« Reportez ou annulez tout voyage » : Ottawa en appelle à la responsabilité des Canadiens


« Reportez ou annulez tout voyage » : Ottawa en appelle à la responsabilité des Canadiens
Theresa Tam, l’administratrice en chef de la santé publique canadienne.
Michael Pihach

Michael Pihach est un acteur actif de l'industrie des médias au Canada depuis plus de 10 ans. Il a débuté sa carrière en tant que journaliste et éditeur pour diverses publications, telles que le Toronto Xtra! et les magazines IN, ainsi que le magazine 2B à Montréal.

« Reportez ou annulez tout voyage à l'extérieur du Canada. C'est maintenant absolument essentiel. »

Ce sont les mots de l’administratrice en chef de la santé publique canadienne, la Dre Theresa Tam, qui a tenu, hier (le 15 mars), une conférence de presse pour rappeler aux Canadiens leur rôle dans la lutte contre la propagation du COVID-19.

LIRE PLUS : Tout ce qu'il faut savoir sur la COVID-19

S'adressant à des journalistes à Ottawa, la Dre Tam a qualifié la COVID-19 de « grave menace pour la santé publique » et a exhorté les Canadiens à « prendre des mesures énergiques pour nous aider à retarder la propagation » du virus et « protéger le plus de personnes possible ».

Les messages aux frontières devraient changer

Les responsables de la santé conseillent fortement aux voyageurs venant de l'extérieur du Canada de « prendre des précautions supplémentaires » et de s'isoler pendant 14 jours.

La Dre Theresa Tam a qualifié l’ordonnance d’auto-isolement de « volontaire », ajoutant qu’il serait « impossible » pour l’Agence de santé publique du Canada de surveiller et de garder un œil sur tous ceux qui entrent au Canada.

« C'est un phénomène social, c'est une réponse de la société et tout le monde doit prendre cette responsabilité », a-t-elle déclaré.

Les messages aux points d'entrée du Canada, y compris les aéroports, devraient changer rapidement, a-t-elle indiqué.

Les mesures de contrôle des aéroports demandent actuellement aux voyageurs s'ils ont récemment visité l'Italie, l'Iran et Hubei, en Chine.

Cependant, l'accent n'est plus mis sur ces trois destinations, a déclaré la Dre Theresa Tam.

« Nous nous concentrons sur tous les voyageurs de l'extérieur du Canada », a-t-elle déclaré.

Avant cela, le message était destiné à tous les voyageurs entrants de s'autosurveiller.

« Le message est celui de s'isoler », a-t-elle déclaré, ajoutant que son équipe « accélère rapidement la communication sur ce front » et transmettra ce message à tous les points d'entrée au Canada.

La veille, le samedi 14 mars, le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne a tweeté une recommandation, exhortant les Canadiens à rentrer chez eux alors que les vols étaient encore disponibles :

« Nous recommandons aux voyageurs canadiens de revenir au Canada par des moyens commerciaux pendant qu'ils sont encore disponibles. »

Pas de fermeture de la frontière pour l'instant

L'administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada, le Dr Howard Njoo, a déclaré que toutes les mesures prises à la frontière du Canada font « partie d'une approche intégrée avec un système de santé intégré pour essayer de détecter rapidement tous les cas au Canada et également isoler les gens et effectuer la recherche des contacts ».

L'administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada, le Dr Howard Njoo.

S'auto-isoler pendant 14 jours, au lieu de fermer complètement la frontière, est la priorité en ce moment, a-t-il déclaré.

« Nous savons que les voyageurs peuvent entrer au Canada sans symptômes », a déclaré le Dr Njoo, s'adressant aux journalistes en français. « Donc, ce que nous faisons à la frontière n'est pas une garantie pour empêcher l'introduction du virus au Canada .»

Le Dr Njoo a souligné l'importance de maintenir la frontière ouverte aux services essentiels, « en termes de transport pour les personnes ».

« Nous devons nous assurer que ces services essentiels sont couverts », a-t-il déclaré.

Le Dr Theresa Tam a déclaré que « la frontière d'entrée n'est qu'une couche de protection et qu'elle n'est jamais parfaite », suggérant que la fermeture de la frontière n'est pas aussi efficace que certains le pensent.

Parmi les pays qui ont été les plus touchés par la COVID-19, « certains d'entre eux ont été ceux qui ont les mesures de déplacement et de frontières les plus strictes », a-t-elle déclaré.

« Les pays qui ont décrété des interdictions de voyager, par exemple, n'ont pas été en mesure d'éliminer ce virus », a-t-elle conclut.

Indicateur