Le Zika n'est plus une urgence mais reste un défi de santé publique


Le Zika n'est plus une urgence mais reste un défi de santé publique

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus Zika ne constitue plus une urgence de santé publique à l’échelle du globe. Cette décision ne signifie toutefois pas la fin de l’épidémie, puisqu’il faut maintenant mettre en place une lutte à long terme à une maladie qui devrait encore affecter quelque 90 millions de personnes avant d’être enrayée.

L'OMS recommande donc le maintien de mesures préventives et, notamment, que les porteurs du virus s'assurent pendant six mois de ne pas le transmettre via des relations sexuelles.

Le virus Zika est transmis par des moustiques de type Aedes. Il provoque de graves malformations chez le nourrisson et une affection du système nerveux chez l'adulte.

Depuis son apparition l’an dernier au Brésil, le Zika s'est étendu à une soixantaine de pays. Dans son communiqué, l’OMS mentionne ce qui suit : « Le virus Zika et ses conséquences continuent de présenter un défi de santé publique nécessitant une action intense, mais ne constituent plus une urgence de portée mondiale. »

Cette urgence avait été annoncée en février dernier : « Le message que nous voulons porter, c’est que Zika est là pour durer », a insisté le docteur Peter Salama, directeur des programmes d’urgence de l’OMS.

Indicateur