AC tire son épingle du jeu malgré un contexte «extrêmement épineux»


AC tire son épingle du jeu malgré un contexte «extrêmement épineux»
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Air Canada se félicite d’avoir obtenu de solides résultats en 2019 malgré l’immobilisation des B737 MAX pendant la plus grande partie de l'exercice, soit près du quart de sa flotte d'appareils monocouloirs…

Alors que 24 appareils 737 MAX de Boeing étaient en exploitation durant la majeure partie du premier trimestre de 2019, Air Canada prévoyait exploiter 36 de ces appareils durant l’année. Elle a dû s’en priver… et la situation perdure encore !

Parmi les autres éléments qui ont eu une incidence négative sur son chiffre d'affaires, Air Canada évoque sa migration, entamée à la mi-novembre, vers un nouveau système de gestion des passagers (la suite Altéa d’Amadeus).

Malgré tout, Air Canada estime être parvenue à tirer son épingle du jeu en 2019.

« Ces résultats attestent la capacité d'Air Canada de surmonter les obstacles de taille ainsi que l'engagement indéfectible de ses 37 000 employés, qui ont su prendre soin de notre clientèle dans un contexte opérationnel extrêmement épineux », a déclaré Calin Rovinescu, président et chef de la direction.

LIRE PLUS : Un « nouveau chapitre » s'ouvre pour Air Canada avec la livraison des A220

Calin Ravinescu relève ainsi que l’action d’AC a affiché un rendement de 87 % en 2019.

« Compte tenu du rendement obtenu pour les neuf derniers exercices, l'action d'Air Canada est le titre inscrit à la cote de la TSX qui a connu le meilleur rendement au cours de la dernière décennie, soit 3 575 % », se réjouit-il.

Des occasions clés, comme la fusion avec Transat A.T.

En se basant sur les résultats de 2019, Calin Rovinescu prédit qu’Air Canada saura tirer parti de plusieurs occasions clés qui se présentent actuellement à elle – notamment son projet de fusion avec Transat A.T.

« Cette solution intégralement canadienne permettra de garantir des emplois, d'accroître les options de voyages et de maximiser les avantages tant pour la clientèle des deux sociétés aériennes que pour leurs parties prenantes », affirme-t-il.

Parmi les autres occasions clés de 2020, le président et chef de la direction d’AC mentionne le lancement du nouveau programme de fidélisation d’AC.

Celui-ci sera, selon lui, « le meilleur programme de la sorte qu'offrent les sociétés aériennes de par le monde ».

2020 sous le signe de l'incertitude

Néanmoins, Calin Rovinescu reconnaît que tout ne sera pas rose en 2020.

« Nous entamons 2020 sous le signe de l'incertitude, du fait de l'interdiction de vol qui continue de frapper les appareils 737 MAX de Boeing et des contraintes qui s'ensuivent, outre les risques économiques et géopolitiques ainsi que les suspensions de liaisons aériennes découlant de l'éclosion du virus COVID-19. »

Somme toute, en se basant sur diverses hypothèses, Air Canada ne prédit donc qu’une légère progression de ses résultats en 2020.

Retour graduel du B737 MAX à la fin du 3e trimestre ?

En ce qui concerne l'immobilisation au sol des appareils 737 MAX de Boeing, Air Canada tient pour acquis que la remise en service des appareils s'effectuera graduellement à compter de la fin du troisième trimestre de 2020.

Ainsi, selon la société, six des 12 appareils 737 MAX de Boeing non livrés dont la livraison était initialement prévue pour 2019 seront livrés en 2020 et les six appareils restants seront livrés en 2021. De plus, les 14 appareils 737 MAX de Boeing non livrés dont la livraison était initialement prévue pour 2020 seront livrés en 2021.

Entre-temps, notons qu’Air Canada a entamé des pourparlers avec Boeing en vue de négocier les modalités d'une entente d'indemnisation.

« D'ici à ce que soit conclue une entente définitive à cet égard, l'information concernant les engagements d'achat d'appareils en cours pourrait changer », précise AC.

Plein retour en Chine et à Hong Kong d'ici le 3e trimestre ?

Pour ce qui est des effets du virus COVID-19, les prévisions d’AC tiennent pour acquis que les services d'Air Canada à destination de la Chine continentale et de Hong Kong reprendront pleinement d'ici le troisième trimestre de 2020.

Par ailleurs, Air Canada base ses prévisions sur l’hypothèse que la croissance du PIB du Canada sera relativement modeste pour le premier trimestre et pour l'exercice 2020; que le dollar canadien se négociera en moyenne à 1,33 $ CA pour 1,00 $ US au premier trimestre de 2020 et pour l'exercice 2020; et que le cours du carburant aviation s'établira en moyenne à 0,71 $ CA le litre pour le premier trimestre et à 0,74 $ CA le litre pour l'exercice.

Indicateur