Le ministre Alghabra à l’ACITA: « Ne vous attendez pas à ce que les restrictions de voyage soient levées le 1er mai »


Le ministre Alghabra à l’ACITA: « Ne vous attendez pas à ce que les restrictions de voyage soient levées le 1er mai »
Capure d'écran fournie par l'ACITA.
Michael Pihach

Michael Pihach est un acteur actif de l'industrie des médias au Canada depuis plus de 10 ans. Il a débuté sa carrière en tant que journaliste et éditeur pour diverses publications, telles que le Toronto Xtra! et les magazines IN, ainsi que le magazine 2B à Montréal.

« Les restrictions de voyage actuelles du Canada sont temporaires, mais ne vous attendez pas à ce qu’elles soient levées le 1er mai », a fait savoir le ministre des Transports Omar Alghabra à l’ACITA (Association of Canadian Independent Travel Advisors), le lundi 29 mars, lors d’une rencontre virtuelle par l’entremise de Zoom.

LIRE PLUS – L’ACITA obtient une rencontre individuelle avec le ministre des Transports Omar Alghabra 

C’est l’une des nombreuses informations que les trois figures de proue de l’ACITA – Judith Coates (The Travel Agent Next Door), Brenda Slater (Beyond the Beach) et Nancy Wilson (TravelOnly) – ont obtenues du ministre à l’occasion de cette rencontre cruciale, réclamée depuis des mois.

Notons qu’une centaine d’agents de voyages ont aussi assisté (sans intervenir) à la rencontrede 45 minutes. Les médias n’ont pas été autorisés à se joindre à la réunion. Toutefois, l’équipe de l’ACITA a rapporté les éléments les plus importants à PAX.


Judith Coates, Brenda Slater et Nancy Wilson.


Il a été « aussi direct qu’il pouvait l’être »

Ainsi, le ministre Alghabra a été catégorique lorsque la question de l’assouplissement des restrictions de voyage a été abordée, selon Mmes Coates, Slater et Wilson.

« Il a dit que les restrictions de voyage ne seront pas levées le 1er mai », rapporte Nancy Wilson. 

Le 1er mai, rappelons-le, est le jour suivant l’échéance convenue par Ottawa et les compagnies aériennes canadiennes pour la suspension des services aériens vers le Mexique et les Caraïbes.

Il a été « aussi direct qu’il pouvait l’être » en disant aux agents de ne pas tabler sur un assouplissement des restrictions d’ici cette date, ajoute-t-elle.

Judith Coates n'a pas été surprise par la réponse du ministre.

«  Il n'y a pas eu de surprise. Il a livré la rhétorique libérale selon laquelle la santé et la sécurité sont ce qu’il y a de plus important. »

L’ACITA retient que le gouvernement tente de prendre de l’avance sur la troisième vague de la COVID-19 et qu’il considère que les restrictions aux voyages introduites en janvier ont fait leurs preuves, réduisant de 90 % l’importation du virus.

Qualifiant l’industrie du voyage de « malheureuse victime » de la pandémie, le ministre Alghabra a parlé des restrictions de voyage en termes généraux. Il n’a pas donné de détails, par exemple, quant à l’expiration de l’exigence de la quarantaine et du séjour obligatoire à l’hôtel, indique l’ACITA.

À cet égard, l’ACITA fait valoir l’importance d’un plan de réouverture pour les voyages et le tourisme. Selon l’Association, l’important n’est pas de savoir avec précision quand les restrictions seront levées, mais d’avoir au moins des « points de repère » permettant de planifier la reprise.

« L’absence d’un plan est décourageante », commente Brenda Slater.

LIRE PLUS – L’ACITA se flatte d’une autre victoire à la Chambre des communes 

« La réunion a été très positive »


Le ministre des Transports Omar Alghabra.


Cela dit, même si les nouvelles n’ont pas toutes été bonnes, l’ACITA considère que la réunion a été très positive. Le simple fait de passer du temps en tête-à-tête avec le ministre des Transports du Canada est une victoire en soi.

Le ministre Alghabra savait qui était l’ACITA; il aurait même déclaré que ses efforts devraient être applaudis. Il a reconnu que l’Association a réussi à faire entendre son message à la Chambre des communes, grâce au soutien de députés. Il a aussi invité l’ACITA à continuer de participer aux discussions sur la reprise des voyages.

Parmi les points positifs, Brenda Slater mentionne que le ministre ne semblait pas savoir pas que [les conseillers touristiques indépendants] n’avaient pas accès à beaucoup de fonds fédéraux. « Il a offert de transmettre cette information à la ministre des Finances, Chrystia Freeland », se réjouit-elle.

Peu après la réunion, l’ACITA a d’ailleurs reçu un courriel du Comité permanent des finances de la Chambre des communes l’invitant à participer à un panel sur les dépenses et les programmes liés à la COVID-19. (Cet événement sera diffusé sur CPAC le 1er avril de 16 h à 17 h 30.)

LIRE PLUS – La pétition de l’ACITA contre le rappel des commissions est présentée à la Chambre des communes

À propos de la protection des commissions

Rappelons que le ministre Alghabra est au cœur des discussions d’Ottawa avec les compagnies aériennes, alors que les deux parties négocient les modalités d’un plan de sauvetage. Le gouvernement a déjà annoncé que toute aide serait conditionnelle au remboursement des consommateurs dont le voyage a été annulé en raison de la pandémie.

Les commissions des agents de voyages sont menacées par cette condition et leur protection est le premier cheval de bataille de l’ACITA (mais pas le seul). Malheureusement, lors de sa rencontre avec l’ACITA, le ministre Alghabra n’a pas donné de garantie à ce chapitre.

« Il n’est pas allé aussi loin; nous nous y attendions », indique Judith Coates.

Le ministre a toutefois insisté sur le fait que les conseillers en voyages sont une « partie intégrante » des négociations avec les compagnies aériennes – ce qu’il avait déjà déclaré publiquement.

LIRE PLUS – Aide sectorielle à l’aviation : la protection des commissions fait partie des discussions, révèle le ministre Alghabra 

« C’est encourageant », commente Brenda Slater.

Parallèlement, le combat de l’ACITA se poursuit.

« Nous faisons cela tous les trois parce que nous aimons notre industrie. Nous ne sommes pas payés. Nous voulons simplement survivre », conclut Mme Slater.

 


Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !


Indicateur