Destination Catamaran : la nouvelle vie de Benoit Pichette aux Bahamas


Destination Catamaran : la nouvelle vie de Benoit Pichette aux Bahamas
Annick Laroche et Benoit Pichette.

Benoit Pichette a longtemps été une figure familière de l’industrie du tourisme-voyage, en tant que vice-président du Groupe Atrium. Il a quitté l’industrie en 2012, discrètement, sans faire de vagues…

Mais c’est en faisant des vagues qu’il y revient, en tant que président de Destination Catamaran ! Cette petite entreprise propose des séjours-croisières en catamaran aux Bahamas.

« Notre rêve se réalise ! »

« Ma conjointe et moi avons découvert les plaisirs des voyages en voilier en 2007. Dès ce moment, il a été clair pour nous que ça ferait partie de notre avenir. Ça fait 14 ans que nous acquerrons formation et expériences : notre rêve se réalise enfin ! »

Au cours des trois dernières années, Benoit Pichette et sa conjointe, Annick Laroche, ont été engagés quelques mois par année comme capitaine et hôtesse sur un catamaran aux Bahamas. En janvier 2020, des clients ont tellement aimé leur expérience qu’ils leur ont proposé d’investir avec eux dans l’achat d’un catamaran pour lancer leur propre entreprise.

« Ce n’était pas que des paroles en l’air. Même l’arrivée de la COVID ne les a pas fait changer d’idée ! » raconte Benoit Pichette.

« Créateurs de bonheur »

Lui et sa conjointe ont quitté le Québec juste avant Noël pour s’établir aux Bahamas et y exploiter leur petite entreprise, dont la flotte ne compte – pour l’instant – qu’un seul catamaran.

Construit en 2019, le catamaran de type Léopard 45 est long de 45 pieds et large de 24,2. Il comporte trois cabines privées, chacune pourvue de sa propre salle de bain complète. Au besoin, la table de la salle à manger peut aussi être transformée en lit king.

« En plus d’Annick et moi, le catamaran peut donc recevoir au maximum six invités, pour un total de huit personnes à bord. Ça peut n’être que des adultes, mais ça peut aussi comprendre des enfants », indique Benoit Pichette.



Évidemment, les croisières de Destination Catamaran ont très peu à voir avec celles des grandes compagnies de croisières.

« C’est un peu comme si on louait une villa avec les services d’un guide et d’un chef cuisinier… Mais une villa qui navigue pendant 7, 10 ou 14 jours », explique Benoit Pichette.

Les croisières se déroulent entièrement aux Bahamas, principalement dans l’archipel des Exumas (mais aussi Eleuthera et les Berry Islands). Elles visitent des îles souvent presque inaccessibles autrement...

« Plusieurs des îles visitées ne comptent pas d’habitant ou très peu. On propose même à nos passagers de passer une journée seuls sur leur propre île déserte ! »

Apparemment, les couples adorent cette expérience inédite d’évasion…

« Ils en reviennent très souriants », commente Annick Laroche, un clin d’œil dans la voix.

Pour tous les goûts

Selon Benoit Pichette, les croisières de Destination Catamaran peuvent combler les hyperactifs autant que ceux qui souhaitent se la couler douce. Les activités proposées vont de la pêche à la ligne à la plongée sous-marine, en passant par le paddle board et... le hamac !

Notons que les passagers ne sont absolument pas tenus de participer aux manœuvres du navire. Toutefois, s’ils souhaitent mettre la main à la pâte, Benoit Pichette le leur permettra avec plaisir.

« J’aime beaucoup partager mes connaissances de la navigation. Ceux que ça intéresse peuvent donc participer à la manipulation des voiles, au pilotage (sous supervision), à jeter l’ancre, etc. Mais si quelqu’un n’a pas cet intérêt, ce n’est absolument pas un problème. »

« Nous nous adaptons aux besoins et à la personnalité des gens », intervient Annick Laroche. « Et à leurs goûts, aussi », ajoute-t-elle, en soulignant que les forfaits de Destination Catamaran comprennent les repas.

« Les passagers nous indiquent leurs préférences avant la croisière et nous tenons compte de celles-ci. Sachant qu’on se ravitaille dans des îles, ils sont toujours agréablement surpris par la qualité et la variété de ce que nous proposons », dit-elle.



Mère Nature comme maîtresse

Le principal moteur d’un catamaran étant le vent, on peut se demander ce qui arrive les jours où il n’y en a pas…

« C’est très rare qu’il n’y ait pas au moins une petite brise dans les îles. Quoi qu’il en soit, l’absence de vent n’est jamais un problème, car le catamaran est aussi équipé de deux moteurs », répond Benoît Pichette.

Et si mère Nature se montre, disons, trop fougueuse ? L’itinéraire sera adapté de façon à assurer la sécurité et le confort des passagers.

Quant au mal de mer, ce n’est habituellement pas un problème, selon Benoit Pichette, car le bateau à deux coques s’incline peu sous la pression du vent (par rapport aux autres voiliers). En outre, ces embarcations de taille modeste ne souffrent pas de l’effet de hauteur des grands paquebots (qui amplifie le mouvement de la mer).

« Les gens plus sensibles s’habituent généralement en quelques heures », assure-t-il.

Destination Catamaran et les agents

Destination Catamaran n’exploite encore qu’un navire, mais n’exclut pas d’élargir sa flotte éventuellement, si la demande le justifie. La petite compagnie a bon espoir que son modèle de vacances intimes, loin des foules, sera prisé dans la nouvelle réalité post-COVID.

Les croisières de Destination Catamaran peuvent être commercialisées par le réseau de distribution. D’ailleurs, une vingtaine d’agences sont déjà recensées comme partenaires sur le site destinationcatamaran.com.

« Pour moi, travailler avec les agents est une évidence : je viens du milieu. J’y ai encore beaucoup de contacts, et ce, non seulement au sein du groupe Atrium, mais dans tous les regroupements », affirme Benoit Pichette.

Le nombre de places étant forcément limité, il reste déjà peu de possibilités pour le printemps 2021. Les disponibilités sont plus grandes pour la fin de 2021 et pour 2022, mais les réservations vont déjà bon train…  

« Le produit que nous proposons convient parfaitement aux simples vacances. Mais les gens l’envisagent souvent pour souligner un événement spécial comme un anniversaire. Alors, il est souvent réservé longtemps d’avance », conclut Benoit Pichette.



Indicateur