Vendredi,  26 février 2021  16:10

Exiger la quarantaine à l’hôtel détruirait le secteur du tourisme-voyage, dit le WTTC


Exiger la quarantaine à l’hôtel détruirait le secteur du tourisme-voyage, dit le WTTC
Source : WTTC

Alors que le gouvernement du Canada – comme d’autres gouvernements dans le monde – jongle avec l’idée d’imposer que les voyageurs arrivant au pays passent leur quarantaine sous supervision, dans un hôtel, le WTTC (World Travel & Tourism Council) prévient qu’une telle mesure pourrait avoir pour effet de détruire le secteur du voyage et du tourisme tel que nous le connaissons.

LIRE PLUS – Le WTTC demande « l’élimination complète des quarantaines inutiles »  

Dans un message adressé au gouvernement britannique [qui envisage une telle mesure], le WTTC exprime l’opinion que celle-ci est malvenue, alors que le secteur du voyage et du tourisme se bat pour sa survie – « après déjà neuf mois de restrictions dévastatrices sur les voyages, qui ont laissé des dizaines d’entreprises écrasées, des millions d’emplois perdus ou menacés et entraîné une crise de confiance sans précédent à l’égard des voyages ».

Effondrement total redouté

Selon Gloria Guevara, PDG du WTTC, une telle mesure entraînerait un effondrement complet du secteur du voyage et du tourisme.

« En sachant qu’ils devraient payer pour s’isoler dans un hôtel, les voyageurs et les vacanciers ne réserveraient tout simplement pas de voyages d’affaires ou d’agrément, ce qui entraînerait une baisse radicale des revenus dans l’ensemble du secteur. »

Selon elle, même la simple menace d’une telle action est suffisante pour « causer la consternation et sonner l’alarme ».

« Qu’il s’agisse des compagnies aériennes, des agents de voyages, des sociétés de gestion des voyages ou des entreprises de vacances, l’effet sur les entreprises de voyages du Royaume-Uni serait dévastateur, ce qui retarderait encore davantage la reprise économique », insiste Mme Guevara.

Oui aux tests

En revanche, le WTTC approuve d’autres mesures décidées récemment par le gouvernement britannique, comme la présentation d’un résultat négatif au test de dépistage de la COVID-19 avant le départ, suivi d’une « courte quarantaine » et d’un autre test si nécessaire.

Ces mesures pourraient effectivement « arrêter le virus et permettre la liberté de voyager en toute sécurité », avance Gloria Guevara.

La PDG du WTTC souligne qu’un certain nombre de pays, comme l’Islande, ont réussi à mettre en œuvre un régime de test à l’arrivée, qui a réduit la propagation, tout en assurant l’ouverture des frontières.

« Malgré la morosité actuelle, nous croyons sincèrement qu’il y a place à l’optimisme et à un avenir meilleur. Les voyages d’affaires, les visites en famille et les vacances peuvent être relancés, grâce à une combinaison d’un régime de tests internationalement reconnu, de vaccins et du port obligatoire du masque. »

« Ces mesures simples, mais très efficaces si elles sont mises en œuvre correctement, pourraient contribuer à la relance d’un secteur qui sera essentiel pour alimenter la reprise économique au Royaume-Uni et dans le monde. »

Quant à la quarantaine imposée aux voyageurs, le WTTC ne croit pas qu’il s’agisse d’une mesure efficace, alors que la transmission communautaire continue de représenter un bien plus grand danger que les voyages internationaux.

Le WTTC rappelle que le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), ainsi que de nombreuses autres organisations importantes, ont déjà déclaré que les quarantaines ne constituent pas une mesure de santé publique efficace et ne font qu’entraver les voyages.


Indicateur