Remboursement de forfaits comportant un vol d’AC : «La solution, c’est le FICAV», selon l’AAVQ


Remboursement de forfaits comportant un vol d’AC : «La solution, c’est le FICAV», selon l’AAVQ
Aurore Bonvalot, Moscou Côté et Éric Boissonneault.

Dans le cadre de sa conférence informative et participative du 27 avril, l’AAVQ a présenté aux quelque 300 participants sa position vis-à-vis des voyagistes offrant des forfaits avec une composante Air Canada (ou Air Transat ou autres…).

LIRE PLUS – L’AAVQ demande « un geste de 14 secondes qui va faire toute la différence ! » 

« À nos yeux, la solution, c’est le FICAV », indiquent Moscou Côté et Éric Boissonneault, respectivement président et vice-président de l’AAVQ.

Éric Boissonneault fait valoir qu’il est difficile de connaître la part du transport aérien dans un forfait global.

« On sait qu’au total, un forfait a coûté 2500 $, par exemple. Mais comment savoir si le vol représente la moitié, le quart ou le dixième de cette somme ? » illustre-t-il.

À défaut de pouvoir le savoir, il faut laisser le FICAV jouer son rôle, plaide M. Boissonneault.

« Après avoir indemnisé le consommateur, le FICAV se tournera vers le voyagiste, comme c’est prévu dans la Loi, pour récupérer les montants encore disponibles dans leur compte en fidéicommis », explique-t-il.

À cette étape, l’AAVQ souhaite entreprendre des pourparlers avec le gouvernement du Québec pour que la commission de l’agence de voyages soit protégée, ajoute Éric Boissonneaut.

Quant à savoir si le FICAV suffira à la tâche, l’AAVQ croit que oui.

« Une fois que le cas des Vacances Air Canada, Transat et Sunwing sera réglé, les sommes dans le Fonds devraient être largement suffisantes pour couvrir les réclamations », opine Moscou Côté.

Le cas (par cas) des groupes

Dans le cadre de sa réunion virtuelle, les dirigeants de l’AAVQ ont aussi exprimé la position de l’Association quant aux remboursements d’Air Canada et de Vacances Air Canada.

En gros, l’Association se montre satisfaite de la situation. À ses yeux, le seul sujet litigieux qui reste est celui des groupes.

Actuellement, Air Canada traite ceux-ci au cas par cas…

« Chaque cas étant effectivement très différent, on peut comprendre la position d’Air Canada », mentionne Moscou Côté.

LIRE PLUS – L’AAVQ annonce « une bonne nouvelle de VAC » 

« L’analyse individuelle de chaque dossier peut entraîner des délais de traitement plus longs. Mais ça ne veut pas dire qu’Air Canada n’entend pas rembourser », ajoute Éric Boissonneault.

L’AAVQ donne donc la chance au coureur…

« Pour l’instant, on laisse aller le "cas par cas". Par contre, si on s’aperçoit d’une tendance générale défavorable aux agents de voyages, nous interviendrons », prévient Moscou Côté.

La relance

L’AAVQ a récemment invité ses membres à participer à un court sondage pour connaître leurs suggestions applicables à la relance économique des agences de voyages, pour présenter celles-ci au gouvernement du Québec. Les membres ont bien répondu à l’appel.

LIRE PLUS – Considérant la «survie» des agences assurée, l’AAVQ prépare maintenant leur «relance» 

La démarche de l’AAVQ a été effectuée avant le budget fédéral. Toutefois, la disparition graduelle des programmes de soutien fédéraux annoncée par la ministre Freeland rend encore plus crucial le soutien du gouvernement provincial, indique Moscou Côté.

« Nous rechercherons un soutien financier pour la réembauche des employés et pour leur requalification », mentionne Éric Boissonneaut.

Apparemment, la nouvelle ministre déléguée à l’Économie, Lucie Lecours (qui a pour mandat de s’occuper des PME) n’est pas fermée à l’idée... Comme cette ministre s’est aussi montrée sensible à la question de la protection des commissions des agents de voyages, les dirigeants de l’AAVQ la perçoivent comme une alliée.



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur