Les PME demandent un soutien accru en raison des craintes et mesures liées à Omicron

  • Autre
  •   21-12-2021  13:54
  •   Pax Global Media

Les PME demandent un soutien accru en raison des craintes et mesures liées à Omicron
Dan Kelly, président et chef de la direction de la FCEI.
Pax Global Media

« La crainte Omicron s'est installée. Les consommateurs annulent leurs voyages, leurs événements, leurs réservations […]. Nous vous demandons de veiller à ce que des programmes appropriés de soutien soient mis en place pour aider les PME à survivre. » Tel est le message envoyé aujourd’hui (21 décembre) par la FCEI aux premiers ministres du Canada et des provinces et territoires.

LIRE PLUS – Nouveaux programmes ciblés du fédéral : 80 % des PME risquent d'en être exclues, selon la FCEI 

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, rappelons-le, est le plus grand regroupement de PME au pays. Sa lettre ouverte aux premiers ministres est également signée par Restaurants Canada.

Les signataires de la lettre exhortent donc les gouvernements du Canada à apporter immédiatement un soutien financier aux PME « qui doivent faire face à de nouvelles fermetures obligatoires, des restrictions et des pertes d'affaires face au variant Omicron ».

« De nombreuses PME sont, une fois de plus, profondément affectées alors que de nouvelles mesures de restrictions économiques sont mises en place pour contrer le variant Omicron à travers le Canada », écrivent les présidents de la FCEI et de Restaurants Canada, Dan Kelly et Todd Barclay.

Ils rappellent que, même avant les craintes d'Omicron, près des deux tiers des PME du Canada n'avaient pas vu leurs ventes revenir à des niveaux normaux. « Et parmi ce groupe, près d'un quart déclare que leur entreprise pourrait faire faillite dans les six prochains mois », affirment-ils.

Bref, « la mise en place d'une aide financière est vitale », selon les signataires de la lettre ouverte.

Le projet de loi C-2 ne suffira pas

« Il est possible que vous soyez d'avis qu'avec l'adoption du projet de loi C-2, le gouvernement fédéral a renouvelé le système de subventions salariales et au loyer qui a aidé des dizaines de milliers d'entreprises à survivre à la pandémie jusqu'à présent. Ceci est cependant inexact », affirment la FCEI et son partenaire.

Selon eux, les nouveaux programmes de soutien fédéraux ont « une portée incroyablement limitée ».

« Les données recueillies par la FCEI avant la crise liée au variant Omicron montrent que 80 % des petites entreprises ayant besoin d'aide ne seront pas admissibles. Le Programme de relance pour le tourisme et l'accueil (PRTA) exige une perte de revenu de 40 % pour le mois en cours et pour les 12 derniers mois. De son côté, le Programme de relance pour les entreprises les plus durement touchées (PREDT) exige une perte de revenu de 50 % pour le mois en cours et les 12 derniers mois pour être admissible. »

La FCEI illustre son propos de quelques exemples :

  • Un restaurant dont les revenus ont diminué de 35 % ne recevra aucune aide d'Ottawa.
  • Un détaillant dont les revenus ont diminué de 45 % ne recevra aucune aide d'Ottawa.
  • L'aide fédérale en cas d'ordre de confinement qui augmente le montant de la subvention n'est offerte qu'aux entreprises dont la majeure partie des activités est complètement arrêtée. Les PME dont la capacité d'accueil est limitée à 50 % ne sont pas admissibles au soutien en cas de confinement.

Les consommateurs préfèrent rester chez eux

« La réalité est que des dizaines de milliers de PME à travers le Canada ne recevront aucun soutien des gouvernements alors que les restrictions gouvernementales réduisent considérablement leur capacité à servir les clients et que les avertissements de santé publique font en sorte que de nombreux consommateurs préfèrent rester chez eux », affirment les signataires.

La FCEI et son partenaire demandent aux gouvernements :

  • d’annoncer immédiatement une nouvelle série de subventions provinciales pour les PME. Exhorter le gouvernement fédéral à réinstaurer la subvention salariale et l'aide au loyer au niveau du printemps 2021, c'est-à-dire qu’elle soit disponibles pour toutes les entreprises, indépendamment de leur baisse de revenu, jusqu'à un maximum de 75 % de subvention;
  • de demander au gouvernement fédéral de modifier les mesures de soutien en cas de confinement afin qu'elles soient accessibles aux PME forcées de réduire considérablement leurs activités ou leur capacité d'accueil;
  • d’exhorter le gouvernement fédéral à offrir des prêts additionnels via le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) et augmenter à 50 % la portion pouvant être transformée en subvention;
  • de demander au gouvernement fédéral d'inclure les nouvelles entreprises lancées après le début de la pandémie dans tous les programmes d'aide.

Et évitez d’accentuer la peur au sein de la population, SVP !

« Nous vous demandons immédiatement de veiller à ce que les discours des responsables de la santé publique n'accentuent pas la peur au sein de la population. Nous vous demandons également de réévaluer toutes les restrictions, nouvelles ou existantes, et de lever les restrictions dès que possible », mentionnent aussi la FCEI et son partenaire dans leur lettre aux premiers ministres.




Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !




Indicateur