transat, Sunwing, WestJet, OWG, le CNLA, la CAA, l’ACTA, la Table ronde du voyage et du tourisme... Les réactions fusent depuis la déclaration d’hier (8 novembre) du ministre des Transports du Canada, Marc Garneau.

LIRE PLUS – Un «train de mesures d’aide» pour l'aviation... à condition que les clients soient remboursés !

Le ministre a annoncé que le gouvernement du Canada compte entreprendre, dès cette semaine, des discussions avec les transporteurs à propos d’une aide financière.

« Parmi ces mesures, nous sommes prêts à mettre en place un processus avec les grands transporteurs aériens à propos d’une aide financière qui pourrait comporter des prêts et possiblement d’autres types de soutien », a déclaré Marc Garneau.

Des conditions strictes

Le ministre a toutefois prévenu que le « train de mesures d’aide » pour les transporteurs aériens, les aéroports et le secteur aérospatial canadien serait assorti de « conditions strictes en vue de protéger les Canadiens et l’intérêt public ».

« Avant de commencer à dépenser ne serait-ce qu’un sou de l’argent des contribuables au bénéfice des transporteurs aériens, nous nous assurerons que les Canadiens obtiennent leurs remboursements », a illustré le ministre.

Parmi les conditions, Marc Garneau a aussi évoqué le maintien des liaisons régionales, ainsi que le maintien du statut de clients clés des transporteurs aériens canadiens dans l’industrie aérospatiale du Canada.

WestJet

Premier à réagir parmi les grands transporteurs aériens du Canada, WestJet a fait preuve de prudence dans son commentaire.

« Nous évaluerons la déclaration faite cet après-midi [NDLR : le 8 novembre] par le gouvernement du Canada et nous attendrons des éclaircissements sur ce que pourrait inclure l'aide accordée au secteur de l'aviation. Comme nous devons déterminer comment procéder dans l'intérêt primordial de nos invités, de nos gens et des collectivités que nous desservons, nous ne ferons pas d'autres commentaires. »

Sunwing

En attendant d’en savoir plus, Sunwing a aussi accueilli favorablement l’annonce du ministre, semblant néanmoins trouver qu’elle survient tardivement.

« Avec nos avions immobilisés au sol depuis plus de sept mois, nous comprenons que les Canadiens sont frustrés par les impacts de la pandémie et nous avons travaillé fort pour recommencer à voyager de façon responsable. Nous nous réjouissons de l’appui du gouvernement du Canada au secteur de l’aviation et nous attendrons de plus amples détails sur ce que cet appui comprendra. »

Transat

Transat a aussi évoqué le caractère tardif de l’annonce...

« La plupart de nos concurrents étrangers ont reçu depuis de longs mois une aide massive de leur gouvernement », mentionne Christophe Hennebelle, vice-président, Ressources humaines et Affaires publiques.

La société n’en salue pas moins « la reconnaissance par le Canada de la nécessité de soutenir son industrie aérienne dans cette crise sans précédent et son engagement à le faire, afin d’assurer qu’elle puisse continuer à favoriser le développement économique canadien après la pandémie ».

« Transat attend avec impatience de poursuivre les discussions avec le gouvernement et de connaître rapidement les détails du train de mesures sectorielles tant attendu. »

Quant à la condition du remboursement des clients

« Transat se réjouit également que le gouvernement puisse l’aider à rembourser les clients qui souhaiteraient une alternative aux crédits voyages transférables et sans date d’expiration qu’elle a mis en place pour soutenir les voyageurs dont le vol a dû être annulé en conséquence des restrictions au voyage édictées pour faire face à la pandémie », indique M. Hennebelle.

Cela dit, Transat précise même qu’elle espère que le remboursement n’entraîne pas de rappel des commissions.

« Nous espérons également que la question des commissions aux agences de voyages sera prise en compte. »

Air Canada

Air Canada n’a pas diffusé de communiqué pour réagir à l’annonce du ministre. Toutefois, elle évoque la condition concernant le maintien des liaisons régionales dans le communiqué annonçant ses résultats du troisième trimestre.

« À la lumière des déclarations publiques faites par l'honorable Marc Garneau, [...] nous reportons les suspensions de lignes et les fermetures d'escales supplémentaires en attendant la progression de ces discussions. »

Par ailleurs, Air Canada a aussi réagi à l’annonce du ministre Garneau par l'entremise du Conseil national des lignes aériennes du Canada (CNLA).

Le CNLA

Le CNLA, rappelons-le, est cette organisation qui représente à la fois Air Canada, Air Transat, Jazz Aviation LP et WestJet.

« L’industrie ne se redressera pas sans un leadership fédéral fort. Nous sommes encouragés par la décision du gouvernement de travailler avec les transporteurs pour essayer de stabiliser le secteur », a déclaré Mike McNaney, PDG du CNLA.

Mais si le CNLA accueille favorablement l’annonce d’un soutien financier, il espère davantage du gouvernement du Canada.

« En plus du soutien financier, une stratégie fédérale d’essais pour l’aviation est essentielle pour garantir que l’industrie puisse redémarrer en toute sécurité, s’attaquer aux restrictions de voyage régionales et aux mesures frontalières internationales, et faire en sorte que l’aviation puisse jouer le rôle central qu’elle doit jouer dans l’éventuelle reprise économique du Canada », ajoute M. McNaney.

OWG

Sur le réseau LinkedIn, Marco Prud’Homme, président d’OWG (nouvellement partenaire de Caribe Sol) s’est étonné que l’aide enfin évoquée par le ministre Garneau ne semble être destinée qu’aux « grands transporteurs aériens ».

« Au Canada il y a différent type de transporteurs, ils sont généralement catégorisés dans le règlement de l'aviation canadien sous différentes sections. […] Étrangement, il n'y a pas de définition pour le terme "grand transporteur aérien" car ce terme n'existe pas. Espérons que le ministre Garneau ne limitera pas son aide uniquement aux membres du [CNLA]. »

Selon M. Prud’Homme, l’aviation est « un écosystème où chaque niveau est important (des écoles de pilotage jusqu'aux lignes aériennes) ».

« Notre industrie a besoin d'une aide pour son ensemble et non d'une aide qui vise uniquement un petit groupe sélect. »

ACTA

Disant comprendre la nécessité de rembourser les réservations affectées par la COVID-19, l’ACTA s'oppose toutefois à ce que ce remboursement entraîne des rappels de commissions.

« Les agences de voyages et les agents de voyage ont travaillé sans relâche pour le compte de nos clients mutuels depuis mars dernier, lorsque tous les voyages ont été brusquement interrompus et que des milliers de voyageurs ont dû retrouver le chemin de leur domicile et demander des remboursements et des compensations. De nombreux agents de voyage ont travaillé tout au long du printemps et de l'été pour tenter de régler ces litiges entre nos clients mutuels, et les compagnies aériennes, les voyagistes et les compagnies de croisière », a fait valoir la présidente, Wendy Paradis.

CAA

La CAA a pour sa part applaudi la volonté du gouvernement fédéral que les consommateurs dont le vol a été annulé en raison de la COVID soient remboursés.

« Il est vrai que la situation n’est guère facile pour les transporteurs  et que les Canadiens souhaitent qu’ils passent au travers de la tourmente, mais leur financement ne doit pas venir des poches des passagers. D’autres pays ont déjà agi pour veiller à la viabilité des transporteurs, et nous sommes heureux de voir que le Canada leur emboîte enfin le pas », a déclaré Ian Jack, vice-président aux affaires publiques.

La Table ronde du voyage et du tourisme

La Table canadienne du voyage et du tourisme salue quant à elle la décision du gouvernement fédéral de s’engager auprès des compagnies aériennes canadiennes en ce qui concerne une aide financière possible et a son soutien au secteur de l’aviation. Elle invite néanmoins le gouvernement à viser plus large.

« En plus d’un soutien financier du gouvernement fédéral, l’industrie du voyage a besoin de l’aide du secteur de la santé avec l’accès à des tests rapides et facilement accessibles, et d’un réel dialogue autour de la réouverture de notre secteur. Nous espérons pouvoir entamer ces discussions le plus tôt possible. »

Indicateur