Renversement de tendance : le monde se referme au tourisme international


Renversement de tendance : le monde se referme au tourisme international

Depuis quelques mois, l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) observait un mouvement encourageant, allant dans le sens d’un assouplissement ou de la levée des restrictions sur les voyages.

LIRE PLUS – Plus de 50 % des destinations ont maintenant assoupli les restrictions sur les voyages, selon l'OMT 

Ce n’est plus le cas maintenant !

En effet, l’apparition de nouveaux variants de la COVID-19 a conduit de nombreux gouvernements à remettre en question leurs efforts d’assouplissement des restrictions sur les voyages : les gouvernements font le choix d’une plus grande prudence.

1 destination sur 3 complètement fermée

Le rapport de l’OMT consacré aux restrictions sur les voyages fournit un aperçu complet de la réglementation en place dans 217 destinations du monde.

Il révèle qu’au début février, 32 % du total des destinations du monde (69 en tout) étaient complètement fermées au tourisme international.

Parmi elles, un peu plus de la moitié (38 destinations) étaient fermées depuis au moins 40 semaines !

Parallèlement, 34 % des destinations dans le monde sont actuellement partiellement fermées aux touristes internationaux.

LIRE PLUS - OMT : le tourisme international reprend prudemment et les restrictions sur les voyages s'assouplissent

Disparités régionales

L’OMT relève que les restrictions sur les voyages se durcissent partout, mais avec d’importantes disparités régionales.

Ainsi, des 69 destinations où les frontières sont complètement fermées aux touristes, 30 sont en Asie-Pacifique, 15 en Europe, 11 en Afrique, 10 dans les Amériques et 3 au Moyen-Orient.

Un élément de solution parmi d’autres

Selon le secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili, tandis qu’on cherche à faire redémarrer le tourisme, les restrictions sur les voyages ne devraient être considérées que comme un élément de solution parmi d’autres pour enrayer la propagation du virus.

« Le recours aux restrictions doit s’appuyer sur les données et les analyses les plus récentes et être systématiquement réexaminé, de façon à permettre la reprise sûre et responsable d’un secteur dont dépendent des millions et des millions d’entreprises et d’emplois », déclare-t-il.

Une approche plus nuancée ?

Parallèlement, l’étude de l’OMT fait aussi apparaître « une tendance vers l’adoption d’une approche plus nuancée, reposant sur des données factuelles et fondées sur les risques de la mise en œuvre des restrictions sur les voyages ».

Ainsi, de touristes internationaux qu’ils produisent un certificat de résultat négatif de test PCR ou antigénique à l’arrivée et qu’ils fournissent également leurs coordonnées de contact aux fins du traçage.

De fait, 32 % du total des destinations dans le monde font actuellement de la présentation de ces résultats de dépistage la principale condition d’entrée pour les touristes internationaux, souvent combinée à une mesure de quarantaine, et c’est une condition qui arrive en deuxième ou en troisième position dans une proportion équivalente de destinations.

Les plus gros marchés touristiques restent prudents

Le rapport de l’OMT sur les restrictions sur les voyages s’intéresse aussi aux mises en garde adressées par différents gouvernements à leurs ressortissants.

L’analyse des 10 premiers marchés émetteurs de tourisme déconseillant actuellement les déplacements non essentiels à l’étranger montre que ce sont des marchés qui généraient 44 % du total des arrivées internationales en 2018.

L’OMT fait observer que les recommandations émises par les gouvernements joueront un rôle crucial dans la reprise et le relèvement du tourisme dans les semaines et les mois qui viennent.


En vert : les destinations où les restrictions ont été levées. En bleu clair : les destinations qui imposent des tests et la quarantaine. En bleu : les destinations partiellement fermées au tourisme international. En bleu foncé : les destinations entièrement fermées.

Indicateur