Les responsables de la santé publique seront désormais stationnés à la frontière canado-américaine


Les responsables de la santé publique seront désormais stationnés à la frontière canado-américaine
Michael Pihach

Michael Pihach est un acteur actif de l'industrie des médias au Canada depuis plus de 10 ans. Il a débuté sa carrière en tant que journaliste et éditeur pour diverses publications, telles que le Toronto Xtra! et les magazines IN, ainsi que le magazine 2B à Montréal.

Malgré les restrictions de voyage en cours liées à la pandémie de COVID-19, les aéroports du Canada sont de plus en plus occupés. L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a décidé d'intervenir.

Selon un récent article de Global News, les passagers internationaux arrivant dans les aéroports canadiens chaque semaine ont doublé au cours des deux derniers mois. Le nombre de personnes traversant la frontière canado-américaine a également augmenté.

Par conséquent, le gouvernement canadien envoie plus de responsables de la santé publique dans les aéroports les plus fréquentés du Canada - à 36 points d’entrée - pour contrôler la COVID-19 des passagers entrants.

Des agents de quarantaine et de dépistage clinique sont également placés à la frontière terrestre entre le Canada et les États-Unis pour empêcher les gens de voyager s'ils sont malades.

Cela a commencé il y a 8 semaines

C'est la première fois que des responsables de la santé sont positionnés à la frontière depuis le début de la pandémie, souligne Global News.

Selon un porte-parole de l'ASPC, le processus a commencé il y a huit semaines et se poursuivra.

« Une présence accrue de représentants de l'ASPC est mise en œuvre à 36 points d'entrée à volume élevé, y compris par voie aérienne et terrestre, qui représentent 90% des volumes actuels de voyageurs entrants », a déclaré Tammy Jarbeau, porte-parole de Santé Canada, au média.

Le voyage a doublé

Selon les statistiques hebdomadaires des voyages recensées par l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), le nombre de voyageurs aériens internationaux arrivant aux aéroports du Canada, y compris avec les vols en provenance des États-Unis, est passé d'une moyenne d'environ 15 000 personnes par semaine entre la fin avril et le début mai à 30 000 par semaine de la mi-juin à la fin juin.

Le doublement du nombre suggère que plus de gens vont à l’encontre des avis de voyage non essentiels du Canada et voyagent comme bon leur semble.

La frontière terrestre entre le Canada et les États-Unis demeure fermée à tous les déplacements non essentiels. Cependant, certains voyageurs ont réussi à trouver des failles dans le système (par exemple : les Canadiens peuvent toujours voyager aux États-Unis, aussi longtemps que c'est en avion).

LIRE PLUS : Une « faille » dans les règles frontalières révélée alors qu'Ottawa décourage les voyages internationaux?

Des histoires de vacances américaines traversant illégalement la frontière canadienne dans l'ouest du Canada via ce qu'on appelle la « faille de l'Alaska » - une règle observée par l'ASFC qui permet aux citoyens américains d'entrer au Canada afin de rentrer chez eux en Alaska - ont également fait surface ces dernières semaines.

Deux ordonnances fédérales

L'ASFC applique actuellement deux ordonnances fédérales qui empêchent les voyageurs d'entrer au Canada.

La première limite l'entrée à tous les ressortissants étrangers qui arrivent directement d'un autre pays que les États-Unis (par exemple : toute personne qui arrive sur un vol international et qui n'est ni citoyen canadien ni résident permanent).

LIRE PLUS : Les voyageurs étrangers ne pourront pas entrer au Canada avant au moins le 31 juillet

Une exception est faite aux étrangers ayant un membre de sa famille immédiate vivant au Canada.

Les autres personnes exemptées des règles sont les travailleurs essentiels, les équipages des compagnies aériennes, les étudiants internationaux titulaires d'un visa valide et les professionnels de la santé ayant travaillé liés à la pandémie de COVID-19.

La deuxième ordonnance interdit les voyages non essentiels à la frontière terrestre entre le Canada et les États-Unis, une directive qui a récemment été prolongée jusqu'au 21 juillet.

Tous les passagers entrants au Canada sont également liés par une ordonnance d’auto-isolement obligatoire de 14 jours, conformément à la Loi sur la quarantaine du Canada.

Indicateur