Jeudi,  16 septembre 2021  10:55

«Que pensez-vous de la décision du fédéral d’ouvrir les frontières aux voyageurs internationaux ?»


«Que pensez-vous de la décision du fédéral d’ouvrir les frontières aux voyageurs internationaux ?»
Le Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique du Québec, et le premier ministre François Legault, le 7 septembre 2021. [Capture d’écran / CPAC]

« Qu’est-ce que vous dites de la décision du fédéral d’ouvrir les frontières aux voyageurs internationaux ? Est-ce que vous êtes d’accord avec cette décision-là ? Et qu’est-ce que ça veut dire pour l’avenir ? Parce que ça ne va pas très bien, là, avec le variant Delta… »

La question a été posée au premier ministre François Legault, lors de son point de presse du 7 septembre – jour lors duquel le Canada se rouvrait aux voyageurs internationaux entièrement vaccinés.

LIRE PLUS – Le Canada s’ouvre aux voyageurs internationaux entièrement vaccinés 

Le Québec d’accord avec « cette façon d’ouvrir les frontières »

« On a consulté la Santé publique avant de donner notre accord à cette façon d’ouvrir les frontières », a amorcé le premier ministre, avant de donner la parole au directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda.

« On ne peut garder les frontières fermées ad vitam aeternam »

D’entrée de jeu, le Dr Arruda a convenu qu’« effectivement, toute introduction de nouveau virus peut être une menace »…

« Mais en même temps, vous comprendrez qu’on ne peut garder les frontières fermées ad vitam aeternam, pour toutes sortes de raisons, de nature économiques ou pour d’autres besoins qu’on a ici. »

Horacio Arruda a rappelé que la fermeture des frontières n’est pas une mesure infaillible – « compte tenu que même si on ferme certaines frontières, les virus finissent par entrer ».

D’ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne préconise pas cette stratégie sur le long terme, a-t-il précisé.

« [Cette stratégie] peut avoir lieu pour un temps précis, le temps de s’ajuster, de développer les tests de dépistage… […] Mais de maintenir les frontières fermées à long terme, ça n’a jamais donné de succès. Ce sont des mesures qui doivent être temporaires. »

Or, puisque la crise sanitaire perdure, d’autres mesures sont préférables pour tenter de maîtriser celle-ci, a indiqué le directeur national de santé publique, en évoquant des mesures mises en place dans les aéroports, comme les quarantaines, les tests de dépistage et les exigences de preuves vaccinales.




Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur