Même si les voyages ne sont pas un super propagateur, des règles plus strictes s’en viennent


Même si les voyages ne sont pas un super propagateur, des règles plus strictes s’en viennent
Michael Pihach

Michael Pihach est un acteur actif de l'industrie des médias au Canada depuis plus de 10 ans. Il a débuté sa carrière en tant que journaliste et éditeur pour diverses publications, telles que le Toronto Xtra! et les magazines IN, ainsi que le magazine 2B à Montréal.

Le gouvernement du Canada est effectivement en train de resserrer ses restrictions de voyage déjà strictes; une annonce officielle sera faite sous peu, vient de réaffirmer le premier ministre Justin Trudeau, ce mardi (26 janvier).

LIRE PLUS – Bientôt « des mesures encore plus restrictives » sur les voyages, confirme Trudeau 

Rappelant l’interdiction des voyages non essentielle du Canada, l’ordonnance de quarantaine obligatoire de 14 jours et les exigences de dépistage avant l’embarquement pour le Canada, M. Trudeau a de nouveau invité les Canadiens à ne pas voyager pendant la pandémie.

« Les mesures fonctionnent. Elles sauvent des vies. C’est pourquoi nos amis et alliés adoptent des mesures semblables », a insisté le premier ministre, lors d’un point de presse fait à partir de sa résidence de Rideau Hall, à Ottawa.

(Rappelons que les États-Unis exigent désormais un résultat négatif au test de dépistage de la COVID pour les arrivées internationales avant un vol vers le pays, par exemple.)

Justin Trudeau a reconnu que les voyages ne sont pas un super propagateur de la COVID-19 (1,8 % de tous les cas de COVID-19 au Canada sont liés aux voyages internationaux, affirme Ottawa).

« Nous savons qu’à l’heure actuelle, seule une faible proportion des infections est causée par des Canadiens qui reviennent au pays. Cela dit, je tiens à préciser que chaque cas est un cas de trop », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne l’introduction de nouvelles règles, « toutes les options sont sur la table », a-t-il répété, en évoquant une annonce dans les prochains jours.

Selon le premier ministre, la recommandation d’éviter tout voyage non essentiel s’applique aussi aux voyages dans une autre province.

La Loi sur les mesures d’urgence ?

L’attitude du gouvernement à l’égard des restrictions aux voyages a changé au cours des dernières semaines avec l’apparition de variants de la COVID-19, certains maintenant signalés au Canada.

« Nous n’hésiterons pas à prendre des mesures plus sévères au besoin. Les mauvais choix de quelques-uns ne doivent jamais mettre tout le monde en danger », a indiqué le premier ministre.

Dimanche (26 janvier), le ministre des Affaires étrangères, Marc Garneau, a déclaré sur les ondes de la CBC que le gouvernement fédéral n’exclut pas d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence pour restreindre davantage les déplacements non essentiels.

Cette loi confère au Cabinet le pouvoir de réglementer ou d’interdire les déplacements « à destination, en provenance ou à l’intérieur d’une zone déterminée, lorsque cela est nécessaire à la protection de la santé ou de la sécurité des personnes ».

« Nous examinons toutes les mesures possibles pour nous assurer de pouvoir atteindre nos objectifs. La Loi sur les mesures d’urgence est quelque chose qu’on ne prend pas à la légère », a déclaré M. Garneau.

Indicateur