60% des voyageurs reprendront rapidement le voyage, selon une étude de l'IATA

  • Autre
  •   22-04-2020  9:30
  •   Pax Global Media

60% des voyageurs reprendront rapidement le voyage, selon une étude de l'IATA
Pax Global Media

Il y a quelques jours, l’Association internationale du transport aérien (IATA) prédisait une lente reprise en ce qui concerne la demande de transport aérien.

LIRE PLUS : Les revenus des compagnies aériennes plongeront de 55 % cette année

En effet, une récente enquête commandée par l'IATA auprès de voyageurs a révélé que :

  • 60% d'entre eux prévoient un retour au voyage dans un délai d'un à deux mois après le confinement, mais 40% indiquent qu'ils pourraient attendre six mois ou plus.
  • 69% ont indiqué qu'ils pouvaient retarder le retour au voyage jusqu'à ce que leur situation financière personnelle se stabilise.

« La confiance des passagers souffrira d'un double coup dur même après que la pandémie soit contenue, frappée par des préoccupations économiques personnelles face à une récession imminente en plus des préoccupations persistantes concernant la sécurité des voyages. Les gouvernements et l'industrie doivent agir rapidement et de manière coordonnée avec des mesures pour les rassurer », déclarait Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l'IATA.

LIRE PLUS : La distanciation sociale pourrait faire grimper le prix des billets d'avion, selon l'IATA

Les premières indications de la prudence des futurs voyageurs sont déjà observables sur les marchés intérieurs de la Chine et de l'Australie, où les nouveaux taux d'infection par les coronavirus sont tombés à des niveaux très bas :

  • En Chine, la demande intérieure a commencé à se redresser lorsque le taux de nouvelles infections à la COVID-19 en Chine est tombé sous la barre des 10 %. Bien qu'il y ait eu une reprise précoce de la mi-février à la première semaine de mars, le nombre de vols intérieurs a atteint un peu plus de 40% des niveaux d'avant la COVID-19. La demande réelle devrait être nettement plus faible, car les facteurs de charge sur ces vols seraient faibles. La Chine représente environ 24% de tous les passagers intérieurs.
  • En Australie, la demande intérieure a continué de se détériorer même après que le taux de nouvelles infections soit tombé à un chiffre, ce qui a déclenché une première reprise sur le marché intérieur chinois. En fait, il n'y a toujours aucun signe de reprise (les vols intérieurs totaux sont à 10% des niveaux d'avant la COVID-19), même si les nouvelles infections approchent de zéro. L'Australie représente 3% de tous les voyageurs nationaux.

« Dans certaines économies, la propagation du coronavirus  a ralenti au point que les gouvernements envisagent de lever les éléments les plus sévères des restrictions de distanciation sociale. Mais un rebond immédiat après la chute catastrophique de la demande de passagers semble peu probable. Les gens veulent toujours voyager. Mais ils nous disent qu’ils veulent de la clarté sur la situation économique et qu’ils attendront probablement au moins quelques mois avant de retourner dans le ciel. Alors que les pays lèvent les restrictions, des mesures de renforcement de la confiance seront essentielles pour relancer les voyages et stimuler les économies », a déclaré Alexandre de Juniac.

Mesures d'urgence

Outre les mesures de confiance et de relance, la lente reprise attendue rend également plus urgente la nécessité d'aide financière de la part des gouvernements, y compris le soutien financier direct aux transporteurs, des allègements fiscaux, ainsi que des prêts, des garanties de prêt et un soutien du marché des obligations de sociétés par les gouvernements ou les banques centrales.

L'IATA estime qu'environ 25 millions d'emplois dans l'aviation et ses chaînes de valeur connexes, y compris le secteur du tourisme, sont menacés par la crise actuelle.

Les revenus des passagers devraient être inférieurs de 314 milliards de dollars à ceux de 2019 (-55%) et les compagnies aériennes dépenseront environ 61 milliards de dollars de liquidités au deuxième trimestre seulement, la demande s'effondrant de 80% ou plus.

Indicateur