Relance du tourisme : Ottawa exhorté à adopter des mesures urgentes dans le budget 2021


Relance du tourisme : Ottawa exhorté à adopter des mesures urgentes dans le budget 2021
Beth Potter, nouvelle PDG de l'AITC.

L’Association de l’industrie touristique du Canada (AITC) demande au gouvernement du Canada d’inclure des investissements et des engagements spécifiques au secteur du tourisme dans le prochain budget fédéral.

« Il est essentiel que le prochain budget comprenne des investissements ciblés. Nous sommes ici aujourd’hui, plus d’un an après le début de la pandémie, alors que l’économie des visiteurs est encore en situation de crise et que nous attendons toujours un programme de soutien particulier au secteur », a plaidé la nouvelle PDG de l’organisation, Beth Potter, lors de sa comparution devant le Comité permanent des finances, hier (17 mars).

« Il est insoutenable pour nos entreprises d’exercer leurs activités sur une base mensuelle, sans possibilité de planifier », a insisté Mme Potter.

Réouverture des frontières

L’AITC demande également que le gouvernement fédéral établisse des critères et des paramètres précis pour la réouverture des frontières internationales et interprovinciales.

« La réalité est que la relance de notre secteur dépendra de la levée des restrictions en matière de voyage. Nous devons nous appuyer sur des données scientifiques, des tests de dépistage efficaces et la recherche de contacts pour établir des critères pour l’ouverture des frontières. Nous avons besoin de directives fédérales pour l’élaboration d’une feuille de route », affirme Beth Potter.

Des entreprises différentes, mais importantes

L’Association rappelle que le tourisme, avant la COVID-19, représentait l’une des industries affichant la croissance la plus rapide dans le monde.

« Le tourisme était le cinquième plus important secteur au Canada, représentant 10 % des emplois canadiens, 105 G$ en revenus et 2,3 % du PIB. Malgré la lente reprise de certaines entreprises, le secteur touristique canadien est resté stagnant. »

L’AITC souligne que les entreprises touristiques sont différentes de la plupart des autres entreprises – « car elles ne sont pas en mesure de se réorienter vers les services en ligne ».

En outre, les entreprises touristiques ne répondent pas à plusieurs des critères des programmes de soutien présentement en place. À cet égard, l’AITC milite d’ailleurs en faveur de l’extension de la SSUC et de la SUCL au-delà des mois d’été.

Appui pour le secteur aérien

L’AITC demande aussi que le gouvernement offre un appui financier immédiat au secteur de l’aviation en soutenant les transporteurs et les aéroports, tout en offrant un financement suffisant aux prestataires de services gouvernementaux, en mettant en place des incitatifs pour que les compagnies aériennes maintiennent les services dans les communautés éloignées et en éliminant les loyers de baux fonciers des aéroports.

Selon l’AITC, sans un appui pour le secteur aérien et sans un accès à de la liquidité pour assumer les coûts fixes, la relance du secteur se fera plus lentement et la compétitivité mondiale du Canada en sera affectée.

« Les Canadiens veulent voyager... »

« Les Canadiens veulent voyager. La santé et la sécurité sont bien entendu un aspect clé, mais lorsque les restrictions seront levées, il y aura un fort intérêt. Il est important que l’industrie soit en mesure d’offrir des services à ces visiteurs domestiques », déclare Beth Potter, en demandant au gouvernement « un appui permettant au secteur de survivre et de retrouver sa compétitivité à l’échelle mondiale pendant et après cette pandémie ».

Plus précisément, en plus des recommandations concernant la liquidité et l’amélioration des programmes de soutien actuels pour y inclure ceux qui ont été le plus durement touchés dans le secteur, l’AITC demande ce qui suit dans le budget :

  • qu’on accorde aux Canadiens un incitatif fiscal pour les années 2021 et 2022, afin de les inciter à voyager localement ou ailleurs au Canada ;
  • l’élaboration d’un programme de financement pour les événements corporatifs et la relance;
  • la bonification du financement de Destination Canada pour s’assurer que les destinations canadiennes demeurent prioritaires, pour soutenir les organisations de marketing de destinations et pour favoriser le retour de voyageurs haut de gamme;
  • le rétablissement du programme de rabais sur la TPS accordé aux visiteurs internationaux ;
  • le rétablissement du programme de manifestations touristiques de renom ;
  • le soutien de la main-d’œuvre du secteur touristique et les projets de renforcement des capacités.

« Le secteur touristique canadien a été le premier et le plus durement touché et sera le dernier à se rétablir. Comprenant l’état de la situation et sachant que nous devrons nous adapter, nous demandons des engagements », conclut Beth Potter.



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !


Indicateur