Énoncé économique : d’autres réactions… très contrastées !


Énoncé économique : d’autres réactions… très contrastées !
Chrystia Freeland, ministre des Finances et vice-première ministre du Canada.

L’Énoncé économique présenté lundi par la ministre des Finances, Chrystia Freeland, continue de susciter des réactions contrastées.

Ceux qui déchantent…

Du côté des mécontents, on remarque maintenant l’IATA, qui sermonne vertement le gouvernement du Canada.

« Le gouvernement affirme depuis des mois qu’il travaille à un ensemble de mesures de soutien essentielles pour les compagnies aériennes du Canada, mais qu’il n’a pas réussi jusqu’à maintenant », affirme Peter Cerdá, vice-président régional de l’IATA, Amériques.

L’IATA redemande au gouvernement canadien de fournir un soutien financier pour maintenir la viabilité du secteur et rétablir la connectivité en toute sécurité sans mesures de quarantaine – « qui tuent la demande pour le transport aérien » – et en utilisant des tests.

Les pilotes de ligne du Canada ne sont guère plus enthousiastes. Ils ont bien noté que l’Énoncé économique évoque une nouvelle aide potentielle, sous forme de programme de crédit, mais celle-ci « requiert beaucoup d’explications supplémentaires », disent-ils.

« Malheureusement, le gouvernement a tardé à agir et, même maintenant il semble qu’il continuera de mettre en œuvre nos recommandations pour le secteur de l’aviation sous forme de demi-mesures, tout au mieux », se désole Tim Perry, président du volet canadien de l'Association des pilotes de ligne, internationale (ALPA).

Selon les agents de bord canadiens, l’Énoncé économique constitue « une autre occasion ratée qui prive d’aide des dizaines de milliers de travailleurs du transport aérien ».

« Nous envoyons des propositions et demandons des rencontres avec le gouvernement fédéral depuis des mois, sans résultat. Nos membres mis à pied […] espéraient pourtant de bonnes nouvelles lundi. Malheureusement, le gouvernement les a déçus encore une fois », a souligné Wesley Lesosky, président de la Division du transport aérien du SCFP.

Avant cela, les principaux transporteurs aériens du Canada avaient également accueilli tièdement l’Énoncé économique.

« Le Canada reste une exception mondiale et est ostensiblement bloqué au stade zéro du processus de planification du gouvernement », a dénoncé le Conseil national des lignes aériennes du Canada (CNLA), qui représente Air Canada, Air Transat, Jazz et WestJet.

LIRE PLUS – Énoncé économique : les principaux transporteurs aériens réagissent tièdement 

Ceux qui chantent !

À l’autre bout du spectre, d’autres applaudissent Ottawa – parmi lesquels l’ACTA, qui estime que l’Énoncé économique comporte de nombreux gains pour les agences de voyages.

LIRE PLUS – Énoncé économique : de nombreux gains pour les agences de voyages, selon l’ACTA  

La Coalition des entreprises les plus touchées va dans le même sens.

« Nous sommes ravis de constater que le gouvernement a répondu à nos préoccupations et s’est engagé à fournir des mesures de soutien ciblées aux entreprises les plus touchées. […] Nous nous réjouissons de collaborer avec le gouvernement et le fer de lance de notre industrie, la ministre Mélanie Joly, pour que l’élaboration de ces programmes continue de répondre aux besoins de nos secteurs. C'est une très bonne nouvelle pour l'industrie », déclare-t-elle.

L’industrie hôtelière canadienne salue aussi l’Énoncé économique.

« Le gouvernement a pris aujourd’hui les mesures nécessaires pour maintenir notre industrie en vie. Celles-ci aideront les hôtels à continuer d’employer des centaines de milliers de Canadiens une fois la crise terminée », s’est félicité a déclaré Susie Grynol, PDG de l’Association des hôtels du Canada (AHC).

L’Association de l’industrie touristique du Canada (AITC) s’est pour sa part dite encouragée par les mesures de soutien spécifiques au tourisme décrites dans l’Énoncé économique – même si Ottawa n’a pas tenu compte de toutes ses demandes.

« Nous apprécions l’engagement démontré par le gouvernement dans l’Énoncé économique de l’automne, a déclaré Vince Accardi, PDG par intérim de l’AITC.

LIRE PLUS – Énoncé économique : de nouvelles mesures pour les industries les plus touchées 

Indicateur