Samedi,  18 septembre 2021  10:14

Un Comité gouvernemental recommande l’abandon de la quarantaine à l’hôtel, mais…


Un Comité gouvernemental recommande l’abandon de la quarantaine à l’hôtel, mais…
Patty Hajdu et Bill Blair.

La bonne nouvelle ? Un Comité mis en place par le gouvernement du Canada recommande notamment au gouvernement d’abandonner la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour les voyageurs aériens. Mais ne vous réjouissez pas trop vite : le gouvernement n’entend pas donner suite à court terme à cette recommandation…

LIRE PLUS – Ottawa prolonge l’obligation de se mettre en quarantaine d'un autre mois 

« Alors que les campagnes de vaccination sont continuées au Canada et à l’étranger, le moment est venu d’examiner comment les mesures frontalières peuvent être adaptées pour continuer à atténuer les risques pandémiques par des tests et de la surveillance », déclare le Comité consultatif d'experts sur les tests et le dépistage de la COVID-19.

Le Comité fait donc plusieurs recommandations au gouvernement, parmi lesquelles celle-ci :  

« Le Comité recommande que l’obligation que les voyageurs doivent faire l’objet d’une mise en quarantaine dans les établissements autorisés par le gouvernement soit abandonnée. »

Le Comité suggère aussi au gouvernement un certain nombre de mesures immédiates, selon que les voyageurs soient non vaccinés, partiellement vaccinés, vaccinés, précédemment infectés ou exemptés.

Recommandation pour les voyageurs non vaccinés

Pour les voyageurs non vaccinés, le Comité indique qu’une quarantaine de 7 jours avec un test au jour 7 peut être aussi efficace qu’une quarantaine de 14 jours.

« Un projet pilote aux aéroports canadiens a révélé que 94 % de tous les cas avaient été décelés lors du test au jour 7 », dit-il.

Recommandation pour les voyageurs partiellement vaccinés

Pour les voyageurs partiellement vaccinés, le Comité recommande la mise en quarantaine à domicile jusqu’à la réception d’un résultat négatif au test à l’arrivée.

Cette recommandation vaut aussi pour les voyageurs avec une preuve d’infection antérieure au cours des 14 à 180 derniers jours.

Recommandation pour les voyageurs entièrement vaccinés

Pour les voyageurs entièrement vaccinés, aucune mise en quarantaine n’est requise – à moins que le test par PCR à l’arrivée ne confirme un résultat positif.

« Les mesures frontalières doivent être simples »

Le Comité fait aussi valoir au gouvernement que les mesures frontalières doivent être simples, faciles à comprendre, équitables et tenir compte à la fois des avantages et des inconvénients.

« Les Canadiens sont plus susceptibles de respecter les restrictions frontalières si elles sont claires, compréhensibles, équitables et si elles évitent de créer des retards déraisonnables et d’engager des coûts déraisonnables », dit-il.

Le Comité recommande donc que les mesures frontalières terrestres et aériennes soient « cohérentes dans la mesure du possible » et qu’elles n’imposent pas « pas de fardeau excessif aux voyageurs ».

C’est dans cette optique que le Comité recommande l’abandon de l’obligation que les voyageurs aériens débutent leur quarantaine à l’hôtel...

Le plan de quarantaine adéquat

« Toutefois, les voyageurs soumis à la quarantaine doivent présenter un plan de quarantaine adéquat pour approbation et y adhérer », précise aussitôt le Comité.

Le Comité recommande ainsi que le gouvernement continue de veiller à ce que les personnes qui n’ont pas de plan de quarantaine adéquat soient tenues d’adhérer à un autre plan – « par exemple, dans des installations de quarantaine désignées ».

« Le pays est entré dans la troisième vague de COVID-19. Il faut en tenir compte lorsqu’on élimine progressivement les mesures frontalières actuelles comme les établissements autorisés par le gouvernement », explique-t-il.

Merci... mais non merci !

Quoi qu’il en soit, la ministre de la Santé, Patty Hajdu, et le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, ont poliment décliné les recommandations du Comité.

Certes, les ministres remercient les membres du Comité « pour leur important travail », mais ils réitèrent du même souffle que les mesures actuelles relatives aux voyages et aux frontières du Canada – qui sont parmi « les plus strictes au monde », disent-ils – sont efficaces.

« Les données actuelles montrent que l'imposition de ces exigences porte ses fruits. Il y a eu une réduction de 96 % du trafic aérien et une réduction de 90 % du trafic terrestre à des fins non commerciales vers le Canada par rapport aux volumes enregistrés avant la pandémie », répondent-ils au Comité.

« Les taux de conformité sont de plus de 99 %, et les taux moyens de positivité depuis l'adoption en février 2021 des exigences de dépistage à l'arrivée pour les voyageurs par voie terrestre (0,3 %) et par voie aérienne (1,7 %) restent très bas », ajoutent Mme Hajdu et M. Blair.

Une lueur d’espoir ?

Cela dit, les ministres indiquent que la position du gouvernement du Canada n’est pas à tout jamais figée dans le béton.

« Le gouvernement du Canada poursuivra la surveillance et l'examen de toutes les données et preuves scientifiques connues pour décider des futures mesures relatives aux frontières et aux voyages, et fera preuve de prudence dans son approche, sans perdre de vue la santé et la sécurité des Canadiens et des Canadiennes », disent-ils.

Les ministres assurent également que le gouvernement du Canada prendra également en considération les recommandations du Comité consultatif afin de déterminer comment les stratégies relatives aux tests et à la quarantaine devraient évoluer en fonction du statut vaccinal.

Autres recommandations du Comité



  • Le Comité encourage vivement l’étude plus poussée de la technologie numérique qui peut être utilisée pour recueillir des données sur les populations vaccinées et pour améliorer l’efficacité et la conformité à la quarantaine

« ArriveCAN est une première étape importante dans l’adoption de la technologie numérique. Cependant, il est également essentiel de maximiser l’utilisation de la technologie numérique existante et en évolution rapide pour soutenir les mesures frontalières (par exemple, l’utilisation de l’intelligence artificielle en Grèce).

  • Le Comité ne recommande pas la mise en œuvre d’exigences relatives aux tests ou à la quarantaine propres à chaque pays, sauf dans des circonstances uniques.

« La surveillance accrue du respect de la quarantaine devrait être envisagée pour les voyageurs arrivant de pays avec des nouveaux variants préoccupants », dit-il.

  • Alors que des tests antigéniques rapides ont été envisagés pour les voyageurs en correspondance qui arrivent par mode aérien pour déterminer rapidement s’ils étaient potentiellement positifs, le Comité n’en voit pas la nécessité.

« Si les voyageurs en correspondance transitent vers un vol international, aucun test à l’arrivée n’est requis au Canada. S’ils transitent vers vol national ou vers un autre moyen de transport, un test par PCR est requis à l’arrivée. »

  • Le Comité recommande la mise en œuvre par étapes de nouvelles mesures frontalières et l’examen du processus de mise en œuvre, y compris l’application de la loi, qui, pour certaines nouvelles mesures, pourraient prendre plus de temps à mettre en œuvre.

Pour prendre connaissance du rapport du Comité consultatif d'experts sur les tests et le dépistage de la COVID-19, cliquer ici. 



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur