Vacances estivales : les Québécois trop peu informés en assurance

  • Autre
  •   23-06-2021  10:56
  •   Pax Global Media

Vacances estivales : les Québécois trop peu informés en assurance
[Photo : Alice Donovan Rouse / Unsplash]
Pax Global Media

Le 12e sondage annuel de CAA-Québec sur les intentions de vacances des Québécois démontre que les Québécois prévoient en grand nombre pratiquer des sports et des activités de plein air cet été. Par contre, ils minimisent l’importance de bien s’assurer en cas d’accident lors de ces activités.

LIRE PLUS – « Tout ce qu’il faut savoir sur les assurances, les voyages et la COVID-19 », selon CAA 

« Un accident, par définition, c’est imprévisible. Que ce soit une entorse lors d’une randonnée en montagne, d’un bras cassé par suite d’une mauvaise chute sur le bord de la piscine ou d’une perte d’équilibre en nettoyant un bateau de plaisance, l’assurance accident protège financièrement lors de blessures accidentelles ou de décès accidentel », fait valoir CAA-Québec.

L’organisation rappelle que les régimes publics, comme la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), n’offrent pas une couverture absolue des frais qui peuvent découler de la pratique d’activités en plein air. La RAMQ, par exemple, couvre les soins nécessaires comme le séjour à l’hôpital, les interventions chirurgicales et les suivis avec le médecin.

« Qu’il s’agisse des protections offertes par la RAMQ, d’une assurance collective ou de l’assurance offerte par une fédération sportive, il est important de s’informer et de comprendre ce qui est couvert ou exclu. »

Voyages hors Québec

Bien des voyageurs québécois ont l’impression d’être couverts comme au Québec lorsqu’ils se trouvent dans une autre province.

Ainsi, selon le sondage sur les intentions de vacances de CAA-Québec, 43 % des Québécois ignorent que la RAMQ et l’Autorité des marchés financiers recommandent de souscrire une assurance voyage pour tout voyage effectué à l’extérieur du Québec.

De fait, la proportion de personnes qui voyageaient sans assurance au Canada avant la pandémie et qui jugent maintenant probable de s’en procurer une lors de leur prochain voyage est seulement de 19 %. Il s’agit de la moitié moins qu’en 2020 (38 %).

« Et pourtant, la RAMQ ne rembourse pas en totalité les services de santé reçus à l’extérieur de la province, même si les frais sont engagés au pays. De plus, certains services ne sont pas du tout couverts par le régime provincial. Si les soins coûtent plus cher dans la province visitée que ce que la RAMQ est prête à rembourser, la différence est facturée au vacancier », souligne CAA-Québec.

Dans le contexte de la COVID-19

Dans le contexte de la COVID-19, l’assurance voyage n’est pas un luxe, soutient aussi CAA-Québec.

Alors que les différentes compagnies d’assurances ont adapté leur offre, CAA-Québec recommande d’être bien au fait de sa couverture d’assurance…

« Parce que la situation pandémique évolue rapidement, il est plus important que jamais de s’informer des différentes règles en vigueur avant de partir en voyage et d’être bien assuré ! »

Les bonnes questions à poser à un assureur, selon CAA-Québec

  • L’assurance couvre-t-elle tous les frais liés aux soins médicaux et à l’interruption de voyage due à la COVID-19 ou faut-il faire l’ajout d’un avenant spécifique?
  • Y a-t-il des conditions d’admission pour accéder à la couverture? (par exemple, avoir reçu une ou deux doses de vaccin contre la COVID-19)
  • Quel est le montant de la couverture des frais liés aux soins?
  • Y a-t-il des exclusions au contrat d’assurance?
  • Quelles sont les conditions de remboursement des frais engagés pour un voyage en cas d’annulation due à la COVID-19?



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur