Samedi,  18 septembre 2021  9:32

Frontières : Ottawa présente les changements qui entreront en vigueur le 5 juillet

  • Autre
  •   21-06-2021  10:53
  •   Pax Global Media

Frontières : Ottawa présente les changements qui entreront en vigueur le 5 juillet
Les ministres fédéraux Patty Hajdu (Santé), Bill Blair (Sécurité publique) et Omar Alghabra (Transports).
Pax Global Media

C’est à compter du 5 juillet que les voyageurs entièrement vaccinés qui sont autorisés à entrer au Canada ne seront plus soumis à l’obligation fédérale de se mettre en quarantaine ou de subir un test de dépistage de la COVID-19 au huitième jour suivant leur arrivée. De plus, les voyageurs aériens entièrement vaccinés ne seront pas tenus de séjourner dans un hôtel autorisé par le gouvernement.

LIRE PLUS – Des quarantaines maison plus courtes pour les Canadiens vaccinés 

Cela fait partie de la première phase de la démarche d’assouplissement des mesures frontalières pour les voyageurs qui entrent au Canada, dont les détails viennent d’être présentés par les ministres fédéraux Patty Hajdu (Santé), Bill Blair (Sécurité publique), Omar Alghabra (Transports), Dominic LeBlanc (Affaires intergouvernementales) et Marco Mendicino (Immigration).

Pour les voyageurs qui ne sont PAS entièrement vaccinés, les mesures frontalières actuellement imposées par le Canada demeurent inchangées.

Pour être considérés comme entièrement vaccinés…

Pour être considérés comme entièrement vaccinés, les voyageurs doivent avoir reçu toutes les doses d’une série d’un vaccin – ou d’une combinaison de vaccins – contre la COVID-19 autorisée par le gouvernement du Canada au moins 14 jours avant leur arrivée au Canada. À l’heure actuelle, ces vaccins sont fabriqués par Pfizer, Moderna, AstraZeneca (COVISHIELD) et Johnson & Johnson (Janssen).

Les voyageurs peuvent recevoir leur vaccin dans n’importe quel pays et doivent fournir les documents justificatifs attestant qu’ils ont été vaccinés en anglais ou en français, ou au moyen d’une traduction certifiée conforme.

Autres exigences obligatoires

Pour pouvoir bénéficier de ces nouvelles mesures, les voyageurs entièrement vaccinés doivent tout de même satisfaire à toutes les autres exigences obligatoires, notamment l’obligation relative aux tests effectués au préalable et à l’arrivée.

« Le maintien des tests de dépistage permettra aux experts de la santé publique de continuer à surveiller les proportions de résultats positifs au dépistage de la COVID‑19 à la frontière, de surveiller les cas liés aux variants préoccupants et d’apporter d’autres modifications aux mesures frontalières au besoin », explique le gouvernement.

Les voyageurs entièrement vaccinés doivent également être asymptomatiques, posséder une copie papier ou numérique de leurs documents de vaccination et fournir des renseignements sur la COVID‑19 électroniquement par l’intermédiaire d’ArriveCAN avant leur arrivée au Canada.

Ils doivent encore présenter un plan de quarantaine approprié et être prêts à se mettre en quarantaine, au cas où il serait déterminé à la frontière qu’ils ne remplissent pas toutes les conditions requises pour être exemptés de l’obligation de mise en quarantaine.

À l’instar de tous les autres voyageurs bénéficiant d’une exemption, les voyageurs entièrement vaccinés devront respecter les mesures de santé publique en place, comme le port d’un masque dans l’espace public, et conserver pendant les 14 jours qui suivent leur entrée au Canada une copie de leurs documents de vaccination et des résultats de leurs tests, ainsi qu’une liste de leurs contacts étroits.

Pas de changement pour les voyageurs pas entièrement vaccinés…

Comme les mesures frontalières actuellement imposées par le Canada demeurent inchangées pour les voyageurs qui ne sont pas entièrement vaccinés, ces voyageurs doivent continuer de respecter les exigences actuelles en matière de tests ainsi que l’obligation fédérale de mise en quarantaine.

Ils doivent aussi continuer de fournir des renseignements sur la COVID‑19 électroniquement par l’intermédiaire d’ArriveCAN avant leur arrivée au Canada.

Les voyageurs aériens non vaccinés doivent également réserver un séjour de trois nuits dans un hôtel autorisé par le gouvernement avant leur départ vers le Canada.

Restrictions prolongées sur les voyages non essentiels

Le gouvernement du Canada a confirmé qu’il prolonge jusqu’au 21 juillet 2021 à 23 h 59 les restrictions temporaires sur les voyages discrétionnaires (non essentiels) aux États-Unis et à l’étranger.

Par ailleurs, l’avis aux navigants (NOTAM) restreignant tous les vols commerciaux et privés directs vers le Canada en provenance de l’Inde sera prolongé jusqu’au 21 juillet 2021.

Le gouvernement prolonge également l’Arrêté d’urgence visant certaines exigences relatives à l’aviation civile en raison de la COVID-19 qui oblige les voyageurs aériens qui partent de l’Inde pour se rendre au Canada par l’intermédiaire d’une route indirecte d’obtenir un test de dépistage de la COVID-19 avant le départ d’un pays tiers avant de poursuivre leur voyage vers le Canada.

En revanche, le NOTAM et l’Arrêté d’urgence ne seront pas prolongés pour le Pakistan pour le moment.

Enfin, les restrictions existantes qui s’appliquent aux vols internationaux et qui canalisent les vols commerciaux réguliers internationaux de passagers vers quatre aéroports canadiens (l’aéroport international Pierre-Elliot-Trudeau de Montréal, l’aéroport international Pearson de Toronto, l’aéroport international de Calgary et l’aéroport international de Vancouver) seront maintenues dans la première phase de l’assouplissement des mesures.

« Évitez les voyages non essentiels à l'étranger»

Le gouvernement du Canada continue de conseiller vivement aux Canadiens d'éviter les voyages non essentiels à l'étranger.

« Même si la campagne de vaccination s'intensifie au Canada et dans le monde entier, les voyages continuent de représenter un risque d'importation de cas de COVID-19 et de variants. Les restrictions changent rapidement et les pays peuvent les imposer à très bref préavis », souligne le gouvernement.


« Si vous choisissez de voyager hors du pays, vos plans de voyage pourraient être gravement perturbés. Par exemple, vous pourriez être forcé de rester à l'étranger plus longtemps que prévu. Vous ne devriez pas compter sur l'aide du gouvernement du Canada dans le cas où vos plans de voyage seraient amenés à changer », conclut-il.



Tenez-vous à jour de toute l’actualité du voyage : abonnez-vous à PAX !



Indicateur