Liste du patrimoine mondial : 35 nouveaux appelés, combien d’élus ?


Liste du patrimoine mondial : 35 nouveaux appelés, combien d’élus ?
Bakou (Azerbaïdjan), où se déroule la réunion du Comité du patrimoine mondial. (Crédit : UNESCO)
Serge Abel-Normandin

Au début de la vingtaine, Serge Abel-Normandin a interrompu ses études en journalisme pour explorer l’Europe durant sept mois. Peu après ce premier vrai voyage, il a fait ses débuts dans un magazine de l’industrie, combinant ainsi deux grandes passions. Depuis, il ne se lasse pas d’observer l’évolution d’un domaine fascinant, dont il se sent privilégié de faire partie.

Le Comité du patrimoine mondial est actuellement réuni à Bakou, en Azerbaïdjan, pour ajouter des inscriptions à sa prestigieuse liste. À compter d’aujourd’hui, pas moins de 35 sites seront passés au crible. L’identité des heureux élus sera dévoilée au fil des jours d’ici le 10 juillet.

Notons que, parmi les candidats, on trouve un site culturel canadien : celui de Writing-on-Stone/ Áísínai’pi. Déjà reconnu comme lieu historique national du Canada, ce parc provincial du sud de l'Alberta est réputé pour les nombreux pétroglyphes et pictogrammes inscrits par les peuples autochtones sur les parois de sa vallée.

Le site de de Writing-on-Stone/ Áísínai’pi (Alberta) candidat canadien au patrimoine mondial. (Crédit : Travel Alberta)

Parmi les autres candidats, mentionnons la cité engloutie de Port Royal (Jamaïque), la ville coloniale de Paraty (Brésil), la cité de Jaipur, Rajasthan (Inde), les collines du Prosecco de Conegliano et Valdobbiadene (Italie) et les oeuvres architecturales du XXe siècle de Frank Lloyd Wright (États-Unis).

Patrimoine mondial en péril

Dans le cadre de sa 43e session, le Comité du patrimoine mondial doit aussi examiner l’état de conservation de 166 sites déjà inscrits sur la Liste du patrimoine mondial. Au lancement des travaux, le 1er juillet, quelque 54 de ces sites figuraient sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Bonne nouvelle : le comité a déjà annoncé le retrait de deux sites de cette liste noire, dont celui du Lieu de naissance de Jésus à Bethléem (Palestine). Pour motiver sa décision, le Comité a salué la qualité des travaux effectués sur l’église de la Nativité.

L’église de la Nativité sur le site du Lieu de naissance de Jésus à Bethléem (Palestine) qui a été retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril.  (Crédit : UNESCO)
Moins bonne nouvelle, par contre : le Comité a ajouté un site du Mexique à la Liste du patrimoine mondial en péril : celui des Îles et aires protégées du Golfe de Californie (Mexique). Le Comité est préoccupé par l’extinction imminente de la vaquita, une espèce de marsouin dont il ne reste aujourd’hui qu’une dizaine de spécimens (contre près de 300 individus en 2005).

Le site des Îles et aires protégées du Golfe de Californie (Mexique) inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril. (Crédit : UNESCO)

Retrouvez la liste complète des 35 sites passés au crible sur le site internet de l'UNESCO en cliquant ici !

Indicateur