Vendredi,  22 janvier 2021  5:15

Crédits voyage : trouver un équilibre «sera délicat», dit Justin Trudeau

  • Autre
  •   21-05-2020  15:05
  •   Pax Global Media

Crédits voyage : trouver un équilibre «sera délicat», dit Justin Trudeau
Le premier ministre Justin Trudeau (CBC News).
Pax Global Media

Jeudi 21 mai, le premier ministre Justin Trudeau a abordé la question des remboursements de vol et des crédits voyage, affirmant que son gouvernement devra avoir des « discussions très prudentes » avec les compagnies aériennes, le secteur du transport aérien et les Canadiens.

« C'est une question importante pour les Canadiens », a-t-il déclaré aux journalistes lors de sa conférence de presse quotidienne de Rideau Cottage à Ottawa. « Nous examinons ce que d'autres pays ont fait à l'égard de ces mesures et nous voulons nous assurer que les Canadiens soient soutenus financièrement pendant cette période, mais nous allons également revenir avec des compagnies aériennes qui fonctionnent ici au Canada à long terme. »

Le premier ministre a déclaré que trouver le bon équilibre dans le débat « sera délicat ».

Lorsque des centaines de milliers de vols ont été annulés en mars en raison de restrictions contre la COVID-19, la plupart des passagers aériens se sont vu offrir des crédits valables 24 mois.

Depuis, de nombreux Canadiens ont demandé au gouvernement fédéral de rendre obligatoire une disposition sectorielle pour les remboursements.

Des milliers de partisans ont déjà signé une pétition de la Chambre des communes dédiée à la cause.

La pétition, créée par Marie-Ève Dumont d'Option Consommateurs, un groupe de défense des droits des consommateurs à Montréal, et parrainée par le député du Bloc québécois Xavier Barsalou-Duval, affirme que « les crédits de voyage sont assortis de modalités et conditions restrictives, y compris qu'elles doivent être utilisées dans un délai de 24 mois, qu’elles ne sont pas transférables ou qu’elles ne garantissent aucun prix. »

LIRE PLUS - Contre les crédits voyage : Option consommateurs lance une pétition à la Chambre des communes

Les compagnies aériennes canadiennes ont suspendu la plupart (sinon la totalité) de leurs opérations jusqu'à la fin de juin, les transporteurs prenant des mesures pour conserver l'argent qui leur reste.

Le secteur du transport aérien a été durement touché pendant la crise des coronavirus. Air Canada, pour sa part, a publié un communiqué la semaine dernière annonçant qu'elle prévoit de licencier « environ 50 à 60 % » de ses effectifs en raison de la baisse des revenus.

LIRE PLUS : Air Canada va supprimer plus de la moitié de ses effectifs, selon une note de service

Lorsque de nombreux conseillers en voyages se sont retrouvés pris dans ce débat au début de la crise, l'Office des transports du Canada (OTC) a publié une déclaration, se prononçant en faveur des bons, car COVID-19 échappait à tout contrôle.

« Pour les interruptions de vol qui échappent au contrôle d'une compagnie aérienne, la Loi sur les transports au Canada et le Règlement sur la protection des passagers aériens exigent seulement que la compagnie aérienne s'assure que les passagers peuvent effectuer leur itinéraire », indique le communiqué.

L'OTC a ensuite clarifié sa position dans une FAQ sur son site internet, en disant aux consommateurs : « Si vous pensez que vous avez droit à un remboursement pour un vol qui a été annulé pour des raisons liées à la pandémie de COVID-19 et que vous ne voulez pas accepter un crédit, vous pouvez demander un remboursement à la compagnie aérienne. »

LIRE PLUS - Crédits voyage : l’OTC précise sa position

Lors de la conférence de presse de jeudi, une journaliste a demandé des précisions sur ce sujet à Justin Trudeau, le qualifiant de « fondamentalement injuste », à savoir que les personnes qui ont acheté des billets d'avion pourraient ne jamais pouvoir les utiliser.

« C'est pourquoi nous travaillons avec toutes les parties concernées pour trouver une solution », a répondu Justin Trudeau.

Indicateur