Ottawa destine un programme ciblé aux agences de voyages et aux voyagistes

  • Autre
  •   21-10-2021  18:11
  •   Pax Global Media

Ottawa destine un programme ciblé aux agences de voyages et aux voyagistes
La vice‑première ministre et ministre des Finances Chrystia Freeland.
Pax Global Media

Alors que les programmes existants d’aide aux revenus et aux entreprises prendront fin comme prévu le 23 octobre, la vice‑première ministre et ministre des Finances Chrystia Freeland, a annoncé aujourd’hui (21 octobre) des programmes ciblés pour les remplacer. 

Le gouvernement propose donc d’offrir un soutien ciblé aux entreprises qui sont encore aux prises avec d’importants défis liés à la pandémie.

Pour les agences, les voyagistes et d'autres entreprises durement touchées...

Le volet intitulé « Programme de relance pour le tourisme et l’accueil » soutiendra ainsi les agences de voyages, les voyagistes, les hôtels et les restaurants, les bars, les centres des congrès et les organisateurs de congrès et de salons professionnels, etc. (Les détails sur la définition d'entreprises admissibles est à venir.)

Ils pourront bénéficier de programmes de subvention salariale et de subvention pour le loyer, dont le taux de subvention pourrait atteindre 75 % (du 24 octobre 2021 au 12 mars 2022).

Pour sa part, le volet intitulé « Programme de relance pour les entreprises les plus durement touchées » est destiné à soutenir d’autres entreprises ayant enregistré de lourdes pertes. Il le fera via des programmes de subvention salariale et de subvention pour le loyer, dont le taux de subvention pourrait atteindre 50 %.

Dans les deux cas, les demandeurs utiliseront un nouveau système d’admissibilité dans lequel ils devront démontrer qu’ils ont subi des pertes de revenu importantes au cours d’une période de 12 mois durant la pandémie ainsi que pendant le mois en cours.

Plus précisément, ils devront satisfaire aux deux conditions suivantes :

  • Avoir subi une baisse mensuelle moyenne des revenus d'au moins 40 % au cours des 13 premières périodes d'admissibilité à la Subvention salariale d'urgence du Canada (diminution des revenus sur 12 mois);
  • Avoir subi des pertes de revenus d'au moins 40 % pour le mois en cours.

La baisse des revenus sur une période de 12 mois serait calculée en fonction de la moyenne des pourcentages de toutes les baisses de revenus des organisations admissibles de mars 2020 à février 2021

Ces programmes seront offerts jusqu’au 7 mai 2022, et les taux de subvention proposés seront en vigueur jusqu’au 13 mars 2022. Du 13 mars au 7 mai 2022, les taux seront réduits de moitié.



Le PEREC prolongé jusqu’au 7 mai 2022

Le gouvernement propose par ailleurs de prolonger jusqu’au 7 mai 2022 le Programme d’embauche pour la relance économique du Canada pour les employeurs admissibles dont les pertes de revenus actuelles sont supérieures à 10 % et d’augmenter le taux de subvention à 50 %.

Cette mesure aiderait les entreprises à réembaucher leurs travailleurs et à créer d’autres emplois dont le Canada a besoin pour assurer une relance économique complète, indique le gouvernement.

Autres mesures ciblées

D’autres mesures annoncées aujourd’hui visent d’autres secteurs ayant toujours besoin d’un soutien ciblé, comme les proches aidants (Prestation canadienne de la relance économique pour les proches aidants), les personnes malades (Prestation canadienne de maladie pour la relance économique), les personnes en confinement (Prestation canadienne pour les travailleurs en cas de confinement)…

Notons aussi que les entreprises touchées par de nouveaux confinements temporaires dans leur région pourront recevoir le montant maximal des programmes de subvention salariale et de subvention pour le loyer, pour la période de confinement, peu importe les pertes encourues pendant la pandémie.

Le Canada est sur la voie de la relance économique

Quant aux mesures de soutien très générales comme la SSUC (Subvention salariale d’urgence du Canada) et la SUCL (Subvention d’urgence du Canada pour le loyer), si elles étaient appropriées « au plus fort du confinement », elles ne sont plus nécessaires, estime Ottawa.

En effet, le gouvernement estime que le Canada a maintenant récupéré tous les emplois perdus pendant la pandémie (par rapport à 78 % aux États‑Unis). Il a aussi dépassé son objectif de créer un million de nouveaux emplois. De fait, la croissance du PIB prévue pour le Canada en 2021 est de 5,7 % selon le Fonds monétaire international (FMI) et de 5,4 % selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

« Notre économie est en train de rebondir et nous sommes en train de gagner le combat contre la COVID. Il est également vrai que la relance est inégale et que les mesures sanitaires qui permettent de sauver des vies continuent de restreindre certaines activités économiques », observe Chrystia Freeland.

Elle conclut :

« C’est pourquoi nous annonçons aujourd’hui ce qui, nous l’espérons et le croyons, constitue la pièce maîtresse du soutien nécessaire pour assurer une relance solide pour tous. Notre objectif est de protéger et de créer des emplois et d’assurer la relance la plus solide possible pour tous. Nous continuerons à tenir la promesse que nous avons faite aux Canadiens. »




Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur