L’ACTA attire l’attention de l’industrie sur un nouveau programme fédéral d’aide


L’ACTA attire l’attention de l’industrie sur un nouveau programme fédéral d’aide

Jeudi dernier, l’ACTA a présenté un webinaire pour faire connaître ses dernières réponses à la crise qui afflige l’industrie. À cette occasion, la directrice, services aux membres, Manon Martel, a notamment attiré l’attention des participants sur un nouveau programme fédéral, qui pourrait leur être fort utile : 

le Programme de crédit pour les secteurs très touchés – ou HASCAP (acronyme en anglais pour Highly Affected Sectors Credit Availability Program).

L’ACTA suit de très près ce programme destiné notamment aux entreprises « qui évoluent dans des secteurs très touchés comme le tourisme et l’accueil [et qui] ont eu de la difficulté à obtenir un financement suffisant ». Dans le cadre du programme HASCAP, le gouvernement entend collaborer avec les institutions financières à court terme afin d’offrir des prêts comportant des modalités plus généreuses à ces entreprises.

« Ce volet offrirait un financement garanti à 100 % par l’État aux entreprises durement touchées, ainsi que des prêts à faible taux d’intérêt allant jusqu’à 1 M$ assortis de périodes prolongées de remboursement pouvant atteindre 10 ans. Les taux seront plus faibles que ceux offerts dans le cadre du Programme de crédit aux entreprises et inférieurs aux taux typiques du marché pour les secteurs très touchés », indique le gouvernement.

Alors que l’ouverture du programme HASCAP devrait être annoncée « prochainement », l’ACTA presse Ottawa à agir rapidement.

« L’ACTA exhorte le gouvernement à ouvrir le programme dès maintenant, car tout retard entraînera des faillites », a déclaré Manon Martel dans le cadre du webinaire.

LIRE PLUS – L’ACTA veut plus de membres pour pouvoir exercer plus de pression  

Autres demandes de l’ACTA

Le programme HASCAP n’est évidemment pas le seul programme qui intéresse l’ACTA et qui fait l’objet de lobbying de sa part. Ainsi, la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) est également dans sa mire.

« La PCRE pour les agents indépendants se terminera à la fin du mois de mars. Compte tenu de la persistance des restrictions de voyage et du net changement de sentiment des consommateurs sur la reprise des voyages, ACTA fait INTENSÉMENT pression pour une prolongation de la PCRE jusqu’à la fin septembre 2021 », affirme Manon Martel, en rappelant que l’Association entretient des contacts quasi quotidiens avec le gouvernement fédéral.

L’ACTA surveille aussi de près l’évolution de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC), dont le taux est de 75% jusqu'au 13 mars.

« L'ACTA fait pression pour obtenir 85 % et qu’elle soit assortie de conditions limitées, et applicables au moins jusqu’au 30 juin », indique Mme Martel.

Au chapitre de la Subvention des loyers, l'ACTA continue de faire pression sur le gouvernement pour obtenir un supplément de 25 % pour les entreprises fermées, poursuit la directrice. Et Manon Martel rappelle aussi que l’ACTA veille à protéger les agences contre les rappels de commissions.

« Nous demandons au gouvernement qu’un fonds soit mise en place pour couvrir les commissions déjà rappelées sur les réservations passées, ET, qu’un fonds supplémentaire soit inclus pour les futurs remboursements dans tout programme d'aide aux compagnies aériennes, conditionnelles à ce que les commissions des agences de voyages avec les compagnies aériennes et les voyages organisés ne puissent pas être rappelées. »

Parallèlement, l’ACTA fait aussi pression sur le gouvernement du Québec.

« Entre autres, nous demandons que les frais de permis des agences de voyages soient annulés et remboursés pour 2020-2021. On souhaite aussi des assouplissements en ce qui concerne le fonds de roulement. »

Campagne de plaidoyer

Le lancement de la première campagne de plaidoyer de 2021 de l’ACTA est prévu demain (26 janvier).

« Nous sommes reconnaissants à nos membres qui nous aident tous dans nos efforts », conclut Manon Martel.

Notons que le webinaire de l’ACTA, qui comportait aussi une présentation par Pascal Rochette, de la firme comptable Martin & Cie, est disponible sur demande.

Indicateur