PAX à destination : À la découverte d’Estes Park et de Fort Collins


PAX à destination : À la découverte d’Estes Park et de Fort Collins
Coucher de soleil sur les montagnes à Estes Park
Hortense des Dorides

Expatriée française au Canada, Hortense des Dorides est une journaliste basée à Ottawa et spécialisée dans le tourisme et l'art de vivre. Parmi ses récents coups de coeur aux quatre coins de la planète, l'Islande, l'Utah, Hawaii ou encore les Bahamas.

Nous continuons notre voyage de familiarisation au Colorado. Pour les deux derniers jours, les agents de voyage partent à la découverte d’Estes Park, petit village de 7000 habitants, porte d’entrée du parc national des montagnes Rocheuses, et de Fort Collins, au sens de la communauté très développé.

C’est à 1h30 de Denver que se situe Estes Park, à presque 2300 mètres d’altitude. Au centre du village, le panorama sur les Rocheuses est à couper le souffle.

Le Parc national des Montagnes Rocheuses est le troisième parc le plus visité des États-Unis. Nous sommes à la mi-octobre et quelques centimètres de neige blanchissent les sommets. La route principale, qui mène au belvédère de Forest Canyon, a rouvert ce matin, après avoir été fermée à cause de la neige et du verglas. La prochaine bordée de neige fermera probablement jusqu’au printemps cette route scénique, principal accès pour accéder à l’ouest du parc.

En été, le parc national est le repère des randonneurs et des campeurs. En hiver, les amateurs de plein air peuvent s’adonner à la raquette et au ski de fond.

Parc national des montagnes Rocheuses 1.jpg Parc national des montagnes Rocheuses

De retour à Estes Park, un bâtiment blanc contraste avec les lodges de bois que l’on retrouve dans cette région montagneuse. Il s’agit de l’hôtel Stanley, ouvert en 1909 par Freelan Oscar Stanley alors qu’il venait de déménager à Estes Park pour se soigner de la tuberculose. En 1974, Stephen King, le roi de l’épouvante, est venu y séjourner avec sa femme au début de l’hiver alors que les employés s’apprêtaient à fermer l’hôtel pour la saison. Les King, seuls clients pour la nuit, ont dormi dans la chambre 217, aujourd’hui la plus demandée. Pourquoi? Le romancier a écrit son bestseller The Shining en s’inspirant de son expérience. Aujourd’hui encore, les amateurs de phénomènes paranormaux, du livre et du film de Kubrick viennent visiter l’hôtel en nombre.

Les autres visiteurs qu’il est possible de croiser en grand nombre dans Estes Park sont… des wapitis, les cervidés les plus communs dans le parc national qui s’aventurent dans les rues et les jardins.

Une belle communauté

Nous passons la dernière journée du voyage à Fort Collins, située en bordure de la Forêt nationale de Roosevelt. La ville de 160 000 habitants est traversée par la rivière Cache La Poudre, nom évocateur qui remonte aux trappeurs québécois qui oeuvraient dans la région au XIXe siècle.

Aujourd’hui, Fort Collins est reconnue pour sa petite communauté florissante, ses boutiques indépendantes et ses brasseries.

Il fait bon se promener dans le centre historique préservé, s’arrêter dans les boutiques, prendre en photo les vieilles publicités de Coca-Cola peintes directement sur les murs et déguster une bière locale à la microbrasserie CooperSmith’s, une institution locale. Après quatre journées remplies de belles découvertes, les agents de voyage ont repris le vol direct d’Air Canada vers Montréal, plein de souvenirs et d’idées de voyage en tête.

Centre-ville de Fort Collins.jpg Centre-ville de Fort Collins

À noter qu’Élizabeth Ohayon, chef des ventes régionales chez Air Canada, et Annika Klint, représentante de Colorado Tourism au Canada, étaient présentes lors de ce voyage. Pour toutes vos questions sur le Colorado, vous pouvez joindre Annika Klint au (705) 286 0110 ou à annika@thekaigroup.ca

Indicateur