Ouf ! Il n’y aura pas de parc d’attractions aux abords d’Angkor


Ouf ! Il n’y aura pas de parc d’attractions aux abords d’Angkor
[Photo : Paul Szewczyk / Unsplash]

Tout bien considéré, le gouvernement du Cambodge a décidé de ne pas donner suite au projet de développement qui lui avait été présenté et qui consistait en la construction d’un parc d’attractions de 75 hectares aux abords du site du patrimoine mondial d’Angkor.

LIRE PLUS – C’est arrivé il y a 20 ans : la destruction des bouddhas de Bamiyan 

L’UNESCO a salué la décision du gouvernement cambodgien, soulignant avoir eu « des échanges fructueux et constructifs » avec lui.

À l’instar de plusieurs institutions de préservation du patrimoine, l’UNESCO avait exprimé au gouvernement cambodgien ses craintes que le projet ait un impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle d’Angkor, en raison de sa proximité des zones tampons protégées du site, de son l'ampleur, de sa portée, et du concept des activités prévues.

Baptisé « Angkor Lake of Wonder », le complexe touristique ludique et festif, qu’on a comparé à un Disneyland, était proposé par une société chinoise, NagaCorp Ltd (qui exploite déjà des casinos à Phnom Penh, la capitale du Cambodge). Le projet comportait notamment un hôtel de 900 chambres et une douzaine d’attractions aquatiques.

L’UNESCO s’inquiétait notamment pour le cadre d’Angkor, le paysage environnant, l'environnement et les vestiges archéologiques, qui font tous partie intégrante de ce bien du patrimoine mondial.

L’équilibre entre la conservation et le développement d’Angkor

Le communiqué officiel de la ministre de la Culture et de l’Information du Cambodge a souligné l’importance de « préserver et maintenir l’équilibre entre la conservation et le développement d’Angkor, bien culturel mondial de l’humanité ».

La formulation laisse croire qu’un autre projet, de moindre envergure, pourrait éventuellement être autorisé…

Inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1992, Angkor est un site archéologique emblématique d'Asie du Sud-Est. S'étendant sur quelque 400 km2, zones boisées comprises, le parc archéologique d'Angkor contient les magnifiques vestiges des différentes capitales de l'empire khmer, datant du IXe au XVe siècle.

L’UNESCO souligne offrir un soutien constant au gouvernement du Cambodge pour sauvegarder les sites archéologiques d'Angkor – « en particulier dans ce contexte sanitaire difficile pour le secteur du tourisme cambodgien avec la pandémie de Covid 19 et en vue de la célébration du 30e anniversaire de l’inscription du site d’Angkor en 2022 ».



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !





Indicateur