Vendredi,  25 septembre 2020  12:01

Pour l'ACTA, le soutien supplémentaire aux PME ne suffira pas pour l'industrie du voyage


Pour l'ACTA, le soutien supplémentaire aux PME ne suffira pas pour l'industrie du voyage
Wendy Paradis, présidente de l'ACTA (photo d'archive de PAX).

L'industrie du voyage a des défis uniques par rapport aux autres industries et il lui faudra plus de temps pour se remettre de la pandémie de COVID-19, selon l'Association des agences de voyages du Canada (ACTA).

C'est le message de l’association professionnelle après que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, ait dévoilé des mesures supplémentaires pour aider les petites entreprises à faire face à l’impact économique de la pandémie, vendredi 27 mars.

LIRE PLUS : Trudeau augmente la subvention salariale à 75% pour les PME afin d'éviter les licenciements  

Ces mesures font partie du plan de réponse économique face à la COVID-19, qui s'engage à débloquer 107 milliards de dollars pour soutenir les Canadiens afin qu'ils puissent acheter de l'épicerie, payer le loyer et prendre soin de leurs proches, et également soutenir les entreprises pendant la crise.

« Ces nouvelles mesures qu’on a annoncées vendredi dernier vont dans le sens des commentaires que l’ACTA a présentés au gouvernement, » dit Wendy Paradis, présidente de l’ACTA. « Nous avons cependant clairement précisé à nos contacts au sein du gouvernement que l'industrie du voyage prendra davantage de temps à se remettre et qu’elle devra composer avec des problèmes différents de ceux de la plupart des autres industries. Ainsi, les agences et les conseillers en voyages devront bénéficier de programmes spéciaux et d’une attention toute particulière. »

Parmi les mesures introduites par le gouvernement figurent :

  • Une subvention salariale de 75 % pour les entreprises éligibles, pour une durée maximale de trois mois, rétroactive au 15 mars 2020 afin que les entreprises puissent conserver et réintégrer les salariés sur la liste de paie. L'ACTA indique qu'elle a activement fait pression pour une subvention salariale de 75%, sachant que les 10% annoncés précédemment étaient insuffisants.
  • Permettre aux entreprises, y compris les travailleurs autonomes, de reporter tous les paiements de la taxe sur les produits et services / taxe de vente harmonisée (TPS / TVH) jusqu'en juin.
  • Le nouveau Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes qui fournira jusqu'à 25 milliards de dollars aux institutions financières admissibles afin qu'elles puissent accorder des prêts sans intérêt aux petites entreprises, sous forme de marges de crédit pouvant atteindre 40 000 $ aux entreprises dont la masse salariale est inférieure à 1 million de dollars. Un quart de ce prêt (jusqu'à 10 000 $) est admissible à une remise complète.
  • Le programme de prêts et de garantie pour les petites et moyennes entreprises, qui permettra d'accorder jusqu'à 40 milliards de dollars de prêts, soutenus par Exportation et développement Canada et la Banque de développement du Canada, pour des prêts garantis lorsque les petites entreprises se rendent dans leurs institutions financières pour aider à surmonter les effets de la COVID -19.

LIRE PLUS : Tout ce qu'il faut savoir sur la COVID-19

L'ACTA continuera de faire pression pour obtenir un soutien à plus long terme

L'ACTA continuera de rencontrer le gouvernement quotidiennement et de faire pression pour obtenir une aide financière à plus long terme pour les agences de voyages et les agents de voyage, étant donné le caractère unique de notre industrie, a déclaré l'ACTA dans un communiqué publié le lundi 30 mars.

« Ce que l'on nous a dit jusqu'à présent, c'est que les employés peuvent demander le Fonds de secours d'urgence (FER), puis demander de l'assurance-emploi à l'expiration du FER. Les agents de voyages indépendants peuvent demander le Fonds de secours d'urgence », déclare Wendy Paradis. « Nous avons également été informés que la période de 4 mois sera réévaluée au fur et à mesure que l'impact à plus long terme de la pandémie de la COVID-19 se dévoile. L'ACTA a clairement indiqué au gouvernement que 16 semaines ne seront pas suffisantes pour les agents de voyages indépendants en raison du caractère unique de l'impact de la pandémie sur l'industrie du voyage. »

Indicateur