Sondage : les voyages, une des priorités des Québécois après la pandémie


Sondage : les voyages, une des priorités des Québécois après la pandémie
(Photo : Milad Sefidfard / Unsplash)

Selon un sondage de la Banque Scotia, les voyages en avion à l'extérieur du Canada font partie des activités que les Québécois attendent avec le plus d'impatience, une fois la pandémie terminée.

LIRE PLUS – 61% des Canadiens sont d’accord avec la mise en place d’un passeport vaccinal 

En fait, les voyages en avion arrivent en 3e position (avec 9 %). C’est toutefois bien après les grands rassemblements avec parents et amis (33 %) et les repas au restaurant entre amis (22 %). En 6e position figurent par ailleurs les voyages en voiture pour aller dans un pays étranger (5 %).

Notons que dans le reste du Canada, les voyages en avion font sensiblement mieux qu’au Québec : ils arrivent en 2e position (avec 16 %), devançant les repas au restaurant (14 %).

« Le sondage met en lumière ce que les Canadiens sont impatients de retrouver après plus d'un an de privation : les voyages, les repas au restaurant et les sorties », relève Geneviève Brouillard, première vice-présidente régionale, Québec et Est de l'Ontario, à la Banque Scotia.

Des occasions énormes pour l'industrie du voyage

L’institution financière note – avec satisfaction – que bon nombre de Québécois ont acquis « de bonnes habitudes financières » depuis le début de la pandémie. En effet, plusieurs ont réduit certaines dépenses et augmenté leur épargne.

L’enquête révèle, par exemple, que près de la moitié des Québécois (46 %) déclarent qu'ils ont pu épargner davantage durant la pandémie et 52 % pensent qu'ils pourront maintenir ce niveau d'épargne après le retour à la normale.

« Nous voyons un nombre record de dépôts dans les comptes bancaires du Québec – ce qui représente des occasions énormes, particulièrement pour les secteurs les plus durement touchés par la pandémie comme l'industrie du voyage et le secteur hôtelier », indique Geneviève Brouillard.

De saines habitudes temporaires ou permanentes ?

Selon la Banque Scotia, même si les Québécois sont impatients de faire des choses qu'ils ne peuvent pas faire depuis longtemps, quand il est question de leurs finances, ils ne pensent PAS revenir à leurs habitudes prépandémie.

« Nous sommes encouragés de voir que nombre d'entre eux veulent conserver les saines habitudes financières qu'ils ont acquises », approuve Geneviève Brouillard.

Le sondage démontre ainsi que :

  • 37 % des Québécois prévoient de continuer à éliminer des dépenses non nécessaires ou discrétionnaires;
  • 34 % ont l'intention de continuer à faire davantage de recherche avant de faire un achat;
  • 28 % prévoient de continuer à provisionner un fonds d'urgence;
  • 34 % ont l'intention de continuer de faire un budget mensuel (ce qui est plus élevé que la moyenne canadienne de 28 %).

« Les Québécois attendent maintenant la levée des restrictions dans la province; le moment est idéal pour passer en revue leur situation afin de s'assurer qu'ils conserveront une bonne santé financière après la pandémie, conclut Geneviève Brouillard.

Le sondage en ligne a été mené du 16 au 18 avril 2021 par Maru/Blue, à la demande de la Banque Scotia, auprès de 1517 adultes canadiens sélectionnés au hasard et membres du panel de La Voix Maru Canada.



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur