Ottawa promet 1 G$ pour lutter contre la COVID-19, mais reste flou concernant l'industrie du voyage


Ottawa promet 1 G$ pour lutter contre la COVID-19, mais reste flou concernant l'industrie du voyage
La ministre de la Santé du Canada, Patty Hajdu; Le premier ministre Justin Trudeau; et l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, ont pris la parole lors de la conférence de presse de ce matin. (Image: CBC News)
Christine Hogg

Christine Hogg est éditrice adjointe au contenu numérique. Avant son arrivée chez PAX, elle a obtenu un baccalauréat spécialisé en journalisme à l'Université de Toronto. Après avoir obtenu son diplôme, elle a écrit pour plusieurs publications de voyage tout en parcourant le monde: la plus longue dura trois semaines en Europe et la plus courte seulement 16 heures en Islande.

S'exprimant depuis Ottawa ce mercredi (le 11 mars), le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a déclaré que, malgré la crise croissante du COVID-19 qui frappe l'économie canadienne, les frontières du Canada resteront ouvertes et qu'il n'est pas prévu de restreindre la liberté de circulation des voyageurs canadiens de sitôt.

Bien que plusieurs compagnies aériennes aient suspendu leurs vols vers des destinations où le nombre de cas de virus est élevé et que les compagnies de croisière aient adopté des mesures de contrôle supplémentaires qui pourraient empêcher les voyageurs d'embarquer, ces dernières seront toujours autorisées à entrer dans les eaux canadiennes, tout comme leurs invités.

Les frontières canadiennes resteront ouvertes

Alors que les États-Unis continuent de voir un pic dans les cas de COVID-19, les inquiétudes concernant le trafic entre la frontière canado-américaine augmentent également, mais Justin Trudeau indique que les frontières du Canada resteront ouvertes.

« Nos économies entre le Canada et les États-Unis sont intimement liées », a déclaré Trudeau. « Le nombre de voyageurs qui traversent nos frontières chaque jour se compte en milliers, et c'est donc un véritable vecteur potentiel de transmission, mais ce que nous devons savoir, c'est que beaucoup de choses sont faites, au Canada et aux États-Unis pour ralentir la propagation de ce virus. Nous continuons de collaborer très régulièrement avec nos homologues aux États-Unis… nous continuerons de surveiller et de coordonner pour nous assurer que ce que nous faisons a un impact aussi minime sur la santé canadienne que sur la croissance de notre économie. »

À l'échelle internationale, la COVID-19 a eu un impact sur le secteur des voyages et du tourisme. Il y a quelques jours, l'Agence de la santé publique du Canada a émis un avis, exhortant les Canadiens à éviter tout voyage en bateau de croisière, ce qui, selon Justin Trudeau, nuit définitivement à l'économie canadienne.

« Il y a des ralentissements évidents dans le secteur du tourisme et la recommandation de ne pas faire de croisières a eu un impact », a déclaré le premier ministre. « J'ai parlé hier avec les dirigeants de certaines de nos compagnies aériennes pour les entendre sur certains des défis. Nous avons contacté des entreprises et des dirigeants à travers le pays pour avoir une meilleure idée des impacts potentiels sur l'économie. »

Dans l'état actuel des choses, les frontières du Canada resteront également ouvertes aux voyages entre l'Italie et le Canada, l'Iran et le Canada, et la Chine et le Canada, malgré que de nombreuses compagnies aériennes et navires de croisière interdisent aux voyageurs qui ont visité ces pays d'embarquer, a confirmé Justin Trudeau.

« Nous avons choisi de ne pas fermer les frontières à la Chine dès le début et je pense que nous avons vu que nous avons pu limiter la propagation du virus au Canada au cours des dernières semaines, parce que nous avions toutes  les informations appropriées et des mesures en place pour assurer que les gens puissent prendre soin d'eux-mêmes et réduire la propagation », a-t-il déclaré. « Nous continuerons de prendre des décisions en fonction de l'évolution de la situation et nous ne fermons la porte à aucune décision à ce stade, mais toute décision que nous prendrons sera basée sur les recommandations d'experts et les meilleures données scientifiques dont nous disposons. »

Selon lui, la décision de suspendre les arrivées de navires de croisière au Canada dépendra en fin de compte de la santé et de la sécurité générales de tous les Canadiens.

« Nous examinons un certain nombre de mesures différentes que nous pouvons prendre, et nous savons que la saison des navires de croisière commence sous peu. Nous devrons réfléchir à la façon de protéger les Canadiens qui pourraient faire ces croisières, qui pourraient travailler sur ces navires, ainsi que les collectivités qui pourraient être touchées par le fait d'avoir ces navires de croisière dans leur port. »

1 G$ dans un fonds d'intervention

La semaine dernière, le gouvernement fédéral a annoncé la création d'un comité spécial présidé par la vice-première ministre Chrystia Freeland pour gérer la réponse fédérale à l'épidémie de COVID-19.

« Notre gouvernement créera un fonds d'intervention COVID-19 d'un milliard de dollars qui fournira de l'argent aux provinces et aux territoires pour s'occuper de la préparation et de l'atténuation du virus », a déclaré Trudeau. « Je veux que tous les premiers ministres et tous les Canadiens sachent que nous sommes là pour eux; nous veillerons à ce que vous ayez tout ce dont vous avez besoin. »

Selon Trudeau, le nouveau budget fournira plus d'argent pour s'assurer que les Canadiens, en particulier les employés qui vont toujours travailler tous les jours, ont accès à une protection comme des masques chirurgicaux et des écrans faciaux. Il investira également 275 millions de dollars en fonds supplémentaires pour la recherche et les contre-mesures médicales, y compris le développement de vaccins et le soutien aux essais cliniques.

Sept millions de dollars seront consacrés au rapatriement des Canadiens à l'étranger.

En détail :

  • 500 millions de dollars pour soutenir les provinces et les territoires
  • 275 millions de dollars dans la recherche
  • 150 millions de dollars pour l'intervention en santé publique
  • 50 millions de dollars pour l'éducation à la publication et les communications soutenues
  • 50 millions de dollars pour l'équipement de protection individuelle
  • 7 millions de dollars pour rapatrier les Canadiens
  • 5 millions de dollars en prestations d'assurance-emploi
  • 2 millions de dollars pour soutenir initialement l'Organisation mondiale de la santé

« Les Canadiens peuvent compter sur nous pour leur fournir le bon type de soutien à mesure que la situation évolue », a déclaré Justin Trudeau. « Nous travaillons avec nos partenaires pour contenir le virus. Nous appliquons les leçons que nous avons apprises au cours de l'épidémie de SRAS, nous nous assurons que nos systèmes de santé sont résilients et nous mettons tout en œuvre pour que les Canadiens restent en sécurité, en bonne santé et soutenu. Le Canada est l'un des pays les mieux préparés au monde pour réagir à la situation, et nous passerons à autre chose ».

Indicateur