Ottawa s'assure que les voyageurs n’auront pas accès à la PCRE pendant la quarantaine


Ottawa s'assure que les voyageurs n’auront pas accès à la PCRE pendant la quarantaine
La ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'œuvre, Carla Qualtrough.

Le gouvernement du Canada s'assure que les voyageurs internationaux n’auront pas accès à la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCRE) pendant la quarantaine obligatoire.

La PCRE, ainsi que les autres prestations de la relance économique – comme la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants (PCREPA) et la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) – n'ont jamais été prévues pour encourager ou inciter les Canadiens à ignorer les consignes de santé publique, indique le gouvernement, souligne le gouvernement.

Il ajoute que ces prestations ont plutôt été mises en place « pour faire en sorte que les travailleurs canadiens puissent continuer de joindre les deux bouts pendant la pandémie et qu'aucun Canadien n'ait à choisir entre mettre de la nourriture sur la table ou aller travailler malade ».

« Nous avons entendu les Canadiens; à ce titre, nous resserrons les critères d'admissibilité pour nos prestations de la relance liées à la COVID », a déclaré la ministre de l'Emploi, du Développement de la main-d'œuvre, Carla Qualtrough.

LIRE PLUS – Les voyages à l’origine de 1,8 % des cas de COVID au Canada

Mesures immédiates

Le gouvernement du Canada prend donc des mesures immédiates pour que ces trois prestations (la PCRE, la PCREPA et la PCMRE) n'incitent pas les gens à ignorer les consignes claires de la santé publique contre les voyages à l'étranger.

Les personnes devront satisfaire à toutes les exigences d'admissibilité pour recevoir les prestations canadiennes de la relance économique, y compris l'obligation de résider au Canada et d'avoir été présent au Canada au cours de la période pour laquelle la demande est présentée.

La ministre Qualtrough proposera des dispositions législatives rétroactives au 3 janvier 2021 pour que les voyageurs internationaux qui doivent se mettre en quarantaine à leur retour au Canada (notamment les gens qui reviennent de vacances, qui ont rendu visite à des êtres chers ou qui se sont occupés d'affaires immobilières à l'étranger) ne soient pas admissibles à l'une ou l'autre des prestations canadiennes de la relance économique pendant la période de leur quarantaine obligatoire.

Les personnes exemptées de la quarantaine obligatoire au titre de la Loi sur la mise en quarantaine, comme les travailleurs de la santé qui doivent traverser la frontière pour travailler, pourront présenter une demande une fois rentrés au pays.

« Êtes-vous en quarantaine en raison d'un voyage à l'étranger ? »

Aujourd'hui (11 janvier), l'Agence du revenu du Canada (ARC) mettra à jour le processus de demande des trois prestations de la relance économique.

« Dans le cas des demandes qui couvrent une période débutant le 3 janvier 2021 ou à une date ultérieure, les demandeurs devront indiquer s'ils étaient en isolement ou en quarantaine en raison d'un voyage à l'étranger. »

Au cours des prochaines semaines, l'ARC retardera le traitement des demandes des personnes qui sont en isolement ou en quarantaine à la suite d'un voyage à l'étranger, et ce, jusqu'à ce que le processus législatif soit achevé. Le but est de faire en sorte que les personnes qui reçoivent la prestation satisfont aux plus récents critères d'admissibilité.

« Nous allons nous assurer que ces mesures n'ont pas de conséquences non intentionnelles et nous allons cibler les individus qui voyagent pour des raisons discrétionnaires et non essentielles », souligne Carla Qualtrough.

Le gouvernement du Canada rappelle qu’il continue de presser les Canadiens à éviter tout voyage non essentiel et à suivre les lignes directrices de la santé publique et celles liées aux voyages internationaux.

« Ce n'est pas le moment de voyager à l'étranger, et si vous choisissez de le faire, vous ne serez pas admissible à ces prestations pendant votre période de quarantaine obligatoire », insiste la ministre.

Sa collègue Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national, renchérit :

« Les mesures annoncées aujourd'hui feront en sorte que les prestations canadiennes de la relance économique aideront les travailleurs qui en ont le plus besoin, et non ceux qui contreviennent aux directives de santé publique sur les voyages à l'étranger. »

Le gouvernement indique qu’en date du 3 janvier, le nombre de demandeurs uniques ayant eu accès aux prestations de relance était de 1 445 530 pour la PCRE; 277 570 pour la PCRECA; et de 299 090 pour la PCMRE.

« Grâce à ce changement important, les programmes liés à la COVID que nous avons mis en place renforceront ces efforts et seront là pour les Canadiens qui en ont le plus besoin », conclut le gouvernement.

Indicateur