AC, TS et WG s’apprêtent à reprendre leurs vols vers Cancún… Vraiment ?


AC, TS et WG s’apprêtent à reprendre leurs vols vers Cancún… Vraiment ?

Des médias du Mexique ont fait état, ces derniers jours, du redémarrage prochain des opérations aériennes vers Cancún – à partir de juin. Ces médias s’appuyaient sur des informations provenant du Conseil de promotion touristique du Quintana Roo (CPTQ).

Des centres de villégiature auraient déjà recommencé à accepter les réservations, avec l’intention de reprendre leurs opérations dès le 1er juin, apprenait-on. Très enthousiaste, le CPTQ serait quant à lui sur le point de lancer une campagne spéciale (à la fin mai) pour promouvoir la réactivation du secteur du tourisme-voyage, particulièrement dans le créneau des congrès et des mariages.

« Parmi les compagnies aériennes qui, par le biais de réunions virtuelles, ont annoncé qu'elles reprennent leurs activités à l'aéroport international de Cancún, il y a Air Canada, Air Transat, Delta Airlines, Copa Airlines, Air Europa, Sunwing, Southwest et Aeroméxico », précisait Darío Flota Ocampo, directeur du CPTQ, cité dans différents médias.

Mais est-ce vraiment le cas ?

Mais AC, TS et WG s’apprêtent-elles vraiment à reprendre leurs vols vers CUN alors que les restrictions sur les voyages demeurent en place ? PAX leur a posé la question.

À tout le moins, notre question a semblé surprendre Sunwing

« Je vais devoir faire une enquête quant à cette information », nous a indiqué Marie-Josée Carrière, directrice marketing senior Québec.

Pascale Déry, directrice, Relations avec les médias chez Air Canada, confirmait pour sa part que « pour le moment », une reprise du service vers Cancún à partir de YUL et de YYZ en juin est effectivement prévue à l’horaire...

Du même souffle, elle prévenait toutefois que l’inscription à l’horaire n’était pas une garantie que les vols vont bel et bien reprendre.

« La situation pourrait changer vu l’incertitude et les restrictions de voyage qui demeurent », soulignait-elle, mentionnant par ailleurs ne pas avoir eu vent de la « réunion virtuelle » évoquée par les médias mexicains.

Du côté de Transat, on est encore plus catégorique.

« Contrairement à ce qui est évoqué dans cet article, rien n’a été confirmé. Nous travaillons actuellement sur différents scénarios de reprise de nos opérations, mais aucun plan final n’est encore établi », explique Debbie Cabana, directrice marketing, médias sociaux et relations publiques.

Le paradis peut attendre ?

Bref, l’enthousiaste du CPTQ quant à un « renouveau touristique » semble un peu prématuré – du moins en ce qui concerne les transporteurs canadiens.

Cela dit, on conçoit bien que le Quintana Roo soit impatient de relancer l’industrie du tourisme, moteur économique essentiel pour l’État.

Selon le groupe Aeropuertos del Sureste (ASUR) qui exploite Aeropuertos del Sureste (ASUR), les activités ont connu une baisse de 90 % à cet aéroport, dont trois des quatre terminaux sont actuellement fermés.

Selon l’Association des hôtels de Cancún, Puerto Morelos et de la Isla Mujeres, le taux d’occupation actuel est infime, quelque 44 000 chambres étant désertées dans plus de 155 hôtels.

Le CPTQ se dit conscient que lors de la reprise – « si possible, dès cet été » –, de nouvelles pratiques d’hygiène devront être mises en place dans les hôtels, les aéroports et les parcs de l’État.

D’ici le lancement de sa campagne spéciale annoncée pour la fin mai, le CPTQ poursuit la campagne « El paraíso puede esperar » (le paradis peut attendre) qui invite les gens à rester en sécurité à la maison en attendant le moment de renouer avec les voyages.

Indicateur